1. En 2019, suivez Mehdi, en bac STMG : "Je ne veux pas prendre de risques sur Parcoursup"
Témoignage

En 2019, suivez Mehdi, en bac STMG : "Je ne veux pas prendre de risques sur Parcoursup"

Envoyer cet article à un ami
Pour la rentrée 2019, Mehdi a décidé de repousser son entrée à la fac. Il envisage de partir à l'étranger. // © Photo fournie par le témoin
Pour la rentrée 2019, Mehdi a décidé de repousser son entrée à la fac. Il envisage de partir à l'étranger. // © Photo fournie par le témoin

TIMELINE, ÉPISODE 4. Le droit, la philo, les lettres ou l’économie ? Sur Parcoursup, Mehdi a pris le parti de sélectionner plusieurs formations différentes pour mettre toutes les chances de son côté après son année de césure.

Avide de conseils, Mehdi, en bac STMG, a préféré suivre l’avis de ses professeurs pour compléter sa liste de vœux sur Parcoursup. Avec 11 formations au compteur, dont deux sous-vœux, l’élève de terminale STMG s’estime globalement satisfait de ses choix. Il ne lui reste plus qu’à rédiger ses projets de formation motivés pour clore définitivement son dossier.

Des prépas pour maximiser ses chances de réussite

Alors qu’il envisageait plutôt d’entrer en licence de droit, Mehdi a pris le soin d’ajouter trois CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) littéraires et économiques à son dossier. "C’est mon professeur principal qui m’a parlé de la prépa. Au début je n’avais pas l’intention d’en intégrer une mais je me suis dit que c’était sans doute une stratégie intelligente", raconte le lycéen.

Lire aussi l'épisode 1 : "J'espère passer une année de césure aux États-Unis ou en Angleterre"

En prépa, Mehdi espère ainsi acquérir la rigueur nécessaire pour rejoindre, par la suite, les bancs de l’université et maximiser ses chances de réussite. Notamment en licence, une formation qui représente la moitié de ses choix sur Parcoursup. "Mais ma préférence se tourne toujours vers la double licence de droit-philo à la Sorbonne", admet-il.

Les lettres de motivation : la peur de la page blanche

En revanche, concernant la rédaction de ses lettres de motivation, Mehdi est beaucoup plus hésitant. S’il a d’ores et déjà préparé quelques brouillons, le lycéen est loin d’avoir complètement finalisé son dossier. "J’appréhende vraiment cette étape, avoue-t-il, je ne sais pas quoi dire, j’ai peur d’en faire trop…" Mehdi prévoit de garder un peu de temps pour faire relire ses projets de formation motivés à ses enseignants.

Lire aussi l'épisode 2 : "Parcoursup me pousse à revoir mon orientation"

Quant à sa demande de césure, le lycéen devrait recevoir les premières réponses des familles d’accueil londoniennes en mai ou juin prochain.