1. Étudier à La Rochelle : les avantages selon Élia
Portrait

Étudier à La Rochelle : les avantages selon Élia

Envoyer cet article à un ami
Élia, 23 ans, en M2 direction des projets audiovisuels et numériques à l’université de La Rochelle. // © Théophile Trossat pour l'Etudiant
Élia, 23 ans, en M2 direction des projets audiovisuels et numériques à l’université de La Rochelle. // © Théophile Trossat pour l'Etudiant

Sa mère l'espérait kiné à Gap, Élia choisit finalement les langues à la Rochelle. L'étudiante de 23 ans nous explique pourquoi cette ville a tout pour lui plaire.

Découvrez notre palmarès interactif des villes où il fait bon étudier

Après son bac ES à Gap, Élia, 23 ans, entame une année de STAPS : "Ma mère médecin me poussait à devenir kiné". Après quatre mois de cours, Élia abandonne tout et poursuit sa passion : les voyages. D’abord en Espagne, à Séville, puis aux États-Unis, à Los Angeles, en dehors de tout cadre universitaire. Avec l’idée de changer d’air et de travailler les langues. "En STAPS, le seul cours qui m’intéressait était celui d’anglais !", dit-elle. Elle décide d’intégrer un cursus de LEA (langues étrangères appliquées), mais pas n’importe lequel : "Le seul où les trois langues du continent américain sont obligatoires : anglais, espagnol, portugais." Ce sera celui de La Rochelle.

Lire aussi : Êtes-vous fait(e) pour les études de langues ?

Dès sa rentrée en L1, Élia postule pour partir un semestre à Cordoue, en Andalousie. L’année suivante, elle effectue un semestre à Aberystwyth au pays de Galles. "À La Rochelle, il y a beaucoup d’accords pour partir en Erasmus ou en double diplôme. C’est la raison qui explique mon choix de m’éloigner de Gap !" Dans son cursus, Élia côtoie des étudiants binationaux ou en échange. Et sur le campus ? "On entend toujours des langues étrangères. Il y a de nombreux étudiants asiatiques et espagnols." Élia s’est d’ailleurs engagée lors de son premier semestre de M1 dans l’association Erasmus Student Network. Celle-ci aide les étudiants étrangers à s’intégrer, prépare les soirées, les sorties culturelles, leur fait visiter la ville, les aide dans leur vie pratique. "J’ai été tellement bien accueillie à l’étranger que j’avais envie de rendre la pareille", dit-elle. L’an prochain, Élia intégrera un M2 direction des projets audiovisuels et numériques en alternance, dont certains cours sont… en espagnol.

Ses endroits préférés

Les Halles de la place du marché. "Ce sont de très belles halles du XIXe siècle. Comme je suis végétarienne, j’y fais une grande partie de mes courses. Avec ma bourse étudiante, j’arrive à trouver de bons produits, pas trop chers."
Le bar éphémère La Belle du Gabut. Sur le quai du Gabut sur le Vieux-Port. "L’ambiance du bar est assez étudiante. Il y a des animations, comme du yoga par exemple et ce n’est pas cher."
La pizzeria Ragazzi da Peppone. "Dans la rue Saint-Nicolas, j’y vais le soir. Je prends aussi parfois des pizzas à emporter. Elles sont top !"