1. Supérieur
  2. Parcoursup - Inscriptions dans le supérieur
  3. Parcoursup : le vrai/faux sur le dispositif "oui si"
Boîte à outils

Parcoursup : le vrai/faux sur le dispositif "oui si"

Envoyer cet article à un ami
En 2019, 22.205 bacheliers ont accepté définitivement une proposition "oui si" sur Parcoursup. // © Adobe Stock/ BullRun
En 2019, 22.205 bacheliers ont accepté définitivement une proposition "oui si" sur Parcoursup. // © Adobe Stock/ BullRun

À la rentrée 2019, 10% des bacheliers inscrits à l’université ont accepté de suivre un parcours "oui si" en licence. Une situation à laquelle vous pourriez, vous aussi, être confronté cette année. Avant de sauter le pas, l’Etudiant vous aide à mieux comprendre ce que ce parcours implique pour vous.

Depuis 2018, le "oui si" fait partie des réponses qui sont susceptibles de tomber sur Parcoursup. En effet, en plus de la licence classique, les universités sont susceptibles de vous proposer un parcours adapté, appelé "oui si", si vos compétences ne sont pas tout à fait en adéquation avec celles attendues par la formation.

Loin de rassurer, le fameux "oui si" a plutôt tendance à inquiéter, décevoir ou laisser perplexe les candidats. En 2019, 22.205 bacheliers ont accepté définitivement une proposition "oui si" sur Parcoursup parmi les 172.260 candidats concernés. Pourtant, à l’origine, ce dispositif doit surtout vous permettre d’assurer votre réussite en licence. Pour démêler le vrai du faux, voici un récap de ce que vous devez savoir sur ces parcours personnalisés.

Toutes les universités proposent un parcours "oui si"

FAUX. Aujourd’hui, la quasi-totalité des universités ont mis en place ce parcours personnalisé mais toutes les mentions de licence (droit, langues, histoire, STAPS…) ne sont pas concernées. La décision revient aux établissements car le dispositif est coûteux.

Beaucoup d’universités ont commencé par tester le "oui si" sur les licences les plus demandées par les futurs étudiants, à savoir la licence de psychologie, les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) et la licence de droit.

Aujourd’hui, le dispositif s’étend de plus en plus. Il pourrait même être mis en place en BTS afin d’améliorer la réussite des bacheliers professionnels, comme l’explique la Cour des comptes dans son rapport de février 2020.

Lire aussi : Parcoursup 2020 : toujours les mêmes formations plébiscitées par les candidats

Le dispositif "oui si" est réservé aux mauvais élèves

FAUX. Sur Parcoursup, chaque université est libre de fixer ses propres critères pour accepter un bachelier sous certaines conditions. La loi ORE (relative à l’orientation et à la réussite des étudiants) donne quelques précisions sur les critères qui permettent aux jurys d’examen des vœux de vous proposer un dispositif "oui si". Sont pris en compte vos acquis et vos compétences au regard des caractéristiques et des attendus de la licence.

Ainsi, vos notes dans les matières jugées importantes par le jury d’examen ou votre bac d’origine peuvent influencer la décision. Certaines universités proposent d’office aux bacheliers technologiques et professionnels des parcours "oui si", quand d’autres estiment que si l’élève a obtenu moins de 10 de moyenne en français ou en maths, il devra automatiquement suivre le parcours personnalisé.

Lire aussi : Comment les candidats sont classés sur Parcoursup ?

Le parcours "oui si" est une remise à niveau

VRAI. Cette remise à niveau peut prendre différente forme. Soit un accompagnement méthodologique (prise de notes, organisation du travail personnel, rédaction d’une dissertation…), soit un renforcement disciplinaire dans une matière spécifique. Les deux peuvent être combinés. L’objectif est avant tout de vous permettre de suivre vos cours sans difficultés et sans accumuler de retard.

Lire aussi : Parcoursup : à quoi vous attendre si on vous répond "oui si" ?

Je ne suis pas obligé d’accepter un parcours "oui si"

FAUX. Sur Parcoursup, que vous obteniez un "oui" ou un "oui si", les deux réponses sont équivalentes. Cela signifie qu’un "oui si" ne peut pas se transformer en "oui". L’université vous indique qu’elle souhaite vous accueillir à la rentrée prochaine mais à condition que vous suiviez un parcours spécifique. Si vous acceptez la proposition, vous ne pouvez pas être exempté de ce parcours. L’université doit cependant vous donner des précisions sur les modalités que ce dispositif implique pour vous.

Mais dans les faits, d’après la Cour des comptes, sur les 53 universités qui proposaient un parcours spécifique en 2018, 11 n’ont pas obligé leurs étudiants à le suivre et 30 ont affirmé ne pas sanctionner les élèves qui ne suivaient pas le dispositif. En dehors de l’assiduité, les universités peuvent autoriser leurs étudiants à mettre fin à ce parcours au bout du premier semestre si cela ne semble plus nécessaire.

Lire aussi : Parcoursup : quelles réponses êtes-vous susceptible de recevoir ?

Avec le "oui si", j’aurai ma licence en quatre ans

VRAI et FAUX. Les universités peuvent proposer différents parcours selon les licences : des cours supplémentaires de remise à niveau, du tutorat ou une licence en quatre ans. Vous pouvez donc toujours obtenir votre diplôme en trois ans même si vous suivez un parcours "oui si". Mais les chiffres montrent que seuls 29% des étudiants parviennent à obtenir leur licence en trois ans (parcours "oui si" ou non confondus).

C’est pour cela qu’une licence en quatre ans peut vous être proposée. En général, c’est votre première année qui est répartie sur deux ans. Attention, vous n’avez pas le choix du parcours. C’est votre université qui vous l’impose. Les modalités des parcours "oui si" sont tellement différentes les unes des autres qu’il est toujours difficile de mesurer l’efficacité de ce dispositif.

La promo sera divisée en deux groupes : les étudiants en licence classique et ceux en "oui si"

VRAI et FAUX. Tout dépend de l’université. Souvent les étudiants en parcours "oui si" sont identifiés car ils bénéficient d’une attention particulière de la part des enseignants. Si les cours magistraux sont généralement communs à tous, les responsables de formations rassemblent parfois les étudiants en parcours "oui si" en petits groupes pour les travaux dirigés ou pour le tutorat.

Le parcours "oui si" va me demander plus de travail

VRAI. Même si là encore, tout dépend de la "formule" proposée par votre université. Parfois, vous devrez suivre des cours supplémentaires ce qui demandera une implication personnelle plus intense mais il arrive aussi que votre année soit allégée et que vous ne suiviez que la moitié des cours d’une licence classique ou que vous soyez exempté de travaux dirigés. Cela ne vous laisse pas moins de travail à faire mais vous permet de suivre plus sereinement.

Lire aussi : Calendrier Parcoursup : toutes les dates à retenir à partir du 19 mai

Où se renseigner sur son orientation?

Sur le Salon Virtuel des études supérieures, avec ou sans alternance. RDV les 17, 18, 19 et 20 juin.
Pour s'inscrire, c'est par ici !