Dossier : Comment recrutent les entreprises préférées des étudiants ?

EDF : les filles, postulez !

Google, Canal+, Veolia, LVMH, EADS… Comment entre-t-on dans ces entreprises stars où rêvent de travailler les étudiants des écoles de commerce et d’ingénieurs ? Quels profils privilégient-elles ? Comment se faire repérer par leurs recruteurs ? Zoom sur ce qui marche pour être pris dans 7 sociétés classées aux premières places du Top 100 Universum des “employeurs idéaux”.

Quelque 317.000 CV déposés et 2,5 millions de visiteurs en 2010… Le site de recrutement d’EDF est aussi fréquenté qu’une boutique en ligne ! Il est devenu un incontournable pour celui ou celle qui souhaite postuler. La plate-forme étant européenne, un jeune peut très bien repérer une annonce en Angleterre, où est située l’une des plus importantes filiales d’EDF, et démarrer sa carrière hors de France.

Reste que vu la masse de CV, pas simple d’attirer l’attention du recruteur. Mais pas impossible. Surtout qu’en 2011, le groupe embauche 4.600 personnes, dont 1.500 cadres. À 75 %, des juniors, avec peu ou pas d’expérience ; 8 postes sur 10 concernent les métiers techniques dans la production (nucléaire, hydraulique, thermique), la distribution, le commerce, la recherche et développement. C’est que d’ici 5 ans, 30 % des salariés vont partir en retraite.

500 postes d’ingénieurs dans le nucléaire

Premier manque à combler : les ingénieurs nucléaire. Depuis la catastrophe de Fukushima, les centrales ont mauvaise presse. Mais EDF recrute près de 500 spécialistes par an, issus d’écoles dédiées ou généralistes, que l’entreprise forme ensuite.

Benjamin Lemoine fait partie de ces profils très recherchés. Diplômé de l’INSTN (Institut national des sciences et techniques nucléaires), à Saclay, son master est parrainé par EDF. “J’avais toutes les chances de mon côté pour y postuler. En tant que physicien, une carrière chez EDF est forcément attirante, car le champ des possibles est très vaste, souligne cet ingénieur combustibles de 25 ans. J’ai fait mon stage de fin d’études à la centrale de Gravelines. Et j’y suis resté !” Comme beaucoup, il a été embauché avant même d’avoir décroché son diplôme. Un stage chez EDF est en effet un atout indéniable pour avoir un œil sur les postes qui se libèrent et faire ses preuves.

benjamin edf
Benjamin, ingénieur d'exploitation combustibles à la centrale de Gravelines.

Un cabinet de recrutement en poisson pilote

Une fois son CV déposé, il est épluché par un cabinet de recrutement qui effectue la présélection. Entretien téléphonique, de visu, tests de personnalité et de connaissances… Le candidat est évalué sous toutes les coutures. QCM (questionnaire à choix multiples) de personnalité et de compétences permettent de cerner son potentiel humain et technique.

“Nous sommes une entreprise de service public, engagée pour l’intérêt général, nous délivrons un bien de première nécessité à 38 millions de clients dans le monde, rappelle Marianne Laigneau, la DRH Groupe. Nous recherchons donc des jeunes qui vont partager nos valeurs de solidarité, d’intégrité, de responsabilité environnementale et sociale… On ne réussit pas chez nous en ne respectant pas la personne humaine.” Vous voilà prévenu…

Forcément 1 candidate sur 3 CV présentés

Le cabinet présente ensuite une “short list” de 3 candidats au manager d’EDF qui cherche une recrue. Ce dernier détaille le job, vérifie la motivation et les compétences techniques. Parmi les sélectionnés, systématiquement une femme. Car le groupe cherche à féminiser ses équipes. En 2010, 35 % des recrutements concernaient des jeunes filles. Le groupe a également créé un prix, Fem’energia qui récompense des lycéennes, des étudiantes et des femmes en activité qui s’engagent dans la filière. À gagner ? Des bourses, des stages et des contrats en alternance. De quoi se faire repérer…

Des délais de réponse stricts

Quand le groupe a un besoin urgent de main-d’œuvre, il lance une grande campagne de recrutement sur son site d'emploi et les réseaux sociaux. Dans ce cas, la procédure est accélérée. Les candidats retenus par le cabinet sont présentés à un jury de managers, qui choisit de les garder ou pas. Pour éviter les procédures à rallonge, le géant français s’engage sur des délais de réponse. Pas plus d’un mois entre la présélection et le rendez-vous avec le cabinet. Et moins de 48 heures en mode “campagne de recrutement”.

Les réseaux sociaux comme mode de sourcing

Pour repérer d’autres profils et élargir le spectre, les recruteurs scrutent également sur Twitter, Linkedin, Viadeo… Pour être prévenu en temps réel des postes disponibles, ceux qui rêvent d’intégrer le pro de l’énergie peuvent créer des alertes sur la page corporate. Enfin, n’hésitez pas à contacter des salariés du groupe membres de ces réseaux et à leur envoyer un CV. De quoi éviter d’être noyé dans la masse du site maison…

À la page, EDF a également lancé en janvier dernier le 1er serious games de l’énergie, un jeu d’aventure interactif en anglais et par équipe. 2.300 étudiants y ont participé. Une manière de découvrir un univers et qui sait, de susciter des vocations…

> Postuler chez EDF

Emmanuelle Souffi
Juin 2011

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus






les entreprises à la une










un job, stage ou 1er emploi ?

Offres de jobs étudiants

Offres de stages étudiants

Offres en alternance


APCMA-Banniere-300x150



uimm_banner_300x150-200114








calcul-salaire