Sondage "rentrée 2020" : les lycéens et étudiants se disent stressés, mais motivés

Par Stéphanie Ouezman, publié le 31 Août 2020
5 min

INFOGRAPHIE. #Rentrée2020. "Stress" (20%), "attente" (17,5%) et "curiosité" (17%) sont les trois premiers mots choisis par les lycéens et étudiants pour résumer leur sentiment face à cette rentrée 2020. Juste après, ils se disent "anxieux" (13,5%). Mais un sondage conduit en août par l’Etudiant montre qu’ils sont aussi... motivés ! Alors, dans quel état d’esprit les jeunes s’apprêtent-ils à reprendre le chemin de leur établissement dans un contexte sanitaire difficile ?

Entre le 24 juillet et le 27 août, 873 élèves et étudiants ont répondu à ce sondage de 22 questions mené par l’Etudiant. Dans le détail, 79% sont des filles, la région Ile-de-France est la plus représentée (28,5%). Très peu effectuent une alternance (4,5%), mais 3% nous disent avoir finalement renoncé à ce rythme après l’avoir envisagé pour cette rentrée. Près de 30% des répondants effectuent leur première rentrée dans le supérieur, 36% entrent en bac+2 ou plus, 32 % sont au lycée et 3% au collège. Dans notre analyse, les résultats sont arrondis au demi-point le plus proche.

Sondage "Comment vous sentez-vous à l'approche de la rentrée 2020 ?"
Sondage "Comment vous sentez-vous à l'approche de la rentrée 2020 ?"

Lire aussi

Une rentrée stressante

"Stressés" ? À l'approche de la rentrée, lycéens et étudiants sont 13% à l’être "complètement", 30,5%, "beaucoup", et 46%, "un peu". Soit près de 90% pour lesquels cette période représente peu ou prou une source de tension. Seulement 10% ont coché la case "pas du tout". Mais est-ce un niveau de stress comparable à celui des autres rentrées ? Nous leur avons demandé de le situer et 74% se posent effectivement plus de questions, 14% s’estiment dans le même état et les 12% restant affirment se poser moins de questions.

Logiquement, le moral devrait donc être affecté aussi ? mais aux deux extrêmes – ceux qui confessent un "moral à zéro" comme ceux qui affirment avoir la grande pêche – ne sont pas les plus nombreux. Le moral général est à peine au-dessus de la moyenne : 5,5/10. Ce qui n’empêche paradoxalement pas la motivation d’être franchement présente : pour 15% des répondants, elle est même à bloc, à 10/10 ! Mais en moyenne, lycéens et étudiants affichent un joli 6,8/10 de motivation.

Et ils le prouvent en étant 73% à assurer qu’ils se sentent capables de travailler davantage en cette rentrée 2020 pour compenser la période de travail à distance de la fin d’année dernière. Même si les possibles cours de remise à niveau, de soutien ou de rattrapage ne ravissent pas les 27% restant, une large majorité se montre "au taquet" !

Et d’ailleurs, à choisir entre les deux, 49% des répondants soutiennent que leur sujet de préoccupation principal reste leur réussite scolaire cette année, contre 29% pour lesquels les conditions sanitaires représentent une préoccupation plus importante. Un petit quart (22%) n’arrive pas à se décider entre ces deux sources de préoccupation proposées.

Lire aussi

Résolus au distantiel, mais avec des réserves

Pour la moitié des répondants, c’est clair, la rentrée idéale se fait à 100% en présentiel. À l’autre bout du spectre, ils sont 8% à la souhaiter entièrement à distance. Près de 42%, peut-être plus résolus à vivre avec le virus, se satisferont d’une rentrée mixant distance et présence, comme elle se dessine d’ailleurs dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur.

Si certains cours devaient se dérouler à distance, cela signifierait sans aucun doute pour une large majorité des répondants une perte de qualité. 33% estime que cette perte serait "importante", 41%, "faible mais réelle". Seulement 15% estiment que la distance n’altère pas du tout la qualité des cours. Et 11% se considèrent incapables de l’évaluer.

35% disent qu’ils ne seront pas capables d’être autant investis à distance que sur place. Mais les autres sont plus positifs concernant leurs capacités à tenir le cap, même éloignés de leur établissement : 43% pensent qu’ils finiraient par trouver un rythme. 22% pensent que distanciel et présentiel n’ont aucun impact sur leur niveau d’investissement dans les cours.

Dans tous les cas, lycéens et étudiants restent optimistes concernant leur niveau : si 50% avouent avoir "un peu" décroché pendant le confinement, ils se disent "prêts à s’y remettre" ! Et si 12% disent avoir totalement décroché et ne plus se sentir capables de travailler comme avant, ils sont 24% à considérer que le confinement n’a rien changé et 14% à trouver qu’ils ont même mieux travaillé.

Lire aussi

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !