Métiers de la Marine nationale : 24 heures à bord du "La Fayette"

Par Étienne Gless, publié le 25 May 2018
4 min

Hiver 2018. En Méditerranée, au large des côtes varoises, la frégate "La Fayette", navire de combat de 125 mètres de long avec 150 marins à bord, participe à l’exercice d’entraînement "Gabian". Quatre fois par an, les personnels de la flotte toulonnaise s’entraînent ensemble. Au programme : des exercices de lutte contre navires et aéronefs, de tirs contre des cibles aériennes ou de surface. Reportage.

Vous voulez rejoindre les quelque 36.000 marins ? La Marine nationale forme à 70 métiers qui touchent à l’aéronautique, l’armement, la navigation, la mécanique, les télécommunications. Zoom sur cinq métiers accessibles avec ou sans le bac.

Matelot opérations navales

Au central opérations, ce professionnel se voit confier la mise en œuvre du matériel de détection aérienne (radar), sous-marine (sonar) ou de guerre électronique. Au PC télec (poste central télécommunications – qui regroupe les systèmes de communication du navire –, il participe à la maintenance des réseaux satellitaires, de l’intranet et des réseaux spécifiques à la Marine. Le métier est accessible aux jeunes de 17 à 24 ans, de la troisième au bac. Il est préférable d’avoir suivi une filière scientifique pour la spécialité systèmes d’information et de communication. Vous signerez un contrat de quatre ans.

Navigateur timonier

À la passerelle de navigation, le "navit" détermine la position du navire et tient à jour les cartes nautiques. Il assiste le chef de quart pour la navigation. Une partie de son travail de timonier consiste à savoir déchiffrer les signaux lumineux, les messages radio et par bras. Il est rarement affecté à terre. Dans ce métier, on embarque aussi bien sur un porte-avions, un chasseur de mines, une frégate…

Lire aussi

Le recrutement à l’École de Maistrance, à Brest, qui forme les officiers mariniers, s’effectue sur sélection auprès de bacheliers âgés de 17 à 29 ans. Le contrat initial est de dix ans.

Fusilier marin

Son rôle à terre comme en mer consiste à protéger tous les sites sensibles de la Marine. À terre, ce sont les arsenaux, les bases navales, les centres de transmission, et, en mer, les différents bâtiments de la flotte. Embarqué, ce professionnel est responsable du maintien de l’ordre, des consignes de sécurité et de la protection contre les intrusions. Formé au combat et aux techniques d’interpellation, il peut mener des interventions armées. Le recrutement s’adresse aux titulaires d’un bac. Pendant votre carrière, vous pouvez passer des qualifications telles que maître-chien, tireur d’élite ou rentrer dans la filière commando très demandée.

Technicien des systèmes d’armes

Missiles, canons… Le technicien des systèmes d’armes assure la maintenance et la mise en œuvre de l’armement à bord. Sa formation en fait un spécialiste en informatique de commande, électronique, automatique et optronique. Appelé aussi "électronicien d’armes", il occupe une place centrale dans les opérations navales. Il dirige les tirs depuis le central opérations. Le métier est accessible aux titulaires d’un bac, après sélection. Comme pour tous les autres métiers de la Marine nationale, vous devez avoir la nationalité française, savoir nager, être déclaré apte physiquement et médicalement et avoir effectué votre Journée défense et citoyenneté.

Marin-pompier de la flotte

Ce marin est, bien sûr, chargé de la prévention des sinistres, de la sauvegarde des personnes et de la protection du matériel. Ses deux principaux sujets de préoccupation sur un bâtiment sont le feu et les voies d’eau. Comme chef d’équipe face à tout sinistre ou secours aux personnes, il doit diriger, avec rapidité et efficacité, une équipe d’intervention. Le recrutement s’effectue, après sélection, auprès de jeunes âgés de 18 ans à moins de 30 ans et titulaires d’un bac.

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !