1. Reportage : 3 bonnes raisons d'aller travailler en usine
Reportage

Reportage : 3 bonnes raisons d'aller travailler en usine

Envoyer cet article à un ami
L'Usine extraordinaire est une manifestation visant à montrer les opportunités de formation, d'emploi et de carrière dans l'industrie // © Etienne Gless
L'Usine extraordinaire est une manifestation visant à montrer les opportunités de formation, d'emploi et de carrière dans l'industrie // © Etienne Gless

L'industrie change. Elle ouvre plus d'usines qu'elle n'en ferme. Elle recrée des emplois, forme, paie mieux que beaucoup de secteurs industriels. A l'occasion de la seconde édition de l'Usine extraordinaire, L'Etudiant a recueilli les témoignages de jeunes qui travaillent en usine et de dirigeants d'entreprise en recherche de candidats formés ou à former.

L'industrie tricolore a repris des couleurs ! Depuis quatre ans, elle investit pour monter en gamme et mettre en œuvre la transformation numérique de ses activités. Du coup les difficultés de recrutement de personnel qualifié s'intensifient. Le secteur a entrepris de redorer son image auprès du grand public à travers des manifestations comme l'Usine extraordinaire dont la 2e édition se déroulait à Marseille du 14 au 16 novembre derniers.

#1 Le secteur manque d'opérateurs, de techniciens et d'ingénieurs

"L’industrie a souffert d’une image d’Epinal à la Zola. Or, elle a beaucoup changé depuis Germinal. Nos usines sont désormais très automatisées", explique Boris Lombard président de KSB France, un industriel fabricant des pompes qui possède quatre usines en France et emploie 1.700 personnes.

"Les techniciens et opérateurs qui travaillent dans nos usines jouissent de beaucoup d’autonomie et prennent des décisions au quotidien. Un opérateur de ligne chez nous est entouré de machines à commande numérique et gère sa production de manière très libre".

Lire aussi : Hall 32 : l'école qui va vous faire aimer les métiers de l'industrie du futur

Dans la seule industrie mécanique, 50.000 emplois sont actuellement non pourvus, faute de candidats. "Nous avons des difficultés de recrutement dans les métiers de la chaudronnerie", se désole de son côté Eric Largier, responsable ressources humaines chez ADF, groupe de maintenance industrielle qui a un besoin criant de soudeurs, de monteurs ou de mécaniciens sur machine tournante.

#2 L'industrie forme en alternance à tous les niveaux

Pour répondre à une partie de ses besoins, ADF forme une centaine de jeunes en alternance par an et en recrute la moitié en CDI. "Nous recrutons aussi des jeunes en recherche d’emploi. Nous mettons en place pour eux des parcours qualifiants pour devenir métallier, monteur ou soudeur et préparer en trois à quatre mois un certificat et une qualification", ajoute Eric Largier. "Et, en général, nous recrutons 100% des jeunes qui suivent ce type de parcours".

L'industrie dans son ensemble forme chaque année des dizaines de milliers de jeunes du CAP au titre d'ingénieur pour pourvoir aux 250.000 recrutements annuels prévus d'ici 2022. La branche de la métallurgie à elle seule forme 43.000 alternants par an. "J'apprends la mécanique, l'électricité. J'étudie le fonctionnement des machines de l'usine et je les répare", témoigne Samuel, 16 ans, qui prépare en alternance son bac pro Maintenance des équipements industriels à Hall 32 et chez Michelin à Clermont-Ferrand.

#3 Les usines face au double défi de la numérisation et de la transition écologique

"Je réalise des études d'impact. J'analyse l'impact de nos projets sur l'environnement", témoigne Raphaëlle, ingénieure d'études au service Environnement d'EDF. Le secteur industriel dans son ensemble est confronté aux défis environnementaux et a besoin de jeunes bien formés pour y répondre.

Lire aussi : Métiers de demain : 10 infos qui peuvent changer votre regard sur l'industrie

"Nous avons besoin de jeunes dans l’industrie pour nous bousculer et répondre aux défis des temps comme la lutte contre le dérèglement climatique" confie Boris Lombard. "Nous avons besoin de leur exigence pour transformer en profondeur nos industries, même si, dans nos usines, nous avons déjà pris des mesures". Outre la transition écologique, l'autre défi à relever est bien sûr la transformation numérique des activités de l'industrie depuis ses produits jusqu'à ses process industriels. Et là encore, de formidables opportunités de carrière s'ouvrent à tout jeune qui veut s'orienter dans l'industrie du futur !