1. Trois questions à se poser pour bien choisir son école d'art
Boîte à outils

Trois questions à se poser pour bien choisir son école d'art

Envoyer cet article à un ami
De nombreuses écoles, publiques ou privées, forment aux métiers d'artistes. Celles qui relèvent du ministère de la Culture intègrent la plate-forme Parcoursup dès 2020. // © PLAIN PICTURE / DEEPOL
De nombreuses écoles, publiques ou privées, forment aux métiers d'artistes. Celles qui relèvent du ministère de la Culture intègrent la plate-forme Parcoursup dès 2020. // © PLAIN PICTURE / DEEPOL

Les écoles d’art sont nombreuses. Comment savoir si vous optez pour la bonne ? Quelles sont les questions à se poser pour faire le bon choix ? L’Etudiant vous dit tout.

La vie d'artiste fait rêver, mais les études pour accéder aux métiers de la créations demandent beaucoup de travail et un investissement personnel. L'imagination, la ténacité et une bonne culture artistique sont les meilleurs atouts pour réussir dans ce secteur. Encore faut-il trouver l'école qui vous offrira une formation adaptée et des débouchés.

Qu’est-ce qui fait la qualité d’une école ?

Pour une école, il existe plusieurs degrés de reconnaissance. Les écoles publiques possèdent tous les degrés. Les écoles privées, quant à elles, doivent répondre à de nombreuses exigences. Tous les établissements peuvent faire la demande d’une reconnaissance d’État. Ce dernier contrôle le fonctionnement de l’école, ses formations et ses enseignants. Parmi les établissements reconnus, les écoles Camondo à Paris ou Émile-Cohl à Lyon…

Il existe une deuxième reconnaissance pour les écoles d’art : celle du ministère de la Culture. Seules trois écoles supérieures sont reconnues par le ministère de la Culture : ICART, LISAA (Institut supérieur des arts appliqués) et Esmod.

Lire aussi : Écoles d'art : ce qu'il faut savoir avant de choisir la vôtre

À un grade supérieur de reconnaissance, il y a le contrat. Une école sous contrat est assimilée à un établissement public, et les enseignants sont rémunérés par l’Éducation nationale. Dans le domaine des formations artistiques, une trentaine d’établissements privés sont sous contrat, la plupart étant des lycées.

Comment connaître la qualité d’un diplôme ?

Commencez par vérifier si le diplôme est inscrit au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). Si c’est le cas, vous êtes sûr que le diplôme vous apportera bien les compétences professionnelles nécessaires à l’exercice du métier (designer, graphiste, etc.).

Autre garantie : le grade de master. L’État (donc les universités et les écoles publiques) est le seul à délivrer des masters, mais il peut autoriser certaines écoles à délivrer des masters, qui ouvrent droit à la même poursuite d’études pour les étudiants.

Test : Êtes-vous fait(e) pour être artiste ?

Enfin, la plus haute garantie pour un diplôme est le visa. On dit ainsi d’un diplôme qu’il est visé. Fréquent en BTS, il vaut comme diplôme national (donc offrant des équivalences).

Existe-t-il des labels de qualité ?

Il n'existe pas de label propre aux écoles d'art. Le ministère de l'Enseignement supérieur délivre un visa pour une durée variable (d’un à six ans). Cette reconnaissance finalise un processus de contrôle complet, de l'admission des élèves aux enseignements. Parmi les écoles qui en bénéficient : Camondo, l'École de design Nantes-Atlantique, l'école Émile-Cohl et l'Institut français de la mode, à Paris.

Mais l'attribution du visa aux écoles d'art n'est pas une pratique habituelle. Les plus prestigieuses comme l'ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs), l'ENSBA (École nationale supérieure des beaux-arts) ou l'ENSCI-Les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle-Les Ateliers), à Paris font partie de la CGE (Conférence des grandes écoles).

L'intégration de l'école à une association professionnelle est également un bon signe. On peut citer l'UNAID (Union nationale des architectes d'intérieur, designers), le RECA (Réseau des écoles françaises de cinéma d'animation), le réseau France design éducation, ou encore le CFAI (Conseil français des architectes d'intérieur). Ce dernier évalue, à leur demande, les établissements proposant un cursus d'architecture. Camondo, l'ENSAAMA (Olivier-de-Serres) et l'ESAT (École supérieure des arts et techniques), à Paris, font ainsi partie des écoles reconnues.

 // © Mathieu Pype
// © Mathieu Pype