Dix questions à se poser avant d’envisager des études à l’étranger

Par La rédaction de l'Etudiant, publié le 18 Octobre 2019 - Mis à jour le 31 Juillet 2020
7 min

Si la crise sanitaire actuelle ne vous permet pas de partir à l’étranger dès la rentrée prochaine, mieux vaut y réfléchir dès maintenant. Car, même en dehors de cette situation si spéciale, la décision est difficile à prendre. Où partir ? Pour combien de temps ? Avant de sauter le pas, l’Étudiant vous aide à vous poser les bonnes questions pour savoir si vous êtes fait ou non pour partir à l’aventure.

"C'est une expérience à vivre, vraiment !" Cette phrase, les étudiants expatriés la répètent à longueur de temps. Pourtant, avant de prendre la décision de partir, le doute s’installe. Voici les dix questions à vous poser pour être sûr, ou presque, de faire le bon choix.

1. Quels sont vos objectifs ?

Tout le monde n’est pas fait pour étudier à l’étranger. Vous devez commencer par vous poser les bonnes questions : qu’est-ce qui vous attire dans cette expérience, pourquoi souhaitez-vous absolument partir et quels sont vos objectifs ? "Ce départ doit avoir du sens, toutes les formations et les métiers ne passent pas forcément pas la case 'International'", explique Stéphanie Talleux, coach en carrières disruptives.

Lire aussi

Lire aussi :

2. Comment choisir son pays ?

Si vous avez l’occasion de choisir, prenez votre temps. "En licence, on recherche souvent le dépaysement, on veut sortir de sa zone de confort. Arrivé en master, on prend conscience des compétences que l’on peut acquérir dans le pays d’accueil, le raisonnement n’est plus le même", assure Christophe Elie-Dit-Cosaque, vice-président chargé des affaires internationales à l’université Paris Dauphine. Définissez les critères qui vous semblent les plus importants, en bref, renseignez-vous sur la distance, le coût de la vie, les opportunités professionnelles, la culture du pays…

3. Combien de temps partir ?

Les établissements proposent soit un semestre soit une année à l’étranger. Tout dépend de votre projet personnel (découvrir le pays, faire des rencontres, gagner en autonomie) et/ou professionnel (apprendre la langue, valider un diplôme, travailler dans ce pays). Partir un semestre peut être plus rassurant, mais parfois frustrant. "Je n’avais jamais quitté la France et mes proches aussi longtemps, mais une fois sur place, on ne voit pas le temps passer, on ne demande qu’à en profiter", raconte Eva, étudiante à l’école d’ingénieur Polytech Montpellier, qui a passé quatre mois aux États-Unis. "À la fin, je comptais les jours car je ne voulais pas partir… Alors n’hésitez pas à vous lancer, tout va très bien se passer".

Lire aussi

4. Plutôt stage ou études ?

Renseignez-vous sur les modalités auprès de votre établissement. Les conditions ne sont pas les mêmes entre stage et études : les entreprises étrangères n’ont pas forcément de partenariat avec les formations françaises contrairement aux établissements. Cela ne facilite pas toujours les démarches, mais c’est possible !

5. Qu’est-ce que cela peut m’apporter ?

Vous ne pouvez pas fonder votre envie d’expatriation sur un rêve. "Étudier à l’étranger ce n’est pas pareil que de faire un voyage d’une ou deux semaines l’été, cela ne donne pas d’indication sur ce qui vous attend vraiment, il faut en avoir conscience", confirme Stéphanie Talleux. Là encore, pesez le pour et le contre, partir n’est pas une obligation. Parlez-en avec des étudiants qui sont partis avant vous, leurs expériences pourront vous aiguiller dans votre choix.

Lire aussi

6. Quel budget allouer ?

Les étudiants l’affirment, ils ne sont pas préparés à toutes les dépenses que représente un séjour à l’étranger. Entre le billet d’avion, les frais de scolarité, le logement, le coût de la vie quotidienne et les sorties, la facture peut être salée. D’autant que le budget dépend aussi de votre pays d’accueil. Certains, comme l’Angleterre, ont un coût de la vie qui peut doubler par rapport à la France. Essayez de faire des économies avant de partir et définissez un planning de dépenses pour éviter les mauvaises surprises.

7. Quelles sont les aides dont je peux bénéficier ?

À l’étranger, vous pouvez conserver vos bourses sur critères sociaux mais d’autres aides financières sont accessibles. Comme la bourse Erasmus+ et l’aide à la mobilité internationale qui proposent un coup de pouce allant de 150 à 450 euros par mois selon le pays et le type de séjour (études ou stage). Certaines fondations et organismes d’échanges peuvent aussi vous aider. Enfin, n’oubliez pas de vous renseigner directement auprès de votre région, département, ville et établissement.

Lire aussi

8. Quel niveau de langue faut-il valider ?

La maîtrise de la langue, c’est ce qui peut parfois freiner les étudiants à partir. Or, avant de faire vos valises, vous devez passer une certification pour attester de votre niveau. Le TOEFL et le TOEIC sont devenus des incontournables. Pour vous préparer, les établissements proposent aussi des sessions comme les campus d’été. Demandez conseil à votre formation.

9. Quel est le lien avec ma formation en France ?

Si vous passez votre année scolaire à l’étranger, il est important de savoir si votre diplôme sera à la fois reconnu en France et dans votre pays d’accueil. Cela peut être un atout indéniable pour votre avenir professionnel. Autres questions : aurez-vous un référent en France, l’établissement va-t-il vous aider à vous loger, comment se déroulent les examens ? Informez-vous !

10. Comment gérer la distance avec mes proches ?

"Quand on sait qu’on va rester plusieurs mois dans un pays, il faut savoir s’entourer… même si ce n’est pas toujours facile", confie Juliette, qui finit sa sixième année d’études de "pharma" à Amsterdam. Les coups de blues, il va falloir vous y préparer, mais sachez que vous ne serez pas le seul étudiant étranger dans votre établissement. Juliette conseille de télécharger l’application Meetup ou de vous inscrire à des groupes Facebook comme celui qui réunit les "French people in Amsterdam". "Les gens qui participent à ces événements sont assez ouverts, ce n’est pas difficile de s’intégrer et cela permet de sortir du cadre des études ou du travail."

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !