Crise sanitaire : une mobilisation des étudiants infirmiers différente selon les régions

Par Pauline Bluteau, publié le 27 Novembre 2020
5 min

Comme lors de la première vague, pour faire face à l’épidémie de Covid-19, les étudiants en soins infirmiers peuvent être mobilisés plusieurs semaines en tant qu’aides-soignants en fonction des besoins. Dans certains cas, la formation peut même être suspendue pendant deux mois. Explications.

La mobilisation des étudiants infirmiers est toujours d'actualité pendant la crise sanitaire. Au total, trois scénarios sont envisageables pour les étudiants infirmiers, allant d’un renfort de deux semaines pendant les périodes de stage à la suspension totale de leur formation pendant un mois, renouvelable une fois. C’est en tout cas ce que précise un vademecum du ministère de la Santé mis à jour le 12 novembre dernier. Une sorte de feuille de route pour lutter "contre la propagation du virus Covid-19" et qui s’adresse à tous les acteurs de la santé publique comme les ARS (agences régionales de la santé) mais aussi les étudiants en santé et principalement ceux en soins infirmiers. Dans la majorité des régions, ces différents dispositifs sont déjà en train d’être appliqués. Retour sur ce qui pourra vous être imposé dans les jours et semaines à venir.

Lire aussi

Les étudiants en deuxième année concernés

Tous les étudiants en santé, médecine ou paramédical sont concernés par ce vademecum. Les plus visés restent les étudiants en soins infirmiers et notamment les deuxième année. "Dans la mesure du possible et en première intention les étudiants paramédicaux de première et de troisième années ne sont pas mobilisés", précise la note.

Les différents scénarios sont mis en place par les ARS "en fonction de la situation locale" et en concertation avec "les établissements bénéficiaires, les instituts de formation et/ou les universités, UFR Santé (doyens) et coordonnateurs d’enseignement ainsi que les organisations représentatives des étudiants au niveau local."

Scénario 1 : renforts en tant qu’aide-soignant

Le premier scénario consiste à appeler les étudiants infirmiers en renfort sur des postes d'aides-soignants pendant deux semaines maximum au premier ou au second semestre.

Si la situation le nécessite, la totalité des semaines de stage de l’année pourrait être avancée au premier semestre pour mobiliser les étudiants deux à six semaines sur leurs 20 semaines de stage en deuxième année. Le vademecum précise tout de même qu’"aucun stage ne pourra être entièrement dédié à l’exercice de fonctions d’AS (aide-soignant)." Actuellement, la Normandie, l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté ont mis en place ce dispositif, selon la FNESI (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers).

Lire aussi

Scénario 2 : un CDD de deux ou trois mois

Le scénario 2, instauré en Auvergne-Rhône-Alpes, privilégie la contractualisation sous forme de vacation (ou d’apprentissage). Ces contrats à durée déterminée peuvent s’étendre sur une période de deux ou trois mois. En parallèle, les étudiants mobilisés conservent "un lien fort avec la formation suivie : possibilité de participer à des séquences pédagogiques courtes (formations aux soins et gestes d’urgence, travaux pratiques…) à l’institut, de contacter l’équipe pédagogique (hotline) pour débriefer des situations de travail complexes."

Le vademecum précise également que les formateurs devront veiller "à la cohérence des affectations en fonction des parcours des étudiants".

Lire aussi

Scénario 3 : suspension de la formation pendant un à deux mois

Quant au scénario 3, c’est celui qui inquiète le plus les étudiants en soins infirmiers. Deux régions ont déjà mis en place ce dispositif via un arrêté des ARS de PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) et des Pays de la Loire. Pendant un mois minimum, les formations dispensées par les IFSI (Instituts de formation en soins infirmiers) sont suspendues, tout comme les stages que doivent effectuer les étudiants. L’arrêt de la formation peut se prolonger d’un mois supplémentaire, selon les besoins. Pendant ce laps de temps, les étudiants sont encouragés à se mobiliser "par la voie de vacation ou de réquisition".

Pour ce qui est de la continuité pédagogique, la note du ministère précise que "le processus de poursuite d’études et de diplomation après cette suspension sera ultérieurement examiné sans surcoût pour l’étudiant". Les étudiants en soins infirmiers ont déjà réagi via une lettre ouverte à l’attention de l’ARS et de la région PACA notamment. Ils dénoncent le manque d’équité sur le plan de la formation entre les régions.

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !