Au Bon Marché, les métiers de la vente et du luxe recrutent en alternance

Par Etienne Gless, publié le 09 Novembre 2020
5 min

L'Institut des métiers d'excellence du groupe de luxe LVMH forme en alternance aux métiers de l'artisanat et de la vente. La 7e promotion vient de faire sa rentrée. Reportage au Bon Marché. Le grand magasin de la rive gauche à Paris forme 80 nouveaux jeunes alternants depuis la rentrée 2020-2021.

"Pour faire une bonne conseillère de vente vous devez être passionnée, investie et rendre le client à l’aise. Il ne s'agit pas uniquement de pousser la vente sur le moment mais d'entretenir la relation client dans le temps". À 23 ans, Mathilde poursuit une alternance de 15 mois à l'Institut des métiers d'excellence (IME) du groupe LVMH, au sein d'un programme de formation professionnelle créé par le groupe français pour transmettre ses savoir-faire dans la création, l'artisanat et la vente à la jeune génération.

Mathilde, 23 ans, se forme en alternance au Bon Marché et à l'EMLV Paris au métier de "client advisor". Tout le programme à l'école s'effectue en anglais, une grande partie de la clientèle du grand magasin étant internationale.
Mathilde, 23 ans, se forme en alternance au Bon Marché et à l'EMLV Paris au métier de "client advisor". Tout le programme à l'école s'effectue en anglais, une grande partie de la clientèle du grand magasin étant internationale. // © Etienne Gless

Lire aussi

Des métiers passion dans l'univers du luxe

Fascinée depuis l'enfance par le monde de la beauté et du luxe, Mathilde n'a pas hésité à orienter ses études vers l'univers qui la passionne : après un bac scientifique (S) elle a ainsi préparé et obtenu un CAP Esthétique, cosmétique. "Durant mon CAP, ma maître de stage pour la marque Kiko m'a beaucoup inspirée et encouragée à me former. J’ai alors poussé mes études jusqu’à un BTS MUC (management des unités commerciales devenu BTS MCO – management commercial opérationnel)".

À l'issue du programme, la jeune femme obtiendra un certificat reconnu par le ministère du Travail, inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) de niveau 2 (équivalent à un bac+3), de l’EIML Paris, ainsi qu'un brevet d’excellence propre à l’IME LVMH.

Pas d'inquiétude pour son insertion professionnelle : les métiers de la vente, crise ou pas crise, demeurent porteurs et les grands magasins comme le Bon Marché ont besoin de sang neuf. "Beaucoup de nos conseillers de vente approchent de la retraite", confie Bruno Pelletier, DRH du groupe Bon Marché qui emploie et forme Mathilde ainsi que 80 autres alternants.

Lire aussi

Casser l'image du monde du luxe inaccessible

Gaëlle Mercantei, responsable du recrutement au Bon Marché : "Le CV ne suffit pas pour recruter les conseillers de clientèle. L'entretien vidéo donne la chance à tout le monde de transmettre sa motivation à aller vers nos métiers".
Gaëlle Mercantei, responsable du recrutement au Bon Marché : "Le CV ne suffit pas pour recruter les conseillers de clientèle. L'entretien vidéo donne la chance à tout le monde de transmettre sa motivation à aller vers nos métiers". // © Etienne Gless

"Le CV ne nous donne pas toutes les informations même s'il nous renseigne sur le parcours académique et les centres d'intérêt", détaille Bruno Pelletier. Alors en complément du CV, les candidats à l'alternance dans les métiers de la vente passent un entretien vidéo : "L'entretien vidéo donne la chance à tout le monde de pouvoir transmettre son envie et sa détermination d'aller vers nos métiers", précise Gaëlle Mercantei, responsable du recrutement et du développement des ressources humaines dans l'enseigne parisienne. Ce monde du luxe n'est pas inaccessible, les jeunes doivent juste oser nous adresser leur candidature".

Pour les jeunes qui n’ont pas le bac, l’institut des métiers d’excellence de LVMH a même développé le programme "Excellence retail" : une formation en un an et en alternance pour obtenir la certification de "vendeur conseil en magasin" inscrite au RNCP (niveau 4, équivalent au bac).

Lire aussi

L'apprentissage, un rythme exigeant à tenir

Alizée, 19 ans, prépare son DUT Techniques de commercialisation en alternance au Bon Marché.
Alizée, 19 ans, prépare son DUT Techniques de commercialisation en alternance au Bon Marché. // © Etienne Gless

"Mes journées en entreprise consistent à accueillir le client comme un invité, le conseiller du mieux possible et avant tout l'écouter. Il y a aussi tout le travail de rangement des réserves et de la bonne tenue de notre surface de vente". Alizée, 19 ans, conseillère de vente au Bon Marché prépare en alternance le DUT Techniques de commercialisation à l'IUT de Champs-sur-Marne (77). "Après mon bac économique et social (ES), j'avais besoin de suivre une formation en alternance car j'apprends mieux ainsi. Je rêvais à moyen terme d'entrer dans l'univers du commerce du luxe, je ne pensais pas y rentrer si tôt directement", confie-t-elle.

Lire aussi

C'est en persévérant dans sa recherche d'offres en alternance que l'étudiante a pu décrocher son contrat. "C'est mon école, le CPRO Stephenson, qui m'a mise en contact avec l'employeur, le Bon Marché. J'ai passé en tout quatre entretiens avant d'être recrutée" explique-t-elle.

Etre recruté exige de l'énergie ! Se former en alternance aussi : Alizée étudie en début de semaine à l'IUT, se repose le mercredi et le jeudi puis elle travaille le vendredi et le week-end, ce sont des jours très denses dans le commerce. "L'alternance n'est vraiment pas une formation de tout repos. Elle exige de l'énergie et de l'organisation pour tenir le rythme", a-t-elle conclu.

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !