Études de musique : le conservatoire et la licence, deux indispensables

Par Mario Lawson, publié le 21 Juin 2022
4 min

Conservatoire ou licence ? Malgré des approches opposées et des apports variés, vous pouvez gagner sur les deux tableaux… si toutefois vous y êtes préparé.

Réussir sa licence de musique sans passer par un conservatoire, possible ? Plutôt "compliqué", selon Constance Rumé, professeure de musique au collège Saint-Michel de Picpus à Paris qui se souvient avoir eu l'opportunité de valoriser ses compétences acquises au conservatoire pendant sa licence. Alors étudiante, la jeune femme a ainsi pu retrouver un excellent niveau en harpe, après une coupure assez longue avec la musique, durant sa formation.

La licence de musique un indispensable

Mais négliger complètement les connaissances théoriques serait une erreur, comme l’explique Constance Rumé : "En licence, on ouvre le champ des possibles. Aujourd’hui, vous pouvez étudier les instruments japonais, la musique électronique ou la MAO (musique assistée par ordinateur). L’université oriente vers des tendances actuelles."

Pour Pierre-Louis de Sousa, professeur de guitare classique au Conservatoire d’Aubergenville, la licence est même indispensable. "On découvre la critique de la musique comme objet d’étude. On apprend une rigueur, une façon de structurer son propos sur la forme musicale. L’argumentation, c’est le véritable apport de l’université."

Sans parler des cours, c'est aussi une autre ambiance que viennent chercher les étudiants, un mode de vie. "À la fac, il y a ce côté social, où on est ensemble, qu’on ne retrouve pas forcément au conservatoire. La vie d’un musicien a un côté aventure. Si on ne crée pas du lien, c’est un peu dur pour vivre dans ce milieu."

Lire aussi

Licence et conservatoire, un double cursus exigeant

Alors entre le conservatoire et une licence de musique, quel cursus choisir ? Certains étudiants font le choix d'allier les deux qui sont donc compatibles et même complémentaires, même si ce parcours reste très exigeant. "Les étudiants qui le font sont ceux qui s’organisent sans se saturer", explique Alain Jumel. Cet artiste passé aussi par les deux cursus à Évry confirme : "Faire une licence et un conservatoire en même temps n’est pas impossible, mais il faut doser les choses."

Alain Jumel a préféré y aller progressivement : d'abord, sa licence pour la théorie puis le conservatoire pour la pratique. "En licence, il y a plus de matières à ingurgiter (histoire musicale, commentaire d’écoute…). Le risque de s’enliser arrive vite contrairement au conservatoire où il y a deux à trois cours par semaine, tu prends le temps de pratiquer les instruments."

Lire aussi

Mais tout dépend aussi du diplôme visé. Pierre-Louis de Sousa a tout de suite envisagé le DEM (diplôme d’études musicales), le premier diplôme professionnel délivré en conservatoire. Il a ainsi renoncé à sa licence de musicologie en raison "du niveau tellement exigeant", pour obtenir le sésame.

"Quand on fait un double cursus, il ne faut pas avoir honte d'être en décalé, c'est-à-dire mettre un peu plus de temps à valider une formation par rapport à l'autre", estime-il. Le professeur préconise ainsi de se consacrer d’abord au DEM, pour ceux qui le passent, et ensuite aux cours à l’université.

Alors, conservatoire versus licence : du 50–50, non ?

Lire aussi

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !