1. Marine, 28 ans, agent d’artistes visuels : "J’ai la responsabilité de quatre employés"
Portrait

Marine, 28 ans, agent d’artistes visuels : "J’ai la responsabilité de quatre employés"

Envoyer cet article à un ami
En 2015, Marine a créé sa start-up, MT Art Agency, à Londres. // © Timothy Evan-Cook pour l'Etudiant
En 2015, Marine a créé sa start-up, MT Art Agency, à Londres. // © Timothy Evan-Cook pour l'Etudiant

ILS GAGNENT 3.000 EUROS AVANT 30 ANS. Créatrice de MT Art Agency à Londres, Marine, 28 ans, travaille jour et nuit pour faire connaître les œuvres de ses artistes.

"Selon les mois, je me verse 2.500 à 3.000 £ (entre 2.820 et 3.390 €) par mois et je suis mon propre patron, actionnaire à 83 % de mon affaire." Entrepreneuse sur le marché de l’art, Marine a calqué son agence d’artistes sur le modèle de celles d’Hollywood où art et argent font bon ménage. Elle suit actuellement une vingtaine d’artistes. "Nos artistes sont choisis pour leurs innovations techniques, leur contenu inspirant et la force de leur vision. Nous couvrons leurs frais de studios, nous vendons leurs œuvres, nous montons pour eux des partenariats culturels et nous leur offrons une exposition médiatique, précise Marine. Nous croyons que nos artistes sont les prochaines stars du monde de l’art, c’est-à-dire des pionniers, des modèles et des leaders d’opinion."

Lire aussi : Ils n'ont pas 30 ans et gagnent 3.000 € par mois

Son parcours

Après deux ans de classe prépa littéraire (khâgne et hypokhâgne) à Poitiers (86), Marine, qui a grandi sur l’île de Ré, part suivre des cours d’histoire de l’art à l’université de Warwick, à 150 km de Londres. "J’y suis restée trois ans mais sans sortir diplômée." C’est un stage de trois mois à la BBC, en 2010, pour l’émission "The Culture Show", qui lui donne les connexions avec le monde de l’art.

En 2012, elle dirige sa première galerie à Londres. En 2014, elle en cofonde une autre à Los Angeles. De retour à Londres, elle décide de monter sa start-up pour élargir l’audience de jeunes artistes prometteurs. "Kim Kardashian est suivie par 100 millions de followers sur Instagram alors qu’un artiste comme Ai WeiWei, figure chinoise de l’art contemporain, en a moins de 400.000. Je voulais utiliser le marketing hollywoodien à des fins plus inspirantes !", explique la jeune femme.

"J’ai la responsabilité d’artistes et de quatre employés"

Marine lance sa start-up, MT Art Agency, en juin 2015, et l’installe à deux pas du British Museum. Sa spécialité : les artistes visuels. Comprenez : les peintres, photographes, sculpteurs ou vidéastes. "J’ai levé des fonds auprès de huit investisseurs sur la base d’une valorisation de ma société à 1 million de livres [1,13 million d’euros]." Marine passe ses journées et soirées à cultiver ses réseaux. "Je passe mon temps à 'pitcher' avec mes différents interlocuteurs pour assurer des contrats à mes jeunes artistes : investisseurs, sponsors, collectionneurs, conservateurs, représentants de la ville…"

Lire aussi : Comment je suis devenue agent d'artistes

Le soir, Marine travaille encore ses relations mais sur le long terme : "Je donne des dîners chez moi où je mêle artistes, clients potentiels, partenaires, journalistes, nouvelles relations… Là, pas question de 'pitcher', c’est trop frontal." Si Marine communique sur Instagram pour faire connaître ses artistes, elle prévient : "C’est la partie glamour du métier mais elle ne doit pas faire oublier le stress du dirigeant de start-up : j’ai la responsabilité d’artistes et de quatre employés à temps plein." Certains soirs, Marine s’endort difficilement.