Etudier en Norvège : "Entre les fjords, les montagnes et les forêts enneigés, c'est époustouflant"

Par Pauline Bluteau, publié le 24 Decembre 2021
6 min

Thomas, 20 ans, s'apprête à passer un Noël hors du commun en Norvège. L'étudiant francilien en troisième année de bachelor logistique va profiter des somptueux paysages scandinaves le temps de son échange Erasmus+. Un séjour qui le faisait rêver depuis longtemps et qui devient enfin réalité.

C'est à Molde, au milieu des fjords, de la mer de Norvège et des aurores boréales que Thomas s'est installé depuis cet été. Dès la réouverture des frontières en août dernier, l'étudiant n'a pas hésité à sauter dans l'avion. Il faut dire qu'après plus d'un an de crise sanitaire, le jeune diplômé d'un DUT techniques de commercialisation à Sceaux (IUT de l'université de Paris-Saclay) avait des envies d'ailleurs… ou plutôt, des envies de fraîcheur ! Le voilà dans un pays qui, pour l'instant, ne cesse de le surprendre.

Un "break" d'un an

Son pays d'adoption, Thomas pourrait en parler des heures. Pourtant, il y a un an, rien ne destinait vraiment cet étudiant à quitter l'Île-de-France pour s'envoler à 2.000 kilomètres. "L'année dernière, on est venu nous présenter le DUETI (diplôme universitaire d'enseignement technologique international). Ce diplôme nous permet de partir un an à l'étranger dans un pays partenaire de l'IUT par le biais du programme Erasmus. J'ai pensé que ce pourrait être une belle opportunité", raconte le jeune homme.

Déjà conquis par l'Islande, qu'il a eu l'occasion de visiter, l'étudiant n'avait qu'un souhait : se rendre en Norvège pour "retrouver ces paysages [qu'il avait] adorés". "Je n'étais jamais parti tout seul à l'étranger avant, précise-t-il. Un an, ça me paraissait long et puis, finalement, je me suis dit que ce serait bien de faire un break…" Son bon niveau d'anglais lui permet d'obtenir son premier choix. Dès juin, le jeune diplômé prépare son voyage dans l'incertitude de la crise sanitaire.

Thomas part étudier un an en Norvège dans la ville de Molde.
Thomas part étudier un an en Norvège dans la ville de Molde. // © Photo fournie par le témoin

Lire aussi

Apprivoiser les coutumes scandinaves

Finalement, tout se passe comme prévu, si ce n'est mieux. Sans quarantaine obligatoire, Thomas profite de ses dernières semaines de vacances pour vadrouiller, faire de superbes randonnées et visiter la ville de Molde, au milieu des fjord norvégiens. "À la rentrée, tous les étudiants en Erasmus se sont réunis pour une semaine d'intégration, il y avait beaucoup de nationalités différentes. C'est là que l'on a pu commencer à faire des rencontres, détaille Thomas. L'association étudiante de l'université propose aussi de nombreuses activités comme du ski, du bowling, du sport… Cela permet de s'intégrer." Car les Norvégiens restent fidèles à leur caractère plutôt introverti. "Il faut juste faire le premier pas, aller vers eux car après ils sont très sympas !"

Et pour dialoguer, l'anglais reste la langue universelle en Norvège. "Tout le monde parle super bien anglais", s'étonne l'étudiant qui suit également tous ses cours dans la langue de Shakespeare. À l'université de Molde, Thomas prépare un bac+3 en logistique : "Je ne trouve pas de grandes différences avec le système français. On a des plages de deux heures de cours. Ce qui change, c'est que l'on finit plus tôt vers 14–15 heures. Cela permet d'avoir un peu de temps pour faire des activités à côté."

Des paysages à couper le souffle font le quotidien de Thomas.
Des paysages à couper le souffle font le quotidien de Thomas. // © Photos fournies par le témoin

Lire aussi

Un Noël dans les montagnes nordiques

D'ailleurs, même si l'épidémie reprend depuis quelques semaines en Norvège et les consignes sanitaires se durcissent, il en faudra plus pour faire revenir Thomas en France. "Peut-être qu'on sera en distanciel à la rentrée mais j'y suis habitué et puis, je préfère quand même rester ici, c'est bien plus agréable !" Le jeune homme s'est d'ailleurs très vite adapté à son nouvel environnement où la mer et les montagnes sont reines. "On a la nature tout autour… Le matin, j'ai la mer en face de moi, c'est quand même sympa ! Et puis, ces fjords entre toutes ces montagnes et les forêts, c'est époustouflant ! Le paysage n'est jamais le même en fonction du temps !"

Thomas est bel et bien sous le charme. Et ce, quel que soit la météo. "En début de semaine, il a neigé. Il faisait –10°, ressenti –20°. Bon, c'est frais. Mais contrairement à la France, quand il neige ici, la vie continue, même quand il tombe 50 cm ! Si on est bien couvert et qu'il n'y a pas de vent, ça va." Le manque de lumière ne semble pas non plus vraiment l'atteindre. Vers 15 heures la nuit tombe, "un peu comme en France finalement", estime-t-il en riant. Ce qui l'a surpris en revanche, c'est plutôt ce sentiment de confiance et de sécurité qui règne chez les Norvégiens. "Les gens n'attachent pas leur vélo dans la rue… On ne ferait jamais ça en France !"

Pour les vacances de Noël, Thomas prévoit de profiter du pays et de Bergen où il y passera quelques jours avec d'autres étudiants en Erasmus. "Ici, les Norvégiens sont très attachés à Noël, il y a des décorations partout, des guirlandes, des lumières, des étoiles…" Mais en période de fêtes de fin d'année, les sapins, la neige et les montagnes norvégiennes ne remplaceront pas les raclettes et autres plats à base de fromage bien français. "On ne va pas se mentir, les fromages ici n'ont pas le même goût, c'est la nourriture qui va me manquer à Noël !"

Malgré ce petit instant de nostalgie, Thomas ne changerait de pays pour rien au monde. "J'aime bien ce côté frais, c'est un très beau pays mais il ne faut pas venir ici pour se faire bronzer", s'exclame-t-il. Une chose est sûre : d'ici l'été, l'étudiant a encore le temps de voir passer de belles saisons sous sa fenêtre.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une étudier à l'étranger

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !