1. Entretien d’embauche : les questions à ne SURTOUT pas poser lors du premier rendez-vous
Coaching

Entretien d’embauche : les questions à ne SURTOUT pas poser lors du premier rendez-vous

Envoyer cet article à un ami
Préparez bien les questions que vous allez poser aux recruteurs. // © Skynesher/iStockphoto
Préparez bien les questions que vous allez poser aux recruteurs. // © Skynesher/iStockphoto

Les recruteurs sont unanimes : il est des questions qu’il ne faut jamais poser lors du premier entretien d’embauche au risque de voir le job de vos rêves vous passer sous le nez. Pour vous éviter de mettre les pieds dans le plat, l’Etudiant a identifié, avec l’aide d’experts, les sujets à rayer de votre liste, mais aussi les façons d’obtenir des réponses à vos interrogations "mine de rien".

#1. "Quelle est l'activité de l'entreprise ?"

Avec une telle question, vous êtes sûr de ne jamais décrocher le deuxième entretien. "Arriver les mains dans les poches, sans vous informer sur l'activité de l'entreprise, c'est la pire des erreurs. Le recruteur, persuadé de perdre son temps, vous prendra pour un amateur", affirme Fabrice Mazoir, chef de projet éditorial chez RégionsJob.

Le conseil à suivre : "Surfez sur le site Internet de l'entreprise pour identifier son cœur de métier, son organisation, ses clients, ses projets... Toutes les informations nécessaires figurent sur les sites bien construits, même le poste de votre recruteur ! Fait-il parti de l'équipe RH ? Est-il un opérationnel (marketing, comptabilité, communication..) ? Pour le savoir, cherchez votre interlocuteur sur Google et sur les réseaux sociaux. "Une fois les renseignements trouvés, prenez des notes et relisez vos fiches avant l'entretien", conseille Frédérique Devaux, responsable du recrutement pour la banque de détail en France de Société générale.

#2. "Quelle sera ma rémunération ?"

Il ne faut jamais évoquer d'emblée le sujet du salaire. "L'erreur de poser des questions sur la rémunération avant même d'avoir présenté son parcours ou démontré l'intérêt pour le poste est classique. Mais elle est assassine", avertit Richard Bentz, DRH Corporate Disneyland Paris.

Le conseil à suivre : Un peu de patience... "Le thème sera obligatoirement abordé lors des prochains entretiens", rassure Richard Bentz.

#3. "Quand pourrai-je prendre mes congés ?"

Lors de la première rencontre, il est primordial de prouver votre motivation. Donc de mettre de côté, dans un premier temps, la question de vos vacances à la plage. "Si vous êtes retenu pour le poste, le détail des congés sera précisé dans votre contrat de travail", précise Marie-Pierre Schmitz fondatrice de Benta Berry. C'est généralement lors du dernier entretien que le sujet sera soulevé.

Le conseil à suivre : Cette question relève du droit du travail. Pour en savoir un peu plus, vous pouvez vous y référer. Sur le site service-public.fr, il est mentionné : "Tout salarié, quelle que soit son ancienneté, a droit chaque année à un congé payé par son employeur, que son contrat soit à durée indéterminée (CDI) ou à durée déterminée (CDD). La durée des congés varie en fonction des droits acquis. Les départs en congés sont organisés par l'employeur. Ils peuvent être pris de manière fractionnée, sous conditions".

#4. "À quel rythme accordez-vous des augmentations ?"

Cela fait partie des sujets que vous pourrez négocier après un certain temps passé dans l'entreprise, mais pas avant d'avoir fait vos preuves. "La première année, inutile d'aborder la question", indique Gontran Lejeune à la tête du cabinet de recrutement Bienfait & Associés.

Le conseil à suivre : "Il vous faudra avant tout assimiler les codes de l'entreprise en matière salariale. L'entreprise fonctionne-t-elle par augmentation générale ? Par enveloppe individuelle ? À quel rythme ? Vous n'aurez les réponses qu'une fois embauché, auprès de votre chef de service", précise Gontran Lejeune.

#5. "Est-ce que je peux partir plus tôt si mon travail est fini ?"

"Cette question ne doit en aucun cas être abordée durant l'entretien. Si l'entreprise pratique la flexibilité du temps de travail, c'est au recruteur de vous en parler", précise Diego de Brisoult, fondateur de Géojobs.

Le conseil à suivre : Respectez les horaires de l'entreprise, c'est impératif. Si vous avez décroché le job, soyez observateur, regardez comment fonctionnent vos collègues.

#6. "Pourrais-je avoir un bureau seul ?"

En entreprise, le travail en équipe est quasi obligatoire. L'open space a été adopté par une grande majorité d'entre elles. "Demander un bureau seul traduirait votre manque de volonté à faire partie de l'équipe. Or, le recruteur veut être certain que vous vous intégrerez.

Le conseil à suivre : "Montrez plutôt que vous aimez le travail collaboratif, en posant des questions sur l'organisation du travail par exemple", conseille Gontran Lejeune. Et rien ne vous empêche le jour de l'entretien de demander à visiter les locaux, histoire de voir comment ils sont agencés.

#7. "Qui sont vos clients ?"

D'une manière générale, les questions stratégiques sur l'entreprise braqueront votre recruteur, surtout lors du premier entretien. Cela inclut celles sur l'identité des clients mais aussi sur le chiffre d'affaires. "Vous risquez de perdre des points", insiste Frédérique Devaux.

Le conseil à suivre : Les informations sont consultables sur le site de l'entreprise. Et s'il s'agit d'une PME, vous pouvez chercher des renseignements sur societe.com, par exemple, ou dans la presse spécialisée.

#8. "Quelle est la valeur des Titres-Restaurant, combien aurai-je de temps pour déjeuner, quels avantages offre le CE, etc. ?"

"Cette farandole de questions terre à terre vous fera passer pour un opportuniste. Et si votre interlocuteur est un opérationnel, il ne sera pas en mesure de répondre à vos questions. Elles relèvent des RH", précise Richard Bentz.

Le conseil à suivre : Là encore, patience : laissez le recruteur évoquer ces sujets. Bien sûr, il est toujours possible de vous renseigner discrètement auprès des salariés de l'entreprise. Mais évitez d'investir le bureau des RH, vous ferez mauvaise impression. Sachez que si la société comprend plus de 50 salariés, vous bénéficierez des offres du comité d'entreprise, qui varient d'un CE à l'autre. Le montant des Ticket Restaurant diffère également d'une société à l'autre.

#9. "Ai-je décroché le poste ?"

"Ne posez surtout pas cette question", insiste Dunya Bouhacene fondatrice du Women Equity. Vous n'êtes jamais seul sur un poste. Votre interlocuteur sera donc dans l'incapacité de vous répondre, d'autant que la décision d'embauche est toujours collégiale.

Le conseil à suivre : "Vous pouvez vous renseigner sur les prochaines étapes du processus de recrutement, sur le nombre d'entretiens qui vous attendent ainsi que sur le nombre de candidats que le recruteur reçoit pour ce poste", poursuit Dunya Bouhacene.