Enquête

Jusqu’où les frais de scolarité en écoles de commerce vont-ils s'envoler ?

Frais de scolarité écoles de commerce augmentation classement
La hausse des frais de scolarité ne semble pas prête de s'arrêter : en 2022, le coût d'une année à HEC ou l'Essec a dépassé les 18.000 euros l'année, écoles suivies par ESCP, emlyon BS et l'Edhec. © Monster Ztudio/Adobe stock
Par Pauline Bluteau, publié le 05 janvier 2023
6 min

Depuis 2015, les frais de scolarité ont explosé dans les écoles de commerce : jusqu'à 53% d'augmentation en seulement sept ans. À y regarder de plus près, ce sont surtout les écoles post-prépa qui font grimper la facture pour se rapprocher du cap des 20.000 euros l'année. Et cela ne risque pas de s'améliorer...

Fut un temps – pas si lointain – où étudier en école de commerce coûtait moins de 10.000 euros l'année. Désormais, pour suivre un PGE (programme Grande école), les frais de scolarité s'élèvent en moyenne à 12.447 euros.

Des frais de scolarité en hausse surtout dans les écoles de commerce post-prépa

Et cette hausse concerne notamment les écoles de commerce post-prépa. Cette année, HEC et l'Essec ont franchi le seuil des 18.000 euros l'année, talonnées par ESCP, emlyon BS et l'Edhec dont les frais grimpent aux alentours de 17.000 euros annuels. Il y a encore quatre ans, en 2018, aucune école de management ne coûtait plus de 15.500 euros par an.

La crise sanitaire et le contexte géopolitique ne sont pour rien dans cette augmentation des frais de scolarité : les yeux rivés sur la concurrence, les écoles suivent surtout des stratégies lancées il y a plus de dix ans maintenant, entre course aux accréditations et performance dans les classements internationaux.

Des frais de scolarité en moyenne 28% plus élevés qu'en 2015

Pour payer leur frais de scolarité, les étudiants en école de commerce doivent donc mettre la main au porte-monnaie. En effet, les frais sont en moyenne 28% plus chers qu'en 2015. L’écart est encore plus important dans les écoles post-prépa (+30% contre +24% en école post-bac). Rennes school of business explose ainsi le compteur avec une augmentation de 53% de ses frais, passant de 8.967 euros en 2015 à 13.678 euros en 2022.

"C'est un monde élitiste que celui des écoles de commerce. Si les prix sont trop bas, cela questionne sur la qualité de la formation", avance William Hurst, directeur de l'EDC Paris, école post-bac dont le coût a augmenté de 18% depuis 2015 pour atteindre 10.105 euros en 2022.

Une source de financement pour les écoles de management

À Audencia, le directeur des programmes, Nicolas Arnaud, ne s'en cache pas : les frais de scolarité ont augmenté tous les ans, jusqu'à près de 13% certaines années. "L’école a dû faire un rattrapage au début des années 2010 mais depuis 2019, nous stabilisons la hausse des frais. Dans l’écosystème, Audencia reste peu cher même si on sait que 15.000 euros, ce n'est pas anodin pour les familles."

Même stratégie du côté d'HEC, dont les frais de scolarité augmentent en moyenne de 4,66% par an. "On a échelonné nos frais de manière progressive car cela correspondait en parallèle à une perte de ressources publiques", explique Éric Ponsonnet, directeur général adjoint chargé des finances au sein de l'école post-prépa. Par ressources publiques, il faut entendre celles des chambres de commerce et d'industrie. Pour HEC, cette source de financement ne représente plus que 1% aujourd’hui, contre 20% auparavant.
"Les frais de scolarité que paient les étudiants sont une contribution au budget de l'école : les bâtiments, les enseignants, la pédagogie, etc. Mais ils ne sont jamais calculés en fonction de tout ce que nous coûte un étudiant, nous avons des lignes de revenus qui permettent de compenser, comme la taxe d'apprentissage ou l'executive education [formation continue]", souligne Alice Guilhon, présidente de la CDEFM (Conférence des écoles françaises de management).

Les écoles de commerce post-prépa presque aussi chères que les business schools post-bac

Mais cela ne semble pas suffisant au regard de l'excellence recherchée par les écoles de management. Dans les classements internationaux, ce sont bien les écoles les plus chères que l'on retrouve aux meilleurs rangs mondiaux, notamment les post-prépas.
Il faut compter jusqu'à 55.635 euros pour trois années d'études contre au maximum 65.125 euros pour une école post-bac en cinq ans. Avec deux années d'études en moins au compteur, l'investissement reste bien plus important en école post-prépa.

"Les exigences ne sont pas les mêmes pour le niveau grade licence (bac+3) par rapport au grade master (bac+5). C'est ce qui expliquerait aussi pourquoi certaines écoles augmentent les frais de scolarité entre la troisième et la quatrième année", suppose Nicolas Arnaud.

Des solutions pour réduire le coût des écoles de commerce

L'une des solutions reste l'apprentissage, un moyen de garantir des frais plus bas que ses concurrents sans rogner sur la qualité. Or la méthode est davantage utilisée par… les écoles les moins chères, comme l'EDC Paris. En 2021-2022, près de 46% des étudiants de cette école de commerce post-bac étaient en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation, les entreprises étant capables d'absorber l'intégralité des coûts.

La pratique des frais modulés en fonction des revenus des parents attire aussi l'attention des business schools. À l'ESSCA (post-bac), les frais oscillent entre 2.980 et près de 12.005 euros l'année. Mais pour les étudiants qui paient le prix fort, cela correspond à une augmentation de 17,5% par rapport à la rentrée 2021. D'autres établissements préfèrent axer leur stratégie sur le développement des bourses ou encore sur les frais différenciés entre étudiants français et internationaux.

"Chaque école a son mode de fonctionnement, l'objectif pour tous est de ne pas faire payer plus de 80% du coût total aux étudiants", souligne Alice Guilhon. Cette année, sept écoles ont tout de même réussi à faire baisser leurs frais de scolarité par rapport à 2021 (jusqu'à -3,18% pour l'Ipag), neuf autres ont stabilisé leurs frais. Pourtant, toutes l'assurent, les frais de scolarité devraient continuer de s'envoler, défis obligent.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !