1. Le palmarès 2018 des IUT les plus attractifs de France
Bancs d’essai

Le palmarès 2018 des IUT les plus attractifs de France

Envoyer cet article à un ami
Certains DUT, comme le DUT GEA et TC, sont particulièrement plébiscités par les bacheliers. // © plainpicture/goZooma/Andy Fox
Certains DUT, comme le DUT GEA et TC, sont particulièrement plébiscités par les bacheliers. // © plainpicture/goZooma/Andy Fox

Vous avez ou allez avoir votre bac et vous ne savez pas quel IUT choisir ? Nous vous proposons de découvrir, par spécialité, quels sont les établissements qui attirent le plus d’étudiants en dehors de leur académie.

Pour réaliser notre palmarès et mesurer spécifiquement l’attractivité d'un IUT (institut universitaire de technologie), nous avons quantifié la part d’étudiants en provenance d’une autre académie que celle sur laquelle l’établissement recrute naturellement. Cette mesure permet de distinguer les IUT qui attirent des étudiants bien au-delà de leurs limites géographiques.

Précisons que l'enquête ne fait pas la distinction entre les différents sites que peut avoir une université. Avec un taux d’attractivité de 82,5 %, l'IUT de Paris-Descartes est le plus attractif de France. Il est suivi par celui de Paris-Diderot (70 %), Lyon 3 (60 %), Paris 13 – Paris-Nord (55 %) et par Bordeaux-Montaigne et Montpellier 3 – Paul-Valéry, qui se partagent la cinquième place avec un taux d’attractivité de 50 %.

En cliquant sur chaque université, par spécialité, vous pourrez également découvrir la série du bac et l'âge au bac des admis en première année.

Ces IUT du top 5 du classement général (toutes spécialités confondues) se retrouvent aussi souvent dans les tops par spécialité. Ainsi Paris-Descartes est l’IUT qui attire le plus d’étudiants toutes régions confondues dans le secteur des services. Il arrive premier dans le classement de six spécialités parmi les dix existantes dans ce secteur. En production, Paris-Nord, se retrouve premier dans le classement de trois spécialités parmi les 14 existantes.

DUT le plus attractif selon la spécialité
Spécialité Université
Carrières juridiques Université Jean Moulin – Lyon 3
Carrières sociales Université Paris-Descartes
Chimie Université Clermont-Auvergne
Génie biologique Université Clermont-Auvergne
Génie chimique – Génie des procédés Université de Toulouse 3 – Paul-Sabatier
Génie civil – Construction durable Université de Limoges
Génie électrique et informatique industrielle Université de Limoges
Génie industriel et maintenance Université Paris 13 – Paris-Nord
Génie mécanique et productique Université Paris-Sud
Génie thermique et énergie Université de Poitiers
Gestion administrative et commerciale Université de Bordeaux
Gestion des entreprises et administrations Université Paris-Descartes
Gestion logistique et transport Université de Perpignan – Via Domitia
Hygiène, sécurité, environnement Université Paris 13 – Paris-Nord
Information-communication Université Paris-Descartes
Informatique Université Paris-Descartes
Mesures physiques Université Paris-Diderot
Métiers du multimédia et de l'Internet Université Clermont-Auvergne
Packaging, emballage et conditionnement Université de Rouen
Qualité, logistique industrielle et organisation Université de Bordeaux
Réseaux et télécommunications Université Paris 13 – Paris-Nord
Sciences et génie des matériaux Université de Bourgogne
Statistique et informatique décisionnelle Université Paris-Descartes
Techniques de commercialisation Université Paris-Descartes

Au niveau national, les deux spécialités les plus choisies par les étudiants sont : GEA (gestion des entreprises et administrations) et techniques de commercialisation. À elles deux, elles ont attiré 34 % (20.745) des étudiants de l’effectif total (61.243) de tous les IUT.

Quel DUT choisir selon le type de bac ?

La filière suivie au lycée influe fortement sur la poursuite d’études. Les étudiants ayant un bac S sont les plus présents dans les spécialités appartenant au secteur de la production (génie civil – construction durable, mesures physiques, etc.) : 66 % des étudiants du secteur ont passé ce bac. De leur côté, les titulaires d’un bac ES ou STMG sont présents en nombre dans des spécialités appartenant au secteur des services (information-communication, carrières juridiques, etc.) : leurs effectifs se composent en effet à 38 % de bacheliers ES et à 23 % de bacheliers STMG.

De par les spécialités qu'ils proposent, certains IUT attirent des profils plus ou moins diversifiés. Ainsi, l’université Paris-Diderot et l’université de Montpellier accueillent respectivement 84 % et 60 % de bacheliers S, là où les effectifs de l’université de la Nouvelle-Calédonie se composent à 52,5 % de bacheliers STMG.

Notre méthodologie

Tous nos chiffres sont issus de la base de données "Effectifs d'étudiants inscrits dans les établissements publics sous tutelle du ministère en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche".

Ils concernent les inscrits 2016 en inscription principale, à l’exception des catégories pour lesquelles les données étaient insuffisantes ou inexistantes, à savoir "non renseignés ou non bacheliers" et "étudiants étrangers".

Attention dans l’interprétation des résultats : certains effectifs, très faibles, provoquent une forte volatilité. Un étudiant en plus ou en moins impacte fortement le calcul de l’attractivité.

Enfin, même s’ils figurent dans le tableau par souci de référencement, les données des DOM-TOM ne sont pas comparables à celles de la métropole. De par leur isolement géographique, il est normal que leur "attractivité nationale" calculée soit faible, sans que cela ne remette en question la qualité de leurs formations ni leur attractivité locale.