1. Etudier aux Etats-Unis : "Tous les clichés sont vrais !"
Témoignage

Etudier aux Etats-Unis : "Tous les clichés sont vrais !"

Envoyer cet article à un ami
Eva a passé quatre mois aux Etats-Unis, profitant de la fin de l'été, l'automne et une partie de l'hiver. // © Photo fournie par le témoin
Eva a passé quatre mois aux Etats-Unis, profitant de la fin de l'été, l'automne et une partie de l'hiver. // © Photo fournie par le témoin

Après avoir passé quatre mois intenses aux Etats-Unis, Eva, 22 ans, ne pense qu’à repartir. Cette expérience, bien trop courte selon l’élève-ingénieur, lui a tout de même permis de découvrir un pays qui vit constamment dans la démesure.

En cinquième année de génie biologique et agroalimentaire à l’école d’ingénieurs Polytech Montpellier, Eva vient tout juste de revenir en France, prête à reprendre sa vie d’étudiante. Et pourtant, pendant quatre mois, d’août à décembre dernier, elle a vécu au rythme des étudiants américains, à l’université du Minnesota Twin Cities, à Minneapolis. "C’était quatre mois de bonheur, on ne voit pas le temps passer", s’exclame-t-elle. Même si tout s’est décidé très vite pour Eva, s’expatrier à plusieurs milliers de kilomètres de chez elle était une expérience incroyable.

Des études à l’étranger ? Une chance à saisir sans hésiter

"Je me suis toujours dit que je partirai un jour travailler à l’étranger. L’année dernière, l’école nous a présenté les différents accords qui existaient entre Polytech et les universités étrangères, j’ai tout de suite voulu saisir ma chance ! Pour moi, c’était l’occasion de gagner en expérience, de me perfectionner en anglais et de tester mon envie de m’expatrier. J’ai envisagé le Canada dans un premier temps. Une place s’est libérée à l’université du Minnesota et après beaucoup d’hésitations, j’ai accepté. Les Etats-Unis, au même titre que la Nouvelle-Zélande et l’Australie, faisaient partie de mes pays de prédilection, donc les doutes ont laissé place à l’excitation."

Tout s’est décidé en mars, pour un départ prévu en août. J’ai passé le TOEFL en mai, c’était une condition nécessaire pour valider mon inscription. En juin, j’ai su officiellement que je partais. Je n’avais jamais quitté la France et mes proches aussi longtemps, mais une fois sur place, on ne voit pas le temps passer, on ne demande qu’à en profiter, " raconte-elle.

Lire aussi : Études à l’étranger : préparez votre dossier de candidature dès maintenant !

La vie aux Etats-Unis : points forts, points faibles

Eva a tout de suite été séduite par cette vie "à l’américaine" : "Tout est dans la démesure, les clichés qu’on a sur les Etats-Unis sont vrais. Je l’ai particulièrement vécu dans les événements sportifs organisés par l’université. Il y avait plus de 50.000 personnes, des avions qui survolaient les matchs, une ambiance de folie.. C’était incroyable !"

Logée sur le campus, l’étudiante a vécu de près cette atmosphère, parfois délirante. "Je voulais une chambre en résidence. C’était beaucoup plus cher, mais j’avais une vue directe sur le terrain de foot et la salle de sport de l’université. Je voyais les étudiants s’entraîner, les 'cheerleaders' (nom américain des pom-pom girls, ndlr) répéter… La vie sur le campus est très importante, c’est comme dans les films et cela permet de vivre l’expérience à 100%", assure Eva. L’étudiante a aussi beaucoup apprécié la qualité des enseignements qu’elle a reçus. "Je me suis très vite adaptée, que ce soit au niveau de la prise de notes en anglais ou des cours. La proximité avec les profs aide à nous sentir bien dans la classe."

Eva a profité de son séjour aux Etats-Unis pour découvrir la culture américaine. // © Photo fournie par le témoin
Eva a profité de son séjour aux Etats-Unis pour découvrir la culture américaine. // © Photo fournie par le témoin

Lire aussi : Étudier au Canada : "À Québec, j'ai découvert une autre façon d’apprendre"

Pourtant, quelques points noirs subsistent. Le coût de la vie est en moyenne 31% plus élevé qu’en France (selon le Coût de l’expat). Pour ses quatre mois aux Etats-Unis, Eva a déboursé 4.500 dollars pour sa colocation. "L’alimentation est très chère aussi : 8 dollars pour des pâtes fraîches. J’étais assez méfiante sur les produits proposés puisque beaucoup sont surgelés. À cela, il faut ajouter les taxes, qui diffèrent selon les Etats lorsque l'on passe à la caisse." À savoir aussi : les pourboires sont obligatoires dans les restaurants et les bars.

Lire aussi : Bourses : toutes les aides financières pour étudier à l’étranger

Profiter de son séjour… dès le premier jour

D’après Eva, s’il ne fallait retenir qu’une seule chose de cette expérience, c’est de bien en profiter dès son arrivée. "Je me disais que j’avais le temps, mais finalement, j’ai trop attendu et les examens sont arrivés. Il y a des choses que je n’ai pas eu le temps de faire ou de voir…" L’étudiante s’est tout de même accordée quelques jours à New York et à Chicago. Eva a aussi profité de sa vie étudiante en participant aux événements organisés par l’université : match, fêtes foraines, parades, concerts… "Je conseillerais d’entrer dans un club pour bien s’intégrer. Les Américains fonctionnent en mode ‘groupe’, ce n’est pas en cours qu’on se fait des amis mais dans les clubs. Et comme il y en a pour tous les goûts, même si vous n’êtes pas là longtemps, cela permet de créer des liens plus rapidement."

Lire aussi : Ce que l'on apprend en étudiant à l'étranger

L’étudiante conseille aussi d’entamer le plus tôt possible ses démarches pour partir aux Etats-Unis. Notamment pour faire sa demande de visa. "On doit prendre rendez-vous avec l’ambassade américaine à Paris, il y a un entretien, un questionnaire à remplir… Il ne faut pas s’y prendre à la dernière minute." Si vous prévoyez de partir l’hiver, lors de vos préparatifs, ne partez pas trop chargé. Vous trouverez des vêtements adaptés au froid directement sur place et à des prix plus intéressants.

"À la fin, je comptais les jours car je ne voulais pas partir… Alors n’hésitez pas à vous lancer, tout va très bien se passer", conclut Eva.

Zoom sur le forfait téléphonique
Renseignez-vous bien auprès de votre opérateur avant votre départ. Certains ne proposent pas de forfaits internationaux, ou alors des forfaits inadaptés et onéreux. D’après Eva, les forfaits américains ne sont pas toujours avantageux sur une petite période. Soyez vigilant pour éviter des frais supplémentaires.

Lire aussi : Dix questions à se poser avant d'envisager des études à l'étranger