1. Quelles études suivre pour devenir architecte ?
Décryptage

Quelles études suivre pour devenir architecte ?

Envoyer cet article à un ami
L'école d'architecture de Strasbourg recrute ses étudiants dès le bac. // © Cyril Entzmann pour l'Etudiant
L'école d'architecture de Strasbourg recrute ses étudiants dès le bac. // © Cyril Entzmann pour l'Etudiant

Ouvert à tous les profils d’étudiants et pas seulement aux matheux, le métier d’architecte est aussi créatif que technique.

Pour devenir architecte, il existe 22 écoles d'architecture en France, dont 20 – les ENSA (écoles nationales supérieures d'architecture) – dépendent du ministère de la Culture (six en Île-de-France et 14 dans les autres régions).

Les deux autres sont l'INSA (Institut national supérieur des sciences appliquées) de Strasbourg, une école publique d'ingénieurs et d'architectes, et l'ESA (École spéciale d'architecture) à Paris, une école privée. Toutes les deux délivrent des ­diplômes reconnus comme équivalents à ceux délivrés dans les ENSA.

Lire aussi : Êtes-vous fait(e) pour des études d’architecture ?

Taux d'admission faible

Pour postuler dans les ENSA, vous devrez procéder en deux étapes. La première : envoyez votre dossier scolaire et, selon l'école à laquelle vous postulez, une lettre de motivation. “Certains établissements regarderont les notes dans l'ensemble des disciplines ou seulement dans certaines matières quand d'autres vont examiner aussi la progression de l'élève et les commentaires des enseignants”, détaille Murièle Frechede, directrice des études de l'ENSA Paris-Belleville. Seconde étape : un entretien avec des enseignants, dont le contenu varie, là aussi, selon les écoles. À Belleville, par exemple, le candidat doit commenter deux images avant de répondre à des questions sur ses centres d'intérêt, sa motivation…

Une fois ­admis, l'étudiant doit décrocher en trois ans un diplôme d'études en architecture (licence). Deux années supplémentaires le conduiront au DE (diplôme d'État) d'architecte (grade de master). Une sixième année sera nécessaire s'il souhaite obtenir l'habilitation à l'exercice de la maîtrise d'œuvre en son nom propre – ce qui lui permettra de signer son bâtiment et d'en être légalement responsable.

Les frais de formation varient de 300 à 500 € par an.

Attention, la sélection est ­sévère – le taux d'admission ­varie entre 5 et 10 % – et il faut s'accrocher la première année !

Des doubles cursus ingénieur et architecte

L'INSA de Strasbourg, école d'ingénieurs dépendant du ministère de l'Enseignement supérieur, propose un cursus d'architecture. Une année préparatoire intégrée admet des bacheliers S sur dossier.

La mode est aux doubles diplômes en architecture et ingénierie. L'ENSA Nantes et Centrale Nantes offrent la possibilité à une dizaine d'étudiants en architecture (et inversement) d'acquérir de solides bases ­techniques, utiles notamment pour concevoir des bâtiments écologiques et peu énergivores. Trois choix sont proposés : bâtiment, génie civil et urbanisme. Le cursus, exigeant, d'une durée d'un peu plus de six ans, est dispensé dans les deux établissements.

Lire aussi : À Nantes, 900 étudiants ingénieurs, architectes et managers unissent leurs forces

Une seule école privée reconnue

Autre option pour se former à l'architecture : l'ESA, une école privée parisienne, membre de la CGE (Conférence des grandes écoles) et dont les diplômes sont visés par le ministère de l'Enseignement supérieur.

L'examen d'entrée, ouvert aux bacheliers, comprend des épreuves écrites (notamment de dessin), la présentation d'un dossier de travaux personnels ainsi qu'un entretien. Les frais de scolarité s'élèvent à 9.000 € en première année.

Pensez au métier de paysagiste

On compte cinq écoles spécialisées : l'ESAJ (École supérieure d'architecture des jardins et des paysages) à Paris (formation privée) et quatre établissements accessibles à partir d'un bac+2 sur concours commun, l'ENSP (École nationale supérieure du paysage) à Versailles, les ENSAP (écoles nationales supérieures d'architecture et de paysage) à Bordeaux et Lille et l'ENSNP (École nationale supérieure de la nature et du paysage) à Blois.