Brexit : ce qui change (ou non) pour les étudiants à partir du 1er janvier 2021

Par Pauline Bluteau, publié le 15 Decembre 2020 - Mis à jour le 04 Janvier 2021
6 min

Brexit oblige, à compter du 1er janvier 2021, les modalités pour entrer, vivre et travailler au Royaume-Uni changent. En tant qu’étudiant, votre mobilité risque également d'être impactée. Récap'.

Quatre ans après le référendum, le Brexit est toujours autant d’actualité. Sorti officiellement de l’Union européenne le 1er février 2020, le Royaume-Uni terminait sa période de transition le 31 décembre dernier. Il aura fallu attendre Noël pour qu'un accord soit finalement trouvé, in extremis, entre le pays et le Parlement européen. De nouvelles modalités qui concernent les résidents étrangers et les travailleurs mais également les étudiants qui souhaitent y poursuivre leur cursus. Frais de scolarité, visa, passeport, diplôme, stage et alternance… L’Etudiant fait le point.

Lire aussi

La sortie du programme Erasmus+ et le paiement des frais de scolarité

C'est l'une des premières répercussions du Brexit pour les étudiants français : le paiement des frais de scolarité pour étudier au Royaume-Uni. Le 24 décembre 2020, à la surprise générale et malgré l'entente des deux parties, le Premier ministre britannique a finalement annoncé la fin de la participation du pays au programme Erasmus+. En rompant l'accord, le Royaume-Uni n'est plus considéré comme un pays membre du programme et ne peut donc plus proposer la gratuité des frais de scolarité aux étudiants européens.

Quelques exceptions tout de même :
les étudiants français en échange Erasmus+ pour l'année 2020–2021 ne sont pas concernés par ces frais de scolarité qui s'appliqueront uniquement à partir de la rentrée universitaire 2021–2022 ;
– il existe des accords entre établissements franco-britanniques qui ne passent pas par le programme Erasmus+ et qui peuvent donc vous éviter de payer ces frais. Renseignez-vous auprès de votre service des relations internationales.

À savoir également : en se retirant du programme, le Royaume-Uni vous empêche également de percevoir les bourses Erasmus+. Là encore, renseignez-vous auprès de votre établissement, de votre région, département et/ou ville pour connaitre les aides à la mobilité.

Lire aussi

Le visa : obligatoire dans certains cas

Concernant les formalités administratives, tout dépend de la durée de votre séjour au Royaume-Uni. Si vous étiez déjà dans le pays et que vous comptiez y rester au-delà du 31 décembre 2020, le gouvernement conseille de vous inscrire "pour le statut ‘pre-settled’ du ‘Settlement Scheme for EU citizens’". Ce statut est "mis en place par les autorités britanniques afin d’éviter des démarches administratives de visa et les coûts qui y sont liés". La démarche s’effectue directement sur Internet.

À partir de 2021, les autorités britanniques pourraient mettre d’autres dispositions en place pour faire votre demande de visa. Renseignez-vous auprès de l’ambassade ou du site France Diplomatie. Dans tous les cas, si vous partez moins de six mois, les visas ne sont pas obligatoires mais des autorisations pourraient vous être demandées notamment pour vérifier votre statut d’étudiant. Et si vous partez entre six et onze mois, vous pourrez utiliser le "short-term students" (les autorités britanniques doivent préciser si cela vous autorise ou non à travailler en plus de vos études). En revanche, sans visa, vous ne serez pas autorisé à avoir une activité rémunérée.

Lire aussi

Le passeport : obligatoire à compter du 1er octobre 2021

Jusqu’à présent, votre carte d’identité suffisait pour vous rendre au Royaume-Uni. Bonne nouvelle, ce sera encore le cas jusqu’au 1er octobre 2021. À compter de cette date, les passeports deviendront la règle. Un conseil : soyez prévoyant et faites dès maintenant votre demande de passeport.

Exit la carte européenne d'assurance maladie

Utilisable dans tous les pays de l'Union européenne, la carte européenne d'assurance maladie (CEAM) n'est désormais plus valable au Royaume-Uni. Sauf pour les étudiants dont le cursus s'étalait entre 2020 et 2021. Si vous aviez déjà commencé vos études au Royaume-Uni avant le 31 décembre 2020, votre carte européenne d'assurance maladie reste donc valide jusqu'à la fin de votre cursus. Pour les nouveaux arrivants, il faudra en revanche souscrire une assurance auprès d'un organisme privé ou de la caisse des français à l'étranger.

Diplôme britannique : toujours reconnu en France

Il y a tout de même certaines choses qui ne changent pas malgré le Brexit : c’est le cas de la reconnaissance des diplômes. En effet, l’obtention des crédits ECTS (système de points européen) reste d’actualité au 1er janvier 2021. Votre diplôme britannique aura donc une vraie valeur en France.

Lire aussi

Stage et alternance : des modalités à préciser

Tout n’est pas complètement précisé pour les étudiants qui souhaitent travailler outre-Manche. Pour un stage ou une alternance, c'est toujours à vous de trouver l’entreprise prête à vous accueillir. Les modalités (assurance, rémunération ou indemnités…) dépendent du pays d'accueil, comme c’était le cas auparavant. En revanche, vous devrez obtenir un visa qui vous permettra de travailler. Le visa "étudiant" ne serait pas suffisant. Là encore, renseignez-vous auprès de votre service des relations internationales.

Articles les plus lus

A la Une étudier à l'étranger

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road