1. Études à l’étranger : préparez votre dossier de candidature dès maintenant !
Boîte à outils

Études à l’étranger : préparez votre dossier de candidature dès maintenant !

Envoyer cet article à un ami
Avant de partir à l'étranger, renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre établissement. // © Adobe Stock/carballo
Avant de partir à l'étranger, renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre établissement. // © Adobe Stock/carballo

La plupart des établissements vous le diront : étudier à l’étranger, ça se prépare un an à l’avance. Comment s’y prendre ? Que faut-il mettre dans votre dossier de candidature ? L’Etudiant vous donne quelques astuces.

Quel que soit votre cursus, vous avez toujours la possibilité d’effectuer une partie de vos études – quelques mois voire une année complète – à l’étranger. Dans certaines formations comme les écoles de commerce ou d’ingénieurs, un séjour à l’international peut être obligatoire, ce qui n’est pas forcément le cas à l’université. La première chose à faire est donc de vous renseigner auprès du service des relations internationales de votre établissement pour prendre connaissance de la procédure à suivre.

Faites attention au calendrier

À l’automne, ce service (aussi appelé service mobilité) organise des réunions d’informations pour présenter les différents types de mobilité.

À partir de décembre ou janvier, les étudiants commencent à constituer leur dossier de candidature afin de partir l’année d’après, en septembre. "Cela demande de l’anticipation car nous dépendons d’un calendrier bien précis avec les établissements étrangers partenaires et le système de bourses pour les étudiants", explique Frédéric Achard, chef du service mobilité à l’université de Montpellier. Ne perdez pas de temps.

Lire aussi : Erasmus+ : la carte des établissements qui peuvent vous envoyer à l'étranger

Le dossier de candidature, à ne pas négliger

Vous devrez fournir trois documents : les relevés de notes depuis votre arrivée dans la formation, une lettre de motivation (en français et/ou dans la langue du pays visé) et le projet de contrat d’études (cours que vous voulez suivre). Il peut aussi vous être demandé de fournir un CV, une certification de langue et des justificatifs de vos expériences professionnelles précédentes (pour un stage notamment).

Prenez le temps de rassembler tous ces éléments et soyez rigoureux dans votre lettre de motivation, elle sera déterminante dans l’évaluation de votre candidature. Indiquez vos objectifs et ce que cette expérience doit vous apporter sur le plan personnel et professionnel.

Études ou stage, quelles différences ?

La procédure est la même si vous souhaitez partir un semestre ou une année à l’étranger. Néanmoins, pour ceux qui ont l’intention d’effectuer un stage, le calendrier est plus flexible puisque c’est à vous de trouver votre entreprise. Vous n’avez pas à vous cantonner aux établissements partenaires de votre école, des partenaires qui sont d’ailleurs différents d’une filière à l’autre (entre la composante d’histoire et de droit d’une université par exemple).

Lire aussi : Stage à l'étranger : ce qu'il faut savoir avant de se lancer

Là aussi, renseignez-vous bien. Vous ne pourrez pas vous rendre dans n’importe quel pays pour vos études. "Il y a différents programmes : Erasmus, hors-Europe et spécifiques à des pays comme les Etats-Unis ou le Canada. C’est important de les connaître pour faire le meilleur choix", confirme Alexandre Le Maillot, directeur des relations internationales à l’université de Nantes.

Faites vos vœux

C’est sans doute la partie la plus intéressante ! Bien souvent, vous pouvez faire plusieurs vœux, ce qui nécessite aussi la multiplication des candidatures. À l’université de Nantes, les étudiants peuvent faire six vœux, trois en Europe et trois hors-Europe. À l’université de technologie de Troyes (UTT), vous pouvez faire cinq vœux maximum contre huit à emlyon business school.

"Chaque année, nous envoyons 1.000 étudiants à l’étranger, les places sont chères, on leur conseille donc de faire au minimum trois vœux pour mettre toutes les chances de leur côté", estime Frédéric Achard. Parmi les destinations phares : le Royaume-Uni, l’Amérique du nord et les pays limitrophes de la France. Soyez stratégiques dans vos choix et faites des recherches sur les universités d’accueil. Pensez aussi à demander un semestre plutôt qu’une année à l’étranger, plus facile à contenter.

Les critères de sélection

L’un des critères le plus important est celui des notes. Vous devez avoir validé vos dernières années d’études (avoir obtenu 10/20) mais aussi l’année en cours. "Certains pays sont plus exigeants que d’autres et demandent une moyenne de 12/20 minimum, c’est le cas aux Etats-Unis et au Canada", complète Alexandre Le Maillot.

À emlyon, c’est un algorithme qui classe les étudiants selon leurs résultats scolaires et leur attribue les destinations en fonction. À l’université, la règle est un peu différente, les facultés font attention à la motivation et au projet des étudiants. "Il faut qu’il y ait une correspondance entre le programme qui aurait dû être suivi en France et les cours qu’ils ont choisi à l’étranger", ajoute Frédéric Achard.

Lire aussi : Etudier à l'étranger : du rêve à la réalité

Une admission…sous conditions

Les réponses arrivent entre février et mai. Mais ce n’est pas fini. Vous devez encore valider votre année en cours et, si ce n’est pas déjà fait, passer un certificat de langues (TOEIC, TOEFL, IELTS, Cambridge English, DELE, TestDaf…). "Le niveau de langue est décisif pour certains établissements, c’est un critère de sélection", assure le chef du service mobilité nantais. Alors, prêt ? Partez !