1. Apprentissage : bientôt 500.000 apprentis en France ?
En bref

Apprentissage : bientôt 500.000 apprentis en France ?

Envoyer cet article à un ami
Du BTP à l'industrie en passant par l'artisanat, l'apprentissage connaît une forte hausse. // © Goodluz/Adobe Stock
Du BTP à l'industrie en passant par l'artisanat, l'apprentissage connaît une forte hausse. // © Goodluz/Adobe Stock

La France comptait 485.000 apprentis fin 2019, un record historique. Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre des études en apprentissage, y compris dans le secondaire, pour préparer un CAP ou un bac pro. Tous les secteurs profitent du retour en grâce de ce mode de formation.

"Des résultats historiques pour l'apprentissage". Muriel Pénicaud, ministre du Travail se félicitait, mardi 4 février, des excellents chiffres de l'apprentissage en 2019. Pour la première fois, le nombre d'apprentis a connu une progression à deux chiffres de +16%, soit 50.700 apprentis de plus sur un an, portant le nombre total à la fin de l'année dernière à 485.800.

Du jamais vu en France ! La côte d'amour de l'apprentissage auprès des jeunes ne se dément pas. L'année 2018 avait déjà enregistré un goût plus prononcé des jeunes pour les formations en apprentissage avec une progression de +8% sur un an (17.000 apprentis de plus).

L'apprentissage remonte dans l'enseignement secondaire

Après avoir stagné (et même diminué depuis des années au niveau dans l'enseignement secondaire, alors qu’il progressait fortement dans l'enseignement supérieur), l'apprentissage connait un regain d'intérêt chez les jeunes à l'issue de la classe de 3ème. La barre des 200.000 apprentis préparant un CAP ou un bac professionnel a été franchie en 2019, avec 203.000 jeunes (+8%) contre seulement 178.744 en 2014.

Autre indicateur dans le vert : près de 70.949 jeunes ont formulé des vœux en faveur de l’apprentissage sur Affelnet en 2019. Un bémol toutefois : le nombre exact de jeunes ayant vu leurs souhaits exaucés. Mais l'enseignement supérieur reste la locomotive de l'apprentissage avec une hausse de +30% des apprentis préparant un BTS, une licence professionnelle, un master ou encore un titre d'ingénieur en apprentissage.

Lire aussi : L'apprentissage en master, une voie qui gagne du terrain

Artisanat, industrie, BTP : l’apprentissage à la hausse dans tous les secteurs

Cette envolée de l'apprentissage se constate dans tous les secteurs : "Le nombre d'apprentis dans les chambres des métiers et de l'artisanat a progressé de 3% pour atteindre 140.000 apprentis en 2019 répartis dans 250 métiers", se félicite Bernard Stalter, président de CMA France. Le secteur de l'artisanat a accueilli 90.000 nouveaux jeunes l'an passé, mais cherche à en attirer encore davantage à l'occasion de sa Semaine nationale de l'apprentissage dans l'artisanat jusqu'au 7 février 2020. "Nos entreprises artisanales peinent à recruter", déplore Bernard Stalter. "Toutes les actions et mesures en faveur de la valorisation de cette orientation pour qu'elle devienne choisie et non plus subie, sont à mobiliser".

Autres secteurs clé : le bâtiment et les travaux publics ont vu leur nombre d'apprentis bondir de 13% l'an passé et l'industrie enregistre une progression sensiblement équivalente (+11%) de son nombre d'apprentis.

Lire aussi : Reportage en maison familiale rurale, l'école est dans le pré

Des formations en plein boom dans des métiers très variés

"Nous avons enregistré une hausse de 15% du nombre d'apprentis dans les Maisons familiales rurales (MFR) pour atteindre 12.599 apprentis", se réjouit Roland Grimault directeur des MFR. "Tous les niveaux de formation, du CAP à la licence professionnelle, sont concernés : +7% sur les CAP et +20% pour les formation de niveau bac et plus". Les 430 MFR ont accueilli davantage de jeunes, en particulier dans les métiers de l'agriculture, des travaux paysagers, en électricité-électronique, mais aussi dans le domaine des services à la personne et de la santé.

De leur côté les Compagnons du Devoir et du Tour de France ont connu une hausse de 37,4% du nombre d'apprentis en 2019 par rapport à 2018 : "Sans la loi "Avenir professionnel" (qui a réformé l'apprentissage en 2018, ndlr) et les campagnes de promotion de l'alternance, nous n'aurions pas pu ouvrir des sections d'apprentissage comme nous le voulions", observe Jean-Claude Bellanger, secrétaire des Compagnons du Devoir qui forme 10.000 jeunes par an à 30 métiers.

De nouvelles offres de formations fleurissent

Outre les 965 CFA existants, la loi du 5 septembre 2018, qui réforme l'apprentissage, a rendu plus facile l'ouverture de nouveaux centres de formations d'apprentis. Quelques 200 nouveaux CFA sont déjà opérationnels et plusieurs centaines d'autres vont suivre au cours de l'année 2020 : l'UCPA, dans le monde sportif et l'animation, vient d'ouvrir le sien ; l'organisation de la Coupe du monde de rugby a annoncé la création d'un CFA pour former plus de 2.000 jeunes dès 2021 au métier d'administrateur développeur de club sportif.

À ce rythme, le cap des 500.000 apprentis en France pourrait être atteint en 2020. Un objectif affiché par la plupart des gouvernements depuis 1975, quand le président de la République de l'époque, Valéry Giscard d'Estaing, souhaitait déjà développer l'apprentissage pour remédier au chômage des jeunes.

Lire aussi : En images, la difficile ascension de l'apprentissage de 1974 à nos jours