1. Il est le meilleur chocolatier du monde
Portrait

Il est le meilleur chocolatier du monde

Envoyer cet article à un ami
Vincent Vallée est le premier Français à décrocher ce titre. // © World Chocolate Masters
Vincent Vallée est le premier Français à décrocher ce titre. // © World Chocolate Masters

Vincent Vallée a été sacré champion du monde du chocolat fin 2015. Le jeune homme de 27 ans, qui conseille de se former en CFA (centre de formation d'apprentis), a d'ores et déjà été sollicité par Harrods à Londres pour la commercialisation de ses chocolats.

Au World Chocolate Masters du Salon du chocolat de Paris, Vincent Vallée a décidé d'y aller seul, sans aucune équipe dédiée pour la préparation, alors que des candidats sont arrivés entourés d'une armada d'assistants et de stylistes. Le jeune homme de 27 ans est reparti avec le titre de meilleur chocolatier du monde 2015.

Préparation du concours

Il a tout organisé dans son coin, avec son patron, tout en continuant d'exercer son métier, chaque jour. Le Vendéen a même investi 18.000 € pour la conception et la réalisation d'un moule en bicarbonate. Pendant le concours, il n'a pas dormi pendant trois jours : "Je devais fabriquer les six pièces à présenter et j'ai adapté mes ingrédients à ceux du candidat précédent, pour que les jurés aient toujours le sens du goût lors de ma présentation."

Apprenti chocolatier en seconde

Petit, Vincent regardait travailler son père, restaurateur, épinglé d'une étoile au guide Michelin. En troisième, il voulait être pâtissier. C'était avant sa découverte du chocolat, "matière que l'on peut sculpter, façonner, rendre mate ou brillante". Entré en apprentissage dès la seconde, il décroche un BEP (brevet d'études professionnelles), puis un BTM (brevet technique des métiers) en pâtisserie. Aujourd'hui, le chocolatier travaille chez le pâtissier Thierry Bamas, meilleur ouvrier de France, à Anglet (64). L'important, selon lui, c'est de "toucher le client, tout comme un jury de concours, par de l'élégance, de la finesse, de l'émotion".

Sollicité par Harrods à Londres

"La clé de la réussite, c'est de préférer un CFA (centre de formation d'apprentis) avec une bonne réputation à un lycée professionnel, où l'on n'est que dans la théorie. Il faut plonger très vite dans le concret", prévient Vincent. Si son métier – surtout dans la pâtisserie – est très masculin, le jeune homme avance que c'est "parce que les casseroles sont lourdes et qu'à Noël, nous n'avons plus d'horaires". Selon lui, les qualités indispensables d'un chocolatier sont "la rigueur, la rapidité, la polyvalence et la créativité". Depuis son succès, il est demandé pour assurer des formations et participer à des jurys de concours. "Mais il y a surtout Harrods qui m'attend, se réjouit-il. La chaîne de grands magasins londoniens va commercialiser mes chocolats, et ça, c'est un sacré pari." C'est donc outre-Manche que la carrière internationale du meilleur chocolatier du monde commence.