1. Quelles études pour devenir sage-femme ?
Décryptage

Quelles études pour devenir sage-femme ?

Envoyer cet article à un ami
Pour devenir sage-femme, il y a 35 écoles agréés. // © Sturti/iStock
Pour devenir sage-femme, il y a 35 écoles agréés. // © Sturti/iStock

Pour devenir sage- femme, comptez au minimum cinq années d’études, sanctionnées par un diplôme d’État, qui se prépare en quatre ans dans des écoles rattachées à un CHU (centre hospitalier universitaire).

Tout d’abord, il vous faudra valider la première année, très sélective. Le décret définissant les parcours de formation qui s’offrent à vous, depuis la suppression de la PACES, première année commune aux études de Santé, a été publié le 5 novembre 2019.

Trois nouvelles voies d'accès

Vous avez désormais le choix entre trois voies d’accès. Vous pouvez opter pour une première année spécifique de l’enseignement supérieur avec une majeure santé. Ou bien, deuxième possibilité, intégrer une licence avec des "mineures santé". Enfin, troisième piste, vous pourrez tenter votre chance si vous êtes titulaire d’un diplôme d’auxiliaire médical de trois ans, comme celui d’infirmier par exemple.

Lire aussi : notre fiche métier "sage-femme"

35 écoles agréées

La formation de sage-femme est dispensée dans 35 écoles agréées par le ministère de la Santé et dépendant des CHU. Dans le cadre du processus d’intégration universitaire, les étudiants inscrits en maïeutique bénéficient désormais des mêmes droits et services de vie étudiante (médecine préventive, sport, etc.) que l'ensemble des étudiants inscrits dans les cursus LMD.

Mais "seulement, pour des raisons de localisation géographique entres autres, toutes les étudiantes sages-femmes n'ont actuellement pas d’accès en pratique à ces services", déplore Fanny Toussaint, vice-présidente de l'ANESF (Association nationale des étudiants sages-femmes).

Depuis 2014, le diplôme d'État (DE) de sage-femme est reconnu au grade de master. Il sanctionne un cursus de quatre ans (en plus de la première année) divisé en deux cycles de deux ans.

Lire aussi : Sage-femme : le métier du rêve à la réalité

Le premier cycle

Il mêle théorie, pratique et, dans une moindre mesure, clinique. Au menu : anatomie, anglais, droit, gynécologie, obstétrique, pédiatrie, pharmacologie, ou encore santé publique etc.

Plusieurs stages courts ponctuent le premier cycle. Les aspects cliniques sont davantage abordés sous forme de simulations, d’études de cas, de lectures critiques d’articles. Il est sanctionné par le DFGSMa (diplôme de formation générale en sciences maïeutiques), de niveau licence.

Lire aussi : TEST-Êtes-vous fait(e) pour devenir sage-femme ?

Le second cycle

Il comprend plus de stages, dont l’un d’un semestre à temps plein en dernière année. Au tronc commun s’ajoute une partie "individualisée", pour s’orienter vers la recherche, en apprendre davantage en maïeutique ou dans un autre domaine. En fin de second cycle, la future sage-femme présente un mémoire de fin d’études.

Une fois son DE en poche, elle peut travailler à l’hôpital public, dans des établissements privés, en PMI (protection maternelle et infantile) ou en libéral, seule ou dans une maison médicale. Depuis août 2016, les compétences des sages-femmes ont été élargies en matière de vaccination, de prescription ou d’IVG (interruption volontaire de grossesse) médicamenteuse.

Rendez-vous sur les salons de L'Etudiant pour en savoir plus