Coronavirus : le plan pour l'emploi des jeunes limite la casse

Par Etienne Gless, publié le 20 Novembre 2020
5 min

Les aides à l'embauche de jeunes en CDI, CDD ou en alternance ont déjà permis l'intégration de 700.000 d'entre eux sur le marché du travail entre août et septembre 2020. Le gouvernement vient de lancer la plateforme "1 jeune, 1 solution" recensant plus de 21.000 offres d'emploi, avec l'objectif de parvenir rapidement à 100.000.

Le syndrome de "génération Covid" ou de "génération sacrifiée" est peut-être évité ! Côté emploi des jeunes et apprentissage, il semble, au vu des premiers chiffres annoncés par le ministère du Travail, que la casse soit limitée, alors que la récession économique atteindra 9 à 10% en 2020. "Les beaux jours arriveront !", promet Sarah El Haïry, secrétaire d'État en charge de la Jeunesse et de l'engagement.

Lire aussi

700.000 jeunes déjà embauchés à fin septembre

Selon Elisabeth Borne, 700.000 jeunes ont déjà été embauchés en CDI ou CDD de plus de trois mois en août et septembre 2020. "C’est 1,3% de plus par rapport à 2019", se réjouit la ministre du Travail, de l’emploi et de l’insertion. Quant aux recrutements d’apprentis, ils n’ont pas été stoppés malgré les deux confinements. 314.000 nouveaux contrats d’apprentissage avaient déjà été signés à la mi-octobre contre 353.000 sur toute l'année 2019.

"En 2020, on va pouvoir faire mieux qu’en 2019", se réjouit même Elisabeth Borne, qui espère battre le record historique de l'an dernier avec 485.000 jeunes recensés dans une formation en apprentissage. À l'inverse du premier confinement, l'activité économique n'a pas été entièrement stoppée dans tous les secteurs lors du reconfinement et beaucoup de plans de recrutement ont été maintenus.

Malgré la crise, Nabil a pu trouver un employeur (Adecco) pour y préparer en apprentissage son DUT GEA.
Malgré la crise, Nabil a pu trouver un employeur (Adecco) pour y préparer en apprentissage son DUT GEA. // © Etienne Gless

Les aides stimulent l'embauche

"Ce n'est pas sérieux de ne pas recruter un apprenti avec une aide de 8.000 euros", vante Elisabeth Borne. Le plan "1 jeune, 1 solution", lancé le 28 juillet dernier pour éviter le risque de génération sacrifiée, est doté de 6,7 milliards d’euros et comporte en effet des primes à l'embauche très généreuses. Les aides à l’embauche de jeunes en CDI ou CDD de plus de trois mois (4.000 euros) ou en alternance (5.000 euros pour un mineur et 8.000 euros pour un alternant majeur) ont joué un rôle incitatif puissant pour les entreprises.

Ces mesures promotionnelles sont limitées dans le temps pour les inciter à profiter de la bonne affaire : les employeurs ont jusqu'au 28 février 2021 pour embaucher des jeunes de moins de 26 ans et bénéficier de ces aides. À noter que ce délai a été prolongé au 30 juin 2021 pour l'embauche de jeunes en situation de handicap.

Malgré la crise sanitaire et économique, Ombeline, 19 ans, a pu trouver un employeur pour préparer son CAP pâtisserie au CFA Mederic, à Paris.
Malgré la crise sanitaire et économique, Ombeline, 19 ans, a pu trouver un employeur pour préparer son CAP pâtisserie au CFA Mederic, à Paris. // © Etienne Gless

Lire aussi

Des difficultés qui restent fortes pour trouver une entreprise

Reste que trouver un emploi ou une alternance est particulièrement difficile pour les jeunes dans le contexte sanitaire et économique actuel.

"Pour mon alternance, j'ai démarché Joué Club, Carrefour et Leclerc. À chaque fois, il m'a été répondu qu'en raison du confinement ils n'embauchaient pas de personnel supplémentaire", se désole ainsi Kevin, 19 ans, qui prépare un BTS Management commercial opérationnel (BTS MCO). "Je n'ai toujours pas trouvé, j'espère y arriver d'ici janvier", confie le jeune homme qui se fait accompagner par la mission locale d'Ivry-sur-Seine (94)pour maximiser ses chances.

Lire aussi

"À la fac, il n'y a personne pour nous accompagner et nous aider à trouver un employeur", estime de son côté Tanguy, 25 ans, qui a fini par trouver une entreprise via les réseaux sociaux pour y effectuer son master en ingénierie de la production par apprentissage.

Quant à Marie, étudiante de 21 ans à Sup de Pub qui prépare un master en communication digitale, son entreprise l'a lâchée : "Mi-août, l'employeur me confirme que ma candidature pour une alternance est retenue et début septembre elle a été annulée". En panique, la jeune femme a fini par trouver en catastrophe un plan B et une alternance dans une petite entreprise de conseil et de communication. Ouf !

Lire aussi

Une plateforme d'offres d'emploi et d'information

Dans le but de rendre accessible toutes les possibilités offertes aux jeunes en fonction de leur situation, le gouvernement a lancé, jeudi 19 novembre, la plateforme 1jeune1solution.gouv.fr.

Pour les jeunes en recherche d'emploi, plus de 21.000 offres sourcées par Pôle emploi y sont déjà présentes (hors apprentissage). Le site propose aussi beaucoup d'informations pour trouver une formation ou participer à un événement près de chez soi : un "job dating" ou un atelier de préparation à l'emploi etc. Plus de 320 événements y sont déjà recensés.

Les entreprises peuvent de leur côté y déposer des offres et s'engager pour bénéficier des mesures du plan de soutien à l'embauche des jeunes. Car pour que le syndrome de génération sacrifiée soit complètement écarté, les sociétés doivent rester mobilisées et continuer d'investir dans l'avenir en continuant de recruter des jeunes. À cette condition seulement "les beaux jours arriveront" en effet !

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !