Orientation : quels diplômes pour travailler dans l'énergie ?

Par Marine Ilario, publié le 22 Novembre 2022
5 min

DOSSIER. Du bac pro jusqu'au bac+5, le secteur de l'énergie recrute. Les domaines de formation sont nombreux : électricité, gaz, nucléaire, énergies renouvelables, rénovation énergétique… Tour d’horizon des formations.

Charger son téléphone, cuisiner, prendre sa voiture, se chauffer… L’énergie est partout dans notre quotidien. Si bien que le secteur est l’un des plus gros pourvoyeurs d’emplois. Selon l’Insee, il représente plus de 175.000 équivalents temps pleins, soit près de 1% de l’emploi en France.

Dans le contexte actuel de crise, les métiers de l’énergie manquent de bras et recherchent de nouveaux talents. Aussi, que ce soit après un bac pro, un BTS, un BUT ou encore un master, il est possible d'y trouver facilement un emploi.

Des techniciens de niveau bac pro

Le bac pro permet de travailler dans le secteur de l’énergie principalement en tant que technicien. Vous exercez des fonctions d’installation, de mise en service et de maintenance.

Plusieurs spécialités existent comme le bac pro métiers de l'électricité et de ses environnements connectés, installateur en chauffage, technicien gaz ou encore maintenance et efficacité énergétique.

Lire aussi

Du BTS à l'école d'ingénieurs pour plus de responsabilités

En deux ou trois ans après le bac (professionnel, général ou technologique), il est aussi possible de préparer un BTS (fluides-énergies-domotique, électrotechnique…) ou un BUT (génie électrique et informatique industrielle, métiers de la transition et de l'efficacité énergétique).

"Avec ces diplômes, on a la garantie de ne pas être qu’exécutant, explique Daniel Garault, directeur délégué des formations professionnelles et technologiques au lycée Raspail à Paris (75). Les bac +2 ou +3 offrent une possibilité d’évolution de carrière."

Si vous envisagez des études plus longues, vous pouvez poursuivre en licence pro et jusqu’en master. Les métiers de l'énergie sont aussi accessibles après une école d'ingénieurs post-bac ou post-prépa.

Lire aussi

Pensez à l’alternance

Quel que soit leur niveau, la majorité des formations du secteur peuvent être suivies en alternance. Elle permet de vous former tout en travaillant. Vous acquérez alors une solide expérience en entreprise et vous vous assurez d’avoir choisi la bonne voie.

Cette expérience professionnelle peut aussi faire la différence auprès des recruteurs, qui "recherchent des candidats avec une certaine maturité. L’alternance est un bon moyen pour découvrir, le plus tôt possible, les codes de l’entreprise", précise Ghislain Eschasseriaux, délégué général de la Fedene (fédération des services énergie environnement).

Lire aussi

Quels prérequis pour se lancer dans les métiers de l'énergie ?

Pour s’orienter dans ce secteur, "il vaut mieux avoir la fibre technique et apprécier la physique et la chimie, prévient Ghislain Eschasseriaux. Les compétences électriques sont à la base de nos métiers." Toutefois, "le diplôme ne fait pas tout. Avoir l’esprit logique, le sens du client et une capacité d’adaptation est important", poursuit le responsable.

Mais ce qui compte le plus, c’est d'"avoir envie de travailler dans ce secteur", souligne Daniel Garault. Ne vous censurez pas dès le collège parce que vous pensez ne pas être assez bon dans telle ou telle matière. "À partir du moment où vous êtes motivé, vous pouvez réussir."

Des possibilités d'évolution de carrière

Si le secteur recrute à tous les niveaux, le manque de main-d’œuvre se fait davantage ressentir sur les niveaux d’exécution, c’est-à-dire au niveau bac pro. Ce sont d'ailleurs ces profils qui ont davantage l’opportunité d’évoluer. "Si vous êtes bon, l’entreprise va chercher à vous faire monter en compétence et évoluer", assure Daniel Garault.

Les carrières dans le secteur de l’énergie ne sont donc pas figées. Dites-vous que ce n’est pas parce que vous vous êtes orienté vers une formation technique par exemple, que vous ne pourrez pas à l’avenir poursuivre dans la relation client ou travailler dans un bureau d’études.

Contenus supplémentaires