1. Programme de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP)
Décryptage

Programme de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP)

Envoyer cet article à un ami
Voici le programme de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques en classe de première. // © Shutterstock
Voici le programme de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques en classe de première. // © Shutterstock

Quel sera le programme de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques en classe de première ? Qu’allez-vous y apprendre ? Pour vous aider à y voir plus clair, l’Etudiant a fait appel à des professeurs de lycée. Ils font le point sur chaque spécialité.

Pourquoi choisir la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ? À qui s'adresse-t-elle ?

La spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) s’adresse aux élèves qui aiment comprendre le monde, suivent l’actualité et s’intéressent à la complexité des relations internationales. Elle permet de s’ouvrir à toutes sortes de milieux : journalisme, tourisme, économie, environnement, droit, etc. Suivre HGGSP est aussi une bonne opportunité d’ouvrir son champ de réflexion et sa culture générale !

Qu'allez-vous étudier en spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ?

Chaque thème traité en HGGSP oblige les élèves à mobiliser des connaissances issues de chacune de ces quatre disciplines, toutes évidemment complémentaires. Elle est aussi ouverte à différentes disciplines, comme la spécialité sciences économiques et sociales (SES) ou l’histoire-géographie du tronc commun. Les thèmes peuvent être présentés par des professeurs différents afin d’appuyer la dimension interdisciplinaire du cours.

Lire aussi : Comment sera calculée la note du bac 2021 ?

Programme de la spécialité HGGSP : le contenu des cours

Le programme de première est décliné en cinq grands thèmes : "Comprendre un régime politique : la démocratie", "Analyser les dynamiques des puissances internationales", "Étudier les divisions politiques du monde", "S’informer : un regard critique sur les sources et les modes de communication" et "Analyser les relations entre les États et les religions". Chaque thème se compose de trois parties : deux axes de travail qui permettent une approche différenciée d’un même thème, puis un travail conclusif qui permet aux élèves de se réapproprier les connaissances acquises dans les deux premiers axes et de les remobiliser dans ce troisième chapitre.

Compétences, méthodes : qu'apprend-on en spécialité HGGSP ?

Grâce à ce nouvel enseignement, vous pourrez acquérir une culture assez vaste et diversifiée du monde d’aujourd’hui. Les cinq thèmes offrent une vision assez large d’un problème et obligent à développer d’importantes capacités de synthèse. Il vous sera également demandé de développer vos connaissances dans des exercices de composition.

Lire aussi : Épreuves, calendrier, coefficients : le bac 2021 en un clin d’œil

Quelle est la quantité de travail personnel demandée ? Quelles sont les modalités d’évaluation ?

Le programme de cette matière est ambitieux et nécessite des prérequis, notamment en culture générale. Chaque élève, s’il veut se mettre au niveau de l’ambition du programme, doit donc compenser par une quantité de travail significative. D’autant que les contrôles effectués en cours compteront dans la note finale du bac, dans la part de contrôle continu.

Quelles études après la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ? Quels sont les débouchés ?

Grâce à cette spécialité, vous pourrez vous orienter vers les métiers ou les études qui étaient déjà proposés après une terminale ES : journalisme, enseignement, concours, école de commerce, sciences politiques… Mais la dimension géopolitique peut aussi vous pousser vers les métiers de l’intelligence économique, de l’environnement, du tourisme ou de la culture.

Comment sera évaluée la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ?
Comme pour toutes les autres matières, les évaluations effectuées en cours compteront pour le bac, puisqu’elles seront comptabilisées dans la moyenne des bulletins scolaires (10% de la note finale du bac). Si vous choisissez d’abandonner la spécialité à la fin de la première, vous devrez alors passer une épreuve au mois de juin, qui aura un coefficient 5 dans la note du bac. Enfin, si vous poursuivez cette spécialité en terminale, elle fera l’objet d’une épreuve terminale au mois de mars de coefficient 16.