Prof remplaçant, un métier qui recrute !

Par Etienne Gless, publié le 31 Janvier 2022
6 min

Le gouvernement a annoncé le recrutement de 3.300 professeurs contractuels supplémentaires jusqu'à la fin de l'année scolaire. Objectif : remplacer au plus vite les professeurs absents du fait de la crise sanitaire. Mais l’Éducation nationale a besoin de renforts toute l’année. Étudiant ou jeune diplômé… Découvrez pourquoi et comment en profiter !

"Recherche enseignants contractuels d'histoire-géographie, d'EPS, d'anglais, d'économie-gestion…Prise de poste dès que possible". Les offres d'emploi pour occuper un poste de prof vacataire se multiplient.

Certains chefs d’établissements en sont même rendus à publier des annonces sur le site Leboncoin. A l’instar du lycée Champ-Blanc dans le Maine-et-Loire (49) qui a déposé une offre sur le site de petites annonces dans l'espoir de recruter un professeur d'allemand en CDD et à temps partiel.

D'autres appellent des retraités de l’Éducation nationale en renfort pour nourrir le vivier des enseignants contractuels disponibles : "Oui, nous faisons appel à des retraités qui peuvent cumuler leur retraite avec une rémunération. Mais les étudiants et jeunes diplômés sont les bienvenus", confirme Charline Avenel rectrice de l'académie de Versailles (78), la plus grande de France, qui doit recruter 500 à 600 enseignants de plus cet hiver pour faire face aux absences d'enseignants du fait de la crise sanitaire.

Lire aussi

Le métier de professeur attire moins

Le besoin d'enseignants ne s'explique pas par la seule conjoncture de la crise sanitaire. Le mal est plus profond. Rémunération inférieure à la moyenne des autres pays de l'OCDE, système scolaire accusé de reproduire les inégalités, statut social de professeur moins valorisé qu'autrefois… Le plus beau métier du monde souffre d'une crise des vocations depuis quelques années.

Là où près de huit candidats postulaient pour une place au concours en 2008, ils sont moins de cinq aujourd'hui à candidater. D'où le recours de plus en plus important en enseignants contractuels.

Lire aussi

Professeur remplaçant ou contractuel, un vivier qui recrute toute l'année

L'Éducation nationale n'a en effet pas attendu la crise sanitaire pour recruter des dizaines de milliers de professeurs contractuels pour remplacer les enseignants titulaires recrutés sur concours.

On dénombre ainsi 3.500 professeurs des écoles contractuels parmi les 361.000 enseignants de la grande section de maternelle au CM1, selon le bilan social 2021 de l'Éducation nationale. Mais c’est d’abord dans l’enseignement secondaire que le besoin est le plus important.

Au collège et au lycée on compte quelque 43.000 enseignants vacataires parmi les 404.000 professeurs soit un peu plus de 10,5%. Dans certaines académies, ce taux peut atteindre 20%.

Lire aussi

Postuler comme prof, même sans licence est possible à titre dérogatoire

À la différence des enseignants titulaires recrutés sur concours (Capes, Capet, Capeps, Caplp…), les enseignants contractuels sont recrutés en CDD sur dossier et entretien.

En théorie le prérequis pour les candidats postulant au métier d’enseignant dans le primaire ou le secondaire est d’être titulaire d’un diplôme bac+3 au minimum. Et la priorité est même censée être donnée aux étudiants de master MEEF1 ou 2 ou d’un master d’une autre discipline.

Pourtant dans certaines académies, un diplôme bac+2 suffit pour exercer comme professeur des écoles et effectuer des remplacements. Pour exercer au collège également, un diplôme bac+2 peut être suffisant : "Si vous êtes titulaire d’un BTS, à titre dérogatoire votre candidature sera examinée", explique-t-on du côté de l’académie de Lille.

En lycée professionnel, pour assurer les enseignements techniques et professionnels, un bac professionnel ou même un CAP peuvent suffire : l’important étant d’avoir de l’expérience professionnelle dans son domaine et de s’avoir s’exprimer en français à l’oral et à l’écrit.

Lire aussi

Prof remplaçant : rémunération variable selon le diplôme et l'expérience

Si vous souhaitez postuler pour être prof contractuel dans l'enseignement public, rendez-vous sur le site de votre académie pour découvrir les offres d'emploi et l'application Acloe qui recueille les candidatures de personnels non titulaires. Si votre êtes retenus, vous signerez un CDD pour la durée de l'année scolaire ou de quelques mois en fonction des besoins.

Votre rémunération dépendra de votre niveau de diplôme et de votre expérience professionnelle. Pour faire simple, il existe deux catégories d'agents contractuels :

  • la catégorie 1 pour ceux qui remplissent les conditions de diplômes (au moins une licence) ou d'expérience pour se présenter aux concours internes de recrutement ;
  • la catégorie 2 pour les autres.

Lire aussi

En catégorie 1, les agents peuvent prétendre à un salaire brut mensuel pour un temps plein de 1.719 euros minimum. En catégorie 2, si vous avez validé une deuxième année de licence vous toucherez au minimum 1.627 euros brut par mois. À ce traitement peuvent s'ajouter des primes semblables à celles des enseignants titulaires.

À noter : vous ne pouvez exercer plus de six ans comme enseignant contractuel. Mais après après trois ans d'ancienneté si vous êtes titulaire d'une licence vous pouvez passer les concours internes, notamment le Capes.

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !