Orientation : 5 raisons de choisir un bac pro

Par Gaétan Trillat, publié le 03 Février 2021
5 min

Parfois considérée comme un choix par défaut par les élèves et leurs familles, la voie professionnelle s’adresse à des jeunes motivés pour apprendre un métier et intégrer rapidement le monde de l’entreprise. Vous vous demandez si vous avez le bon profil pour réussir en bac pro ? L'Etudiant a listé cinq bonnes raisons de vous orienter vers cette filière.

Le bac professionnel se prépare en 3 ans dans les lycées professionnels, les établissements d’enseignement technique privés ou par la voie de l’apprentissage dans les centres de formation d’apprentis (CFA).

Les élèves de troisième doivent s’inscrire sur Affelnet pour obtenir leur affectation, tandis que les élèves titulaires d’un CAP ou ceux issus de seconde générale et technologique peuvent rejoindre directement la classe de première professionnelle, via une admission sur dossier.

En 2019, environ 650.000 élèves préparaient un bac pro, soit près de 30% de l’ensemble des lycéens. Une filière faite pour vous si vous êtes en accord avec une ou plusieurs des cinq affirmations suivantes.

Lire aussi

1. Je préfère la pratique à la théorie

Lorsqu’on prépare un bac pro, près de la moitié du temps scolaire est consacrée à l’enseignement dit "professionnel". Des professeurs et des intervenants forment les élèves à la pratique d’un métier. L’enseignement dit "général" regroupe les mathématiques, le français, l’histoire-géo, une langue vivante, les arts appliqués, l’EPS et une option. Les programmes sont plus légers que ceux des filières générales et technologiques. "Ils sont aussi adaptés aux métiers qu’apprennent les élèves", souligne Jean-Moïse Yegba, professeur d’électrotechnique au lycée Paul Le Rolland de Drancy (93).

2. Je suis attiré(e) par le monde du travail

Au cours de leur cursus, les élèves sont amenés à passer beaucoup de temps en entreprise, directement sous la responsabilité d’un patron. En voie dite "initiale", 22 semaines de stage sont réparties sur trois ans. "Nous devons préparer les jeunes à intégrer rapidement le monde des adultes", estime Jean-Moïse Yegba. En apprentissage, possible dès la seconde dans les CFA, l’élève est aussi un jeune travailleur ; il passe environ deux tiers de son temps en entreprise et touche un salaire (allant de 27% à 67% du SMIC selon l’année d’exécution du contrat et l’âge).

3. J’ai une idée de ce que je veux faire dans la vie

Il existe près d’une centaine de mentions au bac pro, dans des secteurs très variés comme l’artisanat, le bâtiment, la vente, la restauration… Il faut donc bien choisir son lycée en fonction des spécialités enseignées. Pour autant, il n’est pas nécessaire de connaître à l’avance sa future profession. "Depuis 2019, la seconde pro est organisée par familles de métiers, cela permet de préciser son choix à partir de la première, explique Michaël Ladrière, professeur de mathématiques au lycée Gustave Eiffel de Bordeaux (33). Nous conseillons aussi aux élèves de 3e de faire des mini-stages chez nous pour qu’ils se fassent une idée."

Lire aussi

4. Je veux bénéficier d’un accompagnement pédagogique fort

Moins de professeurs, moins d’élèves : le lycée professionnel offre un cadre presque "familial". En ce qui concerne l’enseignement général, "on reprend beaucoup le programme du collège, on va plus lentement, on fait plus d’exercices d’application", détaille Michaël Ladrière. Personne ne doit être laissé pour compte. Dans les cours pratiques, "on essaie de faire de l’élève l’acteur de sa propre formation, affirme Jean-Moïse Yegba. On développe leur capacité à devenir autonome." Enfin, une partie importante du temps scolaire est consacrée à l’accompagnement personnalisé et à l’orientation.

5. Je privilégie des études courtes… mais pas seulement

La grande majorité des élèves se destine à une insertion rapide sur le marché du travail : soit à l’issue du bac pro, soit à la suite d’un BTS en deux ans. "Il vaut mieux intégrer ce cursus après un excellent bac pro qu’après un bac technologique moyen", assure Michaël Ladrière. Déjà confrontés au monde de l’entreprise depuis la seconde, les élèves "fiables, sérieux, qui ont une certaine maturité et l’envie de bien faire" n’auront pas de difficulté à trouver du travail. Mais les meilleurs élèves peuvent aussi opter pour un BUT (ex-DUT), suivi d’une licence pro et "certains vont même jusqu’à intégrer une école d’ingénieurs" après admission sur dossier.

Lire aussi

Articles les plus lus Collège

A la Une s'orienter après le collège

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !