Réseau des Sciences po : les épreuves en présentiel annulées

Par Agnès Millet, publié le 12 Mars 2021
5 min

C’est décidé, le réseau des sept Sciences po appliquera un plan B pour les admissions 2021. En lieu et place d’un concours commun de trois épreuves écrites le 24 avril, en présentiel, la sélection se fera sur dossier enrichi et via une épreuve de questions contemporaines, organisée à distance.

Afin de respecter le calendrier imposé par Parcoursup, le réseau ScPo aménage les épreuves de son concours commun d’accès en première année, annonce le réseau réunissant les IEP d’Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse, le 10 mars 2021.

"Nous discutions de la question des écrits en présentiel depuis de longues semaines. Nous souhaitions les maintenir mais nos dernières analyses ont montré qu’étant données les conditions sanitaires et les normes imposées, l’organisation ne pouvait pas être optimale", explique Olivier Brossard, président du concours du réseau ScPo.

Lire aussi

Une sélection basée sur les résultats scolaires de première et terminale

Le mode d’admission aménagé repose donc en partie sur les résultats scolaires de première et terminale. Ce critère est considéré par les IEP comme "très important". Les matières prises en compte sont les suivantes, avec un coefficient défini par le jury mais non encore fixé :

  • pour les bacheliers 2021 : épreuves anticipées du baccalauréat de français, histoire-géographie, enseignement scientifique (pour la voie générale), langues vivantes A et B, et mathématiques (pour la voie technologique), des deux enseignements de spécialité de terminale.
  • pour les bacheliers 2020 : épreuves anticipées du baccalauréat de français, histoire et langue vivante A, "bouquet" de matières différentes selon les séries de bac général.

Lire aussi

Des points bonus pour certains candidats dont les boursiers du secondaire

L’admission tiendra compte d’informations relatives à l’environnement social et académique, notamment celles fournies par la fiche avenir, liées aux compétences académiques et acquis méthodologiques du candidat.

Surtout, le statut de boursier du secondaire, les doubles baccalauréats ou les candidats issus de section européenne et internationale auront un léger bonus, pour aller au-delà de la dimension académique, indique Olivier Brossard.

Par ailleurs, chaque candidat devra transmettre, avant le 24 avril, une copie réalisée en temps limité, lors de son cursus antérieur ou actuel. La discipline est libre mais la copie, nominative et certifiée, devra être rédigée en langue française et attester des compétences de rédaction, d’argumentation et de problématisation. Ce critère est perçu comme "complémentaire" par les IEP.

Lire aussi

L’épreuve de questions contemporaines maintenue en distanciel

Si les épreuves en présentiel d’histoire et de langues sont supprimées, l’épreuve de questions contemporaines est maintenue, le 24 avril, à distance. La dissertation à traiter en trois heures se basera sur deux sujets au choix, inspirés des deux thèmes : Le secret et Révolutions. C’est un critère "important" dans l’évaluation. Les modalités seront précisées ultérieurement par courriel.

Quant aux résultats d’admission, ils seront publiés via Parcoursup à partir du 27 mai 2021.

Des candidats se sentent lésés

Pour Olivier Brossard, "cela reste un concours car l’épreuve de questions contemporaines est maintenue à distance. Nous avons voulu que le travail de préparation des candidats soit payant, davantage que l’an dernier. L’évaluation du dossier est également enrichie. L’objectif est de ne pas sélectionner que des candidats avec de très, très hautes moyennes", ajoute-il.

Pour certains candidats, notamment à bac+1, la grogne monte, comme l’an dernier. "La prise en compte des notes sera l’élément principal. Une nouvelle fois, on se fiche de ce que les candidats ont fait afin de se préparer pour le concours", explique Thomas, candidat qui se prépare depuis deux ans.

Selon lui, l’épreuve en ligne est "un moyen de se dédouaner de leurs modalités qui léseront une bonne partie des candidats". Sur Twitter, le #monconcours recense les témoignages de candidats mécontents.

Articles les plus lus

A la Une Sciences po

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !