1. Quels métiers pour rebâtir la cathédrale Notre-Dame de Paris ?
Boîte à outils

Quels métiers pour rebâtir la cathédrale Notre-Dame de Paris ?

Envoyer cet article à un ami
La cathédrale Notre-Dame de Paris, qui a brûlé le 15 avril 2019, a besoin de bras pour la reconstruire, notamment des charpentiers. // © Romain GAILLARD/REA
La cathédrale Notre-Dame de Paris, qui a brûlé le 15 avril 2019, a besoin de bras pour la reconstruire, notamment des charpentiers. // © Romain GAILLARD/REA

De nombreux corps de métiers vont être mobilisés pour reconstruire les parties détruites par l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Mais de nombreux autres chantiers de rénovation du patrimoine ont aussi besoin de couvreurs, charpentiers ou ébénistes. Zoom sur ces professions d’art et du patrimoine qui manquent de candidats.

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui s'est déclaré le 15 avril 2019, est éteint. II est venu le temps de rebâtir. Les travaux de reconstruction de l’édifice aux 12 millions de visiteurs annuels ont en fait déjà débuté : "Ce matin [le 18 avril], on a fretté le transept nord de Notre-Dame. C’est une technique de cerclage pour consolider le bâtiment", explique Frédéric Létoffé, président du GMH, un syndicat professionnel qui regroupe des entreprises spécialisées dans la rénovation des monuments historiques. Car avant la restauration proprement dite, certains métiers du BTP sont à la manœuvre pour consolider et sécher la cathédrale, inondée pour éteindre l’incendie. Ce sont les métiers de l’assainissement, de la consolidation et du séchage.

Un chantier-école pour apprentis de toute l'Europe ?

"Des jeunes nous appellent pour savoir comment se former aux métiers pour rebâtir la cathédrale. Cette tragédie peut permettre de donner envie de s’orienter vers des métiers trop oubliés et un type de formation – l’apprentissage – trop longtemps considérée comme une voie de garage", juge Bernard Stalter, président de l'APCMA (Assemblée Permanente des chambres de métiers et de l’artisanat). Ce dernier veut même faire du chantier de reconstruction de Notre-Dame un chantier-école pour des apprentis de tous les pays européens. "Lançons un Erasmus des bâtisseurs !, propose-t-il. Faisons de Notre-Dame de Paris le premier CFA [centre de formation d'apprentis] européen unique en son genre."

Lire aussi : Erasmus+ pour les apprentis : comment partir dès maintenant ?

Charpentier et couvreur : les deux métiers les plus demandés

Cinq ans pour reconstruire Notre-Dame, a fixé comme cap Emmanuel Macron, le président de la République. Le gouvernement en profite pour lancer "les Chantiers de France". Objectif : donner envie à davantage de jeunes de s’orienter vers des métiers aux savoir-faire ancestraux et toujours porteurs. Car d’autres chantiers de rénovation du patrimoine ont besoin de main-d’œuvre formée partout en France.

Une église de village, un viaduc et 1.000 autres édifices fragiles du patrimoine exigent des travaux de rénovation. "Ce sont des métiers d’excellence et porteurs d’emploi, mais nous manquons actuellement de couvreurs et de charpentiers pour répondre aux besoins de tous les chantiers", constate Muriel Pénicaud, ministre du Travail et en charge de l’apprentissage. "Couvreur et charpentier sont en effet les deux métiers qui vont le plus manquer", confirme Patrick Liébus, président de la CAPEB, qui regroupe les entreprises artisanales du bâtiment. En Île-de-France, le besoin est d’autant plus criant qu’ils seront aussi mobilisés pour la construction d’équipements pour les Jeux olympiques de 2024 où le bois occupera une part importante.

Lire aussi : Paris 2024 : 80 métiers pour participer aux Jeux olympiques

Tailleur de pierre, sculpteur, restaurateur d'œuvres d'art

Bien d’autres métiers vont être mobilisés comme les maçons, les tailleurs de pierre, les sculpteurs sur bois ou sur pierre, les vitraillistes ou encore les métalliers. Jean-Claude Bellanger, secrétaire général des Compagnons du Devoir, pointe en particulier le manque de tailleurs de pierre en France. "Pour le chantier de reconstruction, il faudrait que nous recrutions, dès la rentrée, 100 maçons, 100 tailleurs de pierre, 150 charpentiers et 200 couvreurs", calcule-t-il. Une fois l'expertise complète des dégâts occasionnés par l'incendie terminée, plusieurs autres métiers pourraient encore nécessiter une mobilisation comme restaurateur d'œuvres d'art ou facteur d'orgues.

"Des CAP [certificats d'aptitude professionnelle] et des bacs pro ont actuellement des places libres pour les jeunes de 3e qui veulent s’orienter vers ces très beaux métiers", plaide Jean-Michel Blanquer. Les métiers d’art et les métiers de la construction offrent de l’emploi, du prestige et du sens collectif", vante le ministre de l’Éducation nationale.

Le numérique pour être dans les temps

Pour garder l'âme du bâtiment, faut-il restaurer à l'identique ? Ou profiter de cette tragédie pour construire quelque chose de nouveau ? Le débat, voire la polémique, entre architectes et spécialistes a commencé. Mais une chose est sûre : les métiers du numérique pourraient jouer un rôle important dans le chantier de reconstruction. La modélisation en 3D pourrait par exemple aider à la restauration de ce chef d'œuvre gothique. "Nous avons les moyens techniques, aujourd'hui, de reconstruire une charpente avec les matériaux d'origine, assure Frédéric Létoffé. Les outils numériques peuvent aider à la conception et à la réalisation de la charpente dans le respect d'un monument historique. L'alliance des savoir-faire ancestraux et des technologies modernes ferait ainsi renaître Notre-Dame de ses cendres.

Où s'adresser pour devenir un nouveau bâtisseur de cathédrale ?

Le réseau des chambres des métiers et de l'artisanat : sur le portail choisirlartisanat.fr, vous trouverez la liste des métiers ainsi que des CFA qui forment en apprentissage aux métiers concernés.
Les Compagnons du Devoir forment aux métiers du bâtiment : couvreur, charpentier, métallier, maçon et métiers de la pierre.
Les lycées professionnels vous préparent, via un CAP ou un bac professionnel ou un BTS (brevet de technicien supérieur), à ces métiers.
Le réseau des Maisons familiales rurales peut aussi vous former en alternance aux métiers du bâtiment et du bois.