1. Urgence climatique, féminisme : les étudiants ont soif d'éthique dans les écoles d'art
Décryptage

Urgence climatique, féminisme : les étudiants ont soif d'éthique dans les écoles d'art

Envoyer cet article à un ami
Le réchauffement climatique est l'un des grands enjeux internationaux qui préoccupe la jeunesse. // © Ohayou!/Adobe Stock
Le réchauffement climatique est l'un des grands enjeux internationaux qui préoccupe la jeunesse. // © Ohayou!/Adobe Stock

Une nouvelle génération d'étudiants écologistes et sensibles à l'égalité hommes-femmes fait entendre sa voix au sein des écoles d'art. Celles-ci sont traversées par les mêmes débats que la société. Les étudiants attendent les écoles sur le terrain de l'éthique.

Les aspirants designers, stylistes, sculpteurs produisent fatalement des déchets. Mais ces étudiants en art rivalisent souvent d’ingéniosité pour les réduire et les recycler. Ainsi, ils ont lancé des "récupérathèques", magasins collaboratifs de matériaux de réemploi qui se sont implantés depuis deux ans dans plusieurs établissements à travers le pays (ENSBA Lyon, HEAR Strasbourg, l'ENSCI, EESAB Rennes…).

Cette génération "écologie", consciente de l’impact environnemental de la création, fait entendre sa voix au sein des formations. Celles-ci sont sommées de s’adapter à une série de bouleversements : les enjeux environnementaux et climatiques, les questions autour des migrations, et surtout, dans le monde post #MeToo, l'égalité hommes-femmes.

La transition écologique passionne les étudiants

"Je suis sorti d’école, il y a 15 ans. Nous étions, nous étudiants, moins militants à l’époque. Ces dernières années, des verrous ont sauté", constate Loïc Horellou, professeur à la Haute école des arts de Strasbourg et co-président de l’Association nationale des écoles supérieures d’art et design publiques (Andéa).

Réunie récemment à Bordeaux, l’Andéa a lancé une nouvelle commission, nommée "Transitions", au sein de laquelle les établissements partageront les expériences en matière de transition écologique, sociale et politique. "Les étudiants présents ont poussé un ouf de soulagement. La transition écologique, c’est une question dont ils se sont totalement emparés", poursuit Loïc Horellou.

De son côté, l’école de Condé à Paris, l’un de nos principaux établissements supérieurs privés d’enseignement du design, de l’image et du patrimoine, vient de réaffirmer, via un manifeste pour ses 30 ans, son positionnement envers l'écologie par le prisme de l’éducation. L’école lance un mastère matériaux innovants et développement durable sur les campus de Bordeaux et de Nice.

Lire aussi : Trois questions à se poser pour bien choisir son école d'art

Ce nouveau diplôme s’inscrit dans une démarche de recherche visant à répondre aux enjeux écologiques. "Toutes les autres formations de l’école seront impactées par ces orientations et ce contexte, particulièrement dans les choix des partenaires, des projets, la systématisation des contraintes environnementales, les innovations sociétales, la vulgarisation des idées scientifiques…", jure l’école.

Ces aspirants artistes étant souvent libres de choisir les sujets traités dans leurs travaux, la conscience verte des étudiants s'exprime au quotidien, au sein des établissements. En outre, "ils acquièrent des compétences dans les écoles en travaillant sur un projet. Il suffit que celui-ci ait un focus écologique, que soient demandées des compétences autour du développement durable, pour que les formations soient impactées", explique Dominique Beccaria, directrice générale de l’école de Condé.

Les étudiants veulent un encadrement qui respecte la parité

Intégrer l’urgence climatique, ce n’est pas le seul terrain sur lequel sont attendues les écoles d’art, alors que les étudiants ne sont pas épargnés par les réflexions post #MeToo. "Quand de jeunes femmes travaillent en équipe, nous veillons à ce qu’elles soient chefs de projets aussi souvent que les garçons. Nous sommes vigilants à les former de la même manière, sans véhiculer de stéréotypes", poursuit Dominique Beccaria.

Lire aussi : A quoi ressemblent les travaux des étudiants en écoles d'art ?

Le ministère de la Culture a demandé aux directions de ces établissements de rédiger une charte sur les relations femmes-hommes, il y deux ans. Certaines écoles s’en sont déjà dotées, d’autres s’y mettent. Du côté des Beaux-Arts de Paris, une école mise en cause pour des problèmes de harcèlement sexuel ou moral, une structure de veille a été installée. Un psychologue est à la disposition des élèves. "On devrait être au courant en cas de problème, via le système d'alerte qui a été mis en place. Un dispositif juridique existe aussi pour accompagner les étudiants discrètement s'ils en ont besoin. Depuis que je suis arrivé, il y a sept mois, cette cellule a été consultée parfois mais aucun problème n'a dépassé ses compétences", explique Jean de Loisy, le nouveau directeur des Beaux-Arts de Paris.

Pour les nouveaux recrutements de professeurs, Jean de Loisy a tenu à faire respecter une stricte parité. Et c’est encore une exception dans les écoles d’art. "Dans nos établissements, les étudiantes sont majoritaires, reprend Loïc Horellou. Pourtant, côté parité de l’encadrement, nous sommes en retard. Les étudiants s’interrogent et ils ne sont pas d’accord". Les écoles ont compris que leurs élèves attendent qu’elles passent à l'action.