Autonomie et emploi : les missions locales aux côtés des jeunes

Par Etienne Gless, publié le 25 Septembre 2020
5 min

Emploi, formation mais aussi logement et santé... Les 437 missions locales de l'Hexagone proposent des solutions pour votre insertion professionnelle et sociale. Zoom sur les services que vous pouvez trouver dans ces structures.

"J’ai arrêté l’école en 3e", confie Nina, 20 ans. "Pour m’empêcher de décrocher, le soutien je l’ai trouvé dans ma mission locale. Je suis en Garantie jeunes et j’ai actuellement plusieurs entretiens pour travailler dans la garde d’enfants. J’ai même l’intention de passer mon bac en candidat libre", ajoute la jeune femme. Comme Nina, des centaines de milliers de jeunes parviennent à reprendre pied et maîtriser leur avenir en poussant la porte d'une des 437 missions implantées en France.

Un service public pour les jeunes de 16 à 25 ans

Les missions locales sont un service public dédié à l'insertion sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans révolus. "Nous accompagnons 1,1 million de jeunes chaque année", explique Sandrine Aboubadra-Pauly, déléguée générale de l’Union nationale de missions locales (UNML). "Les missions locales s’adressent à tous les jeunes même si tous n’ont pas besoin d’un accompagnement intensif". Dans le contexte de crise liée à l'épidémie de Covid-19, ces organismes s’attendent dans les mois à venir à recevoir beaucoup plus de jeunes sans solution : "Nous n'avons pas encore de résultats objectivés mais nous anticipons l’arrivée d’étudiants dont les conditions matérielles se dégradent", prévoit la déléguée générale.

Lire aussi

Un parcours pour trouver sa voie

"Grâce à l'aide de la mission locale, j'ai pu devenir auxiliaire de vie. J’effectue des remplacements et je m’apprête à reprendre mes études comme infirmier", témoigne Victor, 26 ans. Si comme Victor vous souhaitez un soutien, la mission locale va vous proposer un accompagnement global et vous faire signer un parcours d'accompagnement contractualisé vers l'accompagnement et l'autonomie (PACEA). "Le PACEA est d'une durée maximale de deux ans, il alterne formation, mise en situation professionnelle et accompagnement social", précise Sandrine Aboubadra-Pauly. En 2021, 80.000 parcours d'accompagnement seront financés en plus des 340.000 initialement prévus.

De l'aide pour trouver une formation ou un apprentissage

"Après la 3e, j’ai passé un an déscolarisé", témoigne Darren, 19 ans. "Aujourd’hui, je suis en terminale générale spécialité SVT, physiques et maths complémentaires au lycée d’Arsonval de Saint-Maur (94)". Comme Darren, la mission locale peut vous aider à retrouver les chemins de l'école, alors que depuis la rentrée 2020 l'obligation de formation est prolongée jusqu'à 18 ans. Les missions locales peuvent vous épauler à construire votre projet professionnel et le parcours de formation qui y mènera (qualification, diplôme, alternance). Elles connaissent en effet bien les entreprises implantées sur leur territoire qui peuvent recruter des jeunes en alternance.

Lire aussi

La Garantie jeunes, une aide financière et un accompagnement intensif vers l'emploi

"Avec la Garantie jeunes j’ai pu faire des stages et découvrir des métiers. Du coup, j'ai trouvé un métier qui m’intéressait et que je souhaitais exercer plus tard", se réjouit Safa, 19 ans, qui vient de commencer un apprentissage dans les métiers de l'hôtellerie et de la restauration. Cette aide vous permet de bénéficier de mises en situation professionnelle, d'ateliers collectifs avec d'autres jeunes, de conseils et de toucher une allocation pendant douze mois.

"L'objectif est qu'au bout de l’accompagnement intensif d’un an le jeune soit en emploi ou en formation", explique Sandrine Aboubadra-Pauly. Huit mois après l'entrée dans le dispositif, 29% des bénéficiaires sont en emploi et 41% au bout de 18 mois. En 2021, le plan du gouvernement "1 jeune 1 solution" va proposer 50.000 places supplémentaires en Garantie jeunes.

Au delà des moyens humains et financiers, les missions locales promeuvent l'engagement, notamment via le service civique. Elles soutiennent la prise de parole des jeunes qui ont même créé leur webradio nationale : RadioActif. "On ne peut couper le jeune en morceaux ! À la mission locale il est pris dans sa globalité, dans son entièreté", conclut Sandrine Aboubadra-Pauly.

Articles les plus lus

Nos sélections d'offres de jobs étudiants

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !