1. César 2017 : Oulaya Amamra, "divine" comédienne en herbe, meilleur espoir féminin
Portrait

César 2017 : Oulaya Amamra, "divine" comédienne en herbe, meilleur espoir féminin

Envoyer cet article à un ami
Oulaya Amamra est nominée aux César 2017 dans la catégorie "meilleur espoir féminin" pour son rôle dans "Divines". // © Easy Tiger
Oulaya Amamra est nominée aux César 2017 dans la catégorie "meilleur espoir féminin" pour son rôle dans "Divines". // © Easy Tiger

ELLE VA FAIRE LA UNE. Oulaya Amamra n’a que 19 ans lorsque le film "Divines", Caméra d’or au festival de Cannes 2016, la révèle au grand public. Meilleur espoir féminin aux César 2017, elle raconte son parcours, entre passion et résolution.

Oulaya Amamra sort tout juste d'un cours au Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Concentrée sur ses études plus que sur son ascension cinématographique, elle y prépare l'entrée à la Comédie-Française. "À 13 ans, ma sœur m'a emmenée voir "Le Malade imaginaire" de Molière. Au milieu de la pièce, je me suis retournée vers Houda [Benyamina, également réalisatrice de "Divines"] et je lui ai dit : "C'est là que je veux être ! Sur scène, avec eux !"."

Des ateliers aux castings

Grâce aux ateliers mis en place par son aînée à Viry-Châtillon (91), leur ville natale, Oulaya s'entraîne. "Toute la journée, en cours, j'attendais le soir pour pouvoir jouer. Au théâtre, j'ai trouvé un vrai moyen de m'exprimer." En 2006, quand sa sœur crée 1.000 visages, une association qui cherche à démocratiser le cinéma et organise des stages pour adultes, Oulaya en fait le siège. "Elle a fini par ouvrir l'accès aux plus jeunes. En 2011, j'ai effectué un stage en immersion, pour la réalisation du court-métrage "Le Commencement". J'y ai pris tous les rôles, c'était hyper formateur."

Elle accompagne aussi sa meilleure amie, Jisca Kalvanda [Rebecca, dans "Divines"], sur des castings. "Je suis notamment allée la soutenir sur le casting de la série "3 x Manon". En repartant, nous avions chacune un rôle." Toutes les occasions de jouer sont bonnes.

Test : Êtes-vous fait pour devenir comédien-ne ?

La métamorphose

En 2014, le projet de "Divines" prend corps. "Houda n'avait absolument pas prévu de me caster, se rappelle sa sœur. Elle voulait quelqu'un de fort pour le personnage de Dounia. Moi, elle me voyait comme une fille un peu précieuse, sortie du microcosme d'un lycée privée, quelqu'un d'assez fragile."

Qu'à cela ne tienne, l'adolescente appelle directement le directeur de casting. Mimant la scène, elle se rappelle le jour où elle s'est présentée parmi d'autres aspirantes actrices, pour un premier essai. "Je n'avais pas encore compris ce que Houda voulait. J'avais toujours du vernis sur les doigts, j'étais trop apprêtée, explique-t-elle, tendant ses mains devant elle. C'est en rentrant chez moi que j'ai commencé la transformation. J'ai arrêté d'aller en cours pour traîner à Châtelet, regarder les filles, les imiter. J'ai commencé la boxe aussi. Cela a modifié mon corps et m'a beaucoup aidée dans ma métamorphose."

Le bac en accéléré

À force de travail, Oulaya parvient à convaincre sa sœur. Mais une méningite cloue l'actrice à son lit d'hôpital, retardant le tournage de plusieurs mois. En juin 2015, finalement, "Divines" est dans la boîte. Oulaya n'a plus que l'été pour réviser le bac. "C'était intensif, mais il était hors de question que je le loupe car, sans ça, pas de Comédie-Française." Et avant cela, pas de conservatoire. 

Lire aussi : Comment entrer au CNSAD (Conservatoire national supérieur d’art dramatique) ?

Une pause dans le cinéma

En septembre 2015, la voilà diplômée. Après un tournage et une seconde méningite, en janvier 2016, l'étudiante n'a plus qu'un mois pour préparer l'entrée au conservatoire. "Houda me coache et je choisis le texte que je connais le mieux, la valeur sûre : "Le Malade imaginaire"". Une stratégie qui lui permet de remporter la place convoitée. Elle met sa carrrière au cinéma sur pause, au moins pour un temps. "Pour prendre un rôle, j'ai besoin de me transformer complètement, explique-t-elle. Avec nos journées de cours de 9 h à 20 h, impossible de faire deux choses en même temps. Donc cette année, je me concentre sur le conservatoire." Parviendra-t-elle à intégrer la Comédie-Française ? C'est tout le mal qu'on lui souhaite.