1. Supérieur
  2. Alternance
  3. Claire, 28 ans : "Pour trouver son contrat en alternance, il faut à tout prix se démarquer"
Portrait

Claire, 28 ans : "Pour trouver son contrat en alternance, il faut à tout prix se démarquer"

Envoyer cet article à un ami
Claire, développeuse web, a trouvé son contrat d'apprentissage en mettant en avant sa détermination et la singularité de son profil. // © Photo fournie par le témoin
Claire, développeuse web, a trouvé son contrat d'apprentissage en mettant en avant sa détermination et la singularité de son profil. // © Photo fournie par le témoin

Diplômée d'emlyon, Claire a débuté sa vie professionnelle dans le monde de la finance et de la banque, mais cherchait un métier qu'elle trouverait plus passionnant. Au bout de 3 ans, elle se reconvertit dans le développement web et se forme depuis la rentrée 2020 en alternance à la Wild Code School. Comment a-t-elle trouvé son contrat en pleine période de ralentissement économique ? Témoignage.

"Même dans le secteur porteur du développement web, l'activité est ralentie et trouver un contrat prend plus de temps", admet Claire, 28 ans, étudiante à la Wild Code School, une école du numérique qui ouvre à la rentrée 2020 son CFA et accueille 3 promotions d'alternants à Paris, Lyon et en 100% à distance. "Je vais préparer à partir de novembre 2020 un titre RNCP, équivalant à un bac+3", souligne-t-elle.

Lire aussi : Apprentissage : 7 pistes pour trouver votre contrat à la rentrée 2020

Savoir ce que l'on cherche

La jeune femme a anticipé dès le mois de mai sa recherche de contrat en alternance : "Avant de vous mettre en recherche active, vous devez d’abord être au clair sur ce que vous recherchez et sur les attentes des employeurs. Ensuite, comme les offres sont plus rares et les candidats à un même poste plus nombreux, il faut trouver un petit plus pour se démarquer des candidats concurrents".

Claire a réalisé un site personnel pour expliquer sa reconversion, sa passion et sa détermination pour la programmation qu'elle mentionne aussi sur son profil LinkedIn : "Je m'intéresse à la programmation depuis quelque temps. Au cours de mes études, j'ai appris le VBA puis lors de mon VIE (volontariat international en entreprise) au Japon j'ai appris Python (deux langages informatique, ndlr). C'est à ce moment-là que j'ai pris conscience de toutes les opportunités que représente la programmation".

Lire aussi : Henri, 24 ans : "Comment je suis devenu développeur web au pays du surf… et sans le bac !"

Se connecter aux bonnes personnes

Claire a ensuite mis en avant son portfolio de réalisations et pris contact avec de nombreux professionnels en poste. "Je leur demandais de m'accorder 15 minutes de leur temps pour parler de leur métier. Cela créé des liens. Même s'il n'y a pas de poste dans l'entreprise, il pourra partager votre CV". Elle a également utilisé le réseau des anciens (alumni) de son établissement de formation, les "Wilders" : "Il ne faut pas avoir peur de contacter les gens même de manière intéressée pour sa recherche d'emploi".

Elle a participé à des meet-ups, des réunions de professionnels autour de centres d'intérêt communs. Toutes les actions mises en place ont fini par payer. C'est finalement via LinkedIn que Claire a trouvé son contrat : elle a été contactée par deux start-up intéressées par son passé professionnel dans la finance. "Les deux entreprises travaillent avec des banques", sourit la jeune femme qui a finalement signé à la fin l'été une promesse d'embauche avec Transaction Connect.

Lire aussi : 7 réflexes pour se faire remarquer des recruteurs sur les réseaux sociaux