Recherche d’emploi : les recruteurs lisent-il le bas du CV ?

publié le 19 Decembre 2011
5 min
"Pratique régulière du badminton", "Intérêt pour la photographie", "Passion des voyages" : ce type de mentions sur le CV est-il vraiment nécessaire ? Si beaucoup de recruteurs jettent un œil à la rubrique "Hobbies", ils n’en font pas forcément tous la même lecture. Nos conseils pour que vos loisirs vous démarquent – de manière positive ! - des autres candidats.

Les entreprises ne recrutent pas seulement des compétences professionnelles, elles misent aussi sur une personnalité. La rubrique "Centres d’intérêt" du CV peut donc être l’occasion de dévoiler des éléments de votre savoir-être, à condition de savoir argumenter lors de l’entretien d’embauche.

Se démarquer des autres
"C’est la cerise sur le gâteau" : pour Pierre Denier, auteur du blog "Haut Les Cœurs !!! Conseil emploi", la partie dédiée aux loisirs sur un CV peut vous permettre de vous distinguer des autres candidats, à compétences égales. Si un élément interpelle le recruteur, attendez-vous donc à ce qu’il l’aborde durant l’entretien. Et préparez-vous à répondre à ses questions.

Edith Lafargue, responsable RH d’Assystem, groupe d’ingénierie international, se souvient d’un candidat qui avait indiqué "Origami" (art du pliage du papier, NDLR) dans ses loisirs. "Je ne connaissais pas cette pratique et je lui ai demandé de m’en dire plus. Il m’a emprunté un morceau de papier et a confectionné un très bel oiseau. Le pliage est longtemps resté sur mon bureau." Tout comme le souvenir de ce candidat, qui a ainsi pu se démarquer des autres.

Exprimer sa personnalité
Edith Lafargue a beau recruter à des postes techniques, elle attache beaucoup d’importance à la personnalité des candidats. "Si je vois ‘Lecture’, ça m’intéresse. Je vais demander au candidat quels sont les 3 derniers livres qu’il a lus. S’il répond du tac au tac, ça montre qu’il est flexible, en plus d’être ouvert d’esprit !"

Les recruteurs utilisent vos centres d’intérêt pour décrypter votre savoir-être. Mais attention, ils ne sont pas dupes. Aussi, sauf à pratiquer de manière assidue, gardez-vous de mentionner des loisirs uniquement pour les traits de personnalité qui leur sont traditionnellement rattachés.

"Pipeauter sur un sport collectif parce que c’est synonyme d’esprit d’équipe et de compétition, c’est classique", commente la responsable RH. Ce qui l’agace : les candidats qui écrivent "rugby" alors qu’ils y ont joué jusqu’à l’âge de 10 ans. "Ils ont entendu que ça faisait bien, mais c’est sans intérêt pour nous."

Quant à l’engagement associatif, qui sous-entend une capacité à s’engager et un certain volontarisme, il plaît aux recruteurs mais n’a pas forcément sa place en bas du CV. "Si le candidat a passé un an au Mékong pour s’occuper d’enfants, ça mérite d’être plus haut dans le CV, estime Edith Lafargue. Certes, ce n’est pas une expérience professionnelle mais c’est une expérience de vie."

Insister sur la finalité du loisir
Indiquer simplement "Voyages" ne présente aucun intérêt pour les recruteurs. Ils n’attendent pas non plus la liste des pays que vous avez visités. "Ce qui importe, c’est la finalité de ce centre d’intérêt", explique Pierre Denier. N’hésitez donc pas à expliquer en quelques mots le sens qu’a pour vous cette activité ou expérience. Une ligne suffit : "Voyage : pour aller à la rencontre d’autres cultures", par exemple.

Pour cet expert, il n’y a pas de bon ou de mauvais loisir. Seule la raison pour laquelle il vous attire compte. "Ça peut paraître ringard de mettre ‘pétanque’, mais si l’on précise que c’est ‘pour le plaisir de retrouver ses amis’ ou pour ‘les dialogues à la Pagnol’, c’est une bonne façon de se démarquer."

Gare toutefois aux loisirs controversés. "Deux recruteurs ne vont pas en déduire la même chose", prévient Laurent Hyzy, fondateur du cabinet de recrutement Alterconsult. Il prend l’exemple de la corrida. "Selon que le recruteur soit pro ou anti-tauromachie, la réaction ne sera pas la même." Et le recrutement sera forcément biaisé. Peut-être en votre défaveur…

Une rubrique inutile pour certains recruteurs
À choisir, le consultant considère même que cette rubrique du CV devrait être "éradiquée" pour que les candidats soient évalués uniquement sur des critères objectifs et professionnels. Du moins dans le secteur industriel, qui le concerne.

"Si je vois ‘marathon’ sur un CV, j’en fais abstraction. Je ne recrute pas des marathoniens, mais des ingénieurs et des managers !". Lui-même marathonien, il refuse qu’un élément subjectif interfère dans le recrutement.

Les avis des recruteurs sont donc partagés. Lorsque vous postulez auprès d’un employeur, vous ne savez pas à l’avance s’il s’y attardera ou non. Ne prenez donc pas le risque que cette rubrique de votre CV vous desserve.

N’indiquez que les loisirs sur lesquels vous êtes capable d’argumenter. Vos centres d’intérêts n’entreront pas forcément en ligne de compte dans votre recrutement, mais ils auront peut-être le mérite de détendre l’entretien. "Les jeunes diplômés sont un peu timides, les interroger sur leurs loisirs est un moyen de leur faire baisser la garde", confie Edith Lafargue.

Marie-Anne Nourry

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une CV, lettre de motivation...

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !