Les études d'architecture, entre sciences et art

Par Séverine Mermilliod, publié le 13 Octobre 2021
4 min

Il n'est pas nécessaire d'être bon en maths pour devenir architecte, ni de savoir dessiner pour étudier l'architecture d'intérieur. Mais ces deux métiers, bien différents, demandent autant de rigueur que de créativité.

Si les sciences et l’art ont toute leur place au sein des études d’architecture et d’architecture d’intérieur, les parcours pour vous y amener sont propres à chacun. Selon vos appétences, vos compétences et vos envies, la formation puis le métier que vous choisirez sera bien différent. Une explication s'impose !

L'architecture : l'indispensable vision de l'espace

Les études d'architecture, réglementées, s'effectuent dans 23 établissements d'enseignement supérieur. Il existe 20 écoles nationales supérieures d’architecture, publiques, mais aussi l’INSA Strasbourg (publique) et l'École spéciale d'architecture de Paris (privée) qui délivrent des diplômes reconnus, et l’École de Chaillot (publique) qui prépare au diplôme de spécialisation en architecture. Pour être admis, "il n'y a pas de prérequis en maths ou en dessin, la spécialité au lycée n'a aucun impact", assure Marius, 24 ans, étudiant à l'ENSA Paris-Belleville. Mais il faut "une sensibilité à la vision dans l'espace".

La première année, très intensive, permet justement de se mettre à niveau en dessin, géométrie, histoire de l'art… Si un projet peut "naître d'une volonté artistique", "la créativité doit toujours aller de pair avec les notions de constructibilité", note Marius. Les étudiants obtiennent en trois ans un diplôme d'études en architecture (bac+3), puis un diplôme d'État d'architecte (bac+5). Certains établissements (Clermont, Lyon, Toulouse…) proposent un double cursus avec des écoles d'ingénieurs.

Les études peuvent se poursuivre à bac+6 par l'Habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP), seul titre autorisant l'architecte à déposer un permis de construire, ou bac+7 par des diplômes de spécialisation (DSA, DPEA). De nombreux secteurs s'ouvrent alors aux diplômés : urbanisme, maîtrise d'ouvrage, paysagisme, prévention des risques majeurs, patrimoine

Lire aussi

Architecture d'intérieur : la créativité paie

L'architecte d'intérieur, lui, se concentre sur "des surfaces n'excédant pas 150m²", précise Claire Le Quellec, présidente du CFAI (Conseil français des architectes d'intérieur). Contrairement au diplôme d'architecte, "l'architecture d'intérieur n'est pas réglementée par l’État". L’association professionnelle reconnaît seulement 15 écoles publiques et privées. Parmi elles, les diplômes d'architecte d'intérieur en cinq ans dispensés par les Arts Déco, Camondo, École Bleue ou ESAIL, ou certains diplômes des écoles supérieures d'art. Un DNMADE Espace (bac+3), suivi d'un DSAA (Diplôme supérieur d’arts appliqués – bac+5) Design peut être une bonne formation.

"Il faut être curieux, créatif, accepter de remettre son travail en question", conseille Julie, 24 ans, étudiante à l’École Bleue. Pas besoin d'aimer les sciences mais "il faut être rigoureux" car il y a de nombreuses normes à connaître et "un planning à tenir".

Les diplômés peuvent prétendre à un poste d'architecte d'intérieur et débutent souvent comme "assistant ou dessinateur en agence", détaille Claire Le Quellec. "Certains intègrent des sociétés de cuisine, d'ameublement, ou de grandes enseignes comme Lafayette, L'Oréal, qui ont des pôles internes".

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !