1. Romain, 21 ans, ébéniste : "J'aime atteindre la perfection"
Portrait

Romain, 21 ans, ébéniste : "J'aime atteindre la perfection"

Envoyer cet article à un ami
Romain, ébéniste, travaille dans l’ameublement de luxe des yachts. // © Mathieu Cugnot / Divergence pour l'Etudiant
Romain, ébéniste, travaille dans l’ameublement de luxe des yachts. // © Mathieu Cugnot / Divergence pour l'Etudiant

ILS GAGNENT 3.000 EUROS AVANT 30 ANS. Son CAP ébénisterie en poche, Romain enchaîne ensuite diplômes et concours et réussit, à 21 ans, à se faire embaucher dans une entreprise de luxe à Wrexham (Royaume-Uni). L'Etudiant l'a rencontré.

À 21 ans, ce jeune Alsacien vient de décrocher le gros lot, en se faisant embaucher dans une entreprise de luxe, spécialisée dans l’ameublement des yachts, située au sud de Manchester. "J’ai commencé mon contrat début avril. Pour moi, c’est l’aventure, je ne parle pas du tout anglais, s’exclame-t-il. Pour l’entretien, j’ai eu un traducteur !"

Lire aussi : Ils n'ont pas 30 ans et gagnent 3.000 € par mois

Romain va ainsi gagner 2.500 € net par mois, sans les primes. Signe indubitable que ses compétences sont très prisées. "C’est sûr qu’à 21 ans, c’est un très bon salaire", admet Romain.

Son parcours

"Dès ma première année de CAP [certificat d’aptitude professionnelle], j’étais à fond dedans !" Romain a rarement douté de sa passion : l’ébénisterie. De fait, ce jeune homme est un champion. Après la troisième, ce fils d’ébéniste intègre le CFA (centre de formation d’apprentis) d’Eschau, près de chez lui, en CAP menuiserie, et enchaîne, à partir de là, diplômes et médailles : médaille d’or en 2013 au concours des Meilleurs Apprentis de France en ébénisterie, champion de France en 2017 aux Olympiades des métiers, puis médaille d’excellence aux World Skills d’Abu Dhabi en octobre dernier et, parallèlement, il obtient les CAP menuiserie, CAP ébénisterie, BTM (brevet technique des métiers) ébénisterie et CAP marqueteur, en apprentissage au sein d’une entreprise locale.

"J’aime tout le processus de fabrication jusqu’aux finitions"

Lui qui aime "atteindre la perfection et la montrer dans les moindres détails, se reconnaît un esprit compétiteur. J’ai fait beaucoup de compétitions sportives, en triathlon et j’ai toujours aimé me donner les moyens de gagner", explique-t-il. Dès son premier concours, il décide d’innover : "Le sujet de menuiserie ne me plaisait pas, alors j’ai préféré préparer celui d’ébénisterie, et j’ai gagné !" Des épreuves où il faut associer précision et rapidité !

Lire aussi : La fiche métier d'ébéniste

Une audace qui ne va pas sans persévérance : pendant sept mois par exemple, Romain a passé ses soirées et week-ends à s’entraîner pour les World Skills d’Abu Dhabi, en plus de son emploi d’apprenti. Soit plus de 600 heures au total ! "C’est un métier où il faut être calme, décrit le jeune homme, jamais angoissé pour son avenir. J’aime tout le processus de fabrication, de la préparation du bois aux finitions, en passant par le façonnage !" Son bois préféré ? "Le mélange érable-noyer est particulièrement beau visuellement", confie-t-il.