Dix questions à se poser avant d’envisager des études à l’étranger

Par La rédaction de l'Etudiant, mis à jour le 07 Decembre 2022
7 min

VIDÉO. Si les mobilités internationales ne sont pas toujours obligatoires, elles sont de plus en plus plébiscitées par les étudiants. Avant de partir, mieux vaut vous poser les bonnes questions pour savoir si vous êtes fait ou non pour les études à l'étranger.

Une mobilité au Canada, en Espagne, en Belgique, en Australie ou aux Etats-Unis… Beaucoup en rêve mais au moment de sauter le pas, le doute peut s’installer. Voici les dix questions à vous poser pour être sûr de faire le bon choix sur la destination.

1. Quels sont vos objectifs d'un départ à l'étranger ?

Votre départ doit avoir du sens : qu’est-ce qui vous attire dans cette expérience, pourquoi souhaitez-vous absolument étudier à l'étranger et quels sont vos objectifs, que souhaitez-vous retirez de cette expérience ? Rappelez-vous qu'une mobilité n'est peut-être pas adaptée à toutes les formations ou tous les métiers et tout le monde n’est pas fait pour étudier à l’étranger. Il est donc nécessaire de bien comprendre vos motivations.

Lire aussi

2. Comment choisir son pays ?

Si vous avez l’occasion de choisir le pays d'études, prenez votre temps. Vous n'aurez probablement pas les mêmes attentes si vous partez lors de votre licence ou en master. En licence, un séjour à l'étranger permet davantage de découvrir un pays, de parler une langue alors qu'en master, avec la perspective professionnelle, vous choisirez d'abord le pays en fonction des compétences que vous pourriez acquérir pendant votre formation.

Ces deux raisonnements pourront faire pencher la balance pour un pays plutôt qu'un autre. Définissez les critères qui vous semblent les plus importants à ce stade, qu'ils soient personnels ou pédagogiques. Puis, affinez en voyant plus loin : renseignez-vous sur la distance, le coût de la vie, les opportunités professionnelles, la culture du pays…

Lire aussi

3. Combien de temps partir étudier à l'étranger ?

Les établissements proposent soit un semestre soit une année à l’étranger. Tout dépend de votre projet personnel (découvrir le pays, faire des rencontres, gagner en autonomie) et/ou professionnel (apprendre la langue, valider un diplôme, travailler dans ce pays). Partir un semestre peut être plus rassurant, mais parfois frustrant car trop court pour prendre ses marques et s'immerger véritablement dans le pays.

Ne vous mettez pas de barrière : ce n'est pas parce que vous n'êtes jamais parti à l'étranger que vous n'êtes pas capable de rester plus longtemps. D'un autre côté, si vous envisagez de multiplier les expériences internationales, choisissez peut-être des séjours plus courts.

Lire aussi

4. Plutôt stage ou études ?

Renseignez-vous sur les modalités auprès de votre établissement. Les conditions ne sont pas les mêmes entre stage et études : les entreprises étrangères n’ont pas forcément de partenariat avec les formations françaises contrairement aux établissements. Cela ne facilite pas toujours les démarches, mais c’est possible !

5. Qu’est-ce qu'une mobilité à l'étranger peut m’apporter ?

Une mobilité d'étude n'a rien à voir avec un voyage de deux semaines en été. Quels que soient la durée du séjour et le pays choisi, il s'agit bien d'une expatriation et non de vacances. Là encore, pesez le pour et le contre et parlez-en avec des étudiants qui sont partis avant vous. Leurs expériences pourront vous aiguiller dans votre choix. Ce que vous pouvez tirer de cette expérience peut aller bien au-delà de ce que vous imaginez.

Lire aussi

6. Quel budget allouer ?

Les étudiants l’affirment, ils ne sont pas préparés à toutes les dépenses que représente un séjour à l’étranger. Entre le billet d’avion, les frais de scolarité, le logement, le coût de la vie quotidienne et les sorties, la facture peut être salée. D’autant que le budget dépend aussi de votre pays d’accueil. Certains, comme l’Angleterre ou les Etats-Unis, ont un coût de la vie qui peut doubler par rapport à la France (+75% entre Lyon et Londres ou Nantes et New York par exemple). Essayez de faire des économies avant de partir et définissez un planning de dépenses pour éviter les mauvaises surprises.

7. Quelles sont les aides dont je peux bénéficier ?

À l’étranger, vous pouvez conserver vos bourses sur critères sociaux mais d’autres aides financières sont accessibles. Comme la bourse Erasmus+ et l’aide à la mobilité internationale qui proposent un coup de pouce de minimum 200 euros par mois selon le pays et le type de séjour (études ou stage). Certaines fondations et organismes d’échanges peuvent aussi vous aider. Enfin, n’oubliez pas de vous renseigner directement auprès de votre région, département, ville et établissement.

Lire aussi

8. Quel niveau de langue faut-il valider ?

La maîtrise de la langue, c’est ce qui peut parfois freiner les étudiants à partir étudier à l'étranger. Or, avant de faire vos valises, vous devez passer une certification pour attester de votre niveau. Le TOEFL et le TOEIC sont devenus des incontournables. Pour vous préparer, les établissements proposent aussi des sessions comme les campus d’été. Demandez conseil à votre formation.

Lire aussi

9. Quel est le lien avec ma formation en France ?

Si vous passez votre année scolaire à l’étranger, il est important de savoir si votre diplôme sera à la fois reconnu en France et dans votre pays d’accueil. Cela peut être un atout indéniable pour votre avenir professionnel. Autres questions : aurez-vous un référent en France, l’établissement va-t-il vous aider à vous loger, comment se déroulent les examens ? Informez-vous !

10. Comment gérer la distance avec mes proches ?

Les coups de blues, il va falloir vous y préparer, mais sachez que vous ne serez pas le seul étudiant étranger dans votre établissement. En début d'année, des journées d'intégration sont organisées pour les étudiants internationaux, cela permet de nouer du lien plus facilement. Pensez également aux colocations. Mais si vous voulez faire des rencontres au-delà de vos études, privilégiez des applications comme Meetup ou intégrez des groupes Facebook, "Les Français à…". Il en existe plusieurs pour les expatriés à Montréal, à Amsterdam, Londres…

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une étudier à l'étranger

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !