Quand les futurs chiropracteurs prennent soin des étudiants

Par Pauline Bluteau, publié le 02 Avril 2021
5 min

Des soins gratuits par et pour les étudiants : c’est ce qu’ont mis en place deux associations étudiantes de l’IFEC (Institut franco-européen de chiropraxie). Depuis février dernier, tous les étudiants franciliens peuvent bénéficier de consultations auprès des étudiants en chiropraxie pour soigner leurs douleurs.

Alors qu’il est de plus en plus question de la dégradation de la santé mentale des étudiants, d’autres maux, physiques cette fois, sont également apparus depuis le début de la crise sanitaire. Des douleurs au dos, aux cervicales, à la tête, aux épaules voire aux genoux ont été amplifiées avec les confinements et surtout les cours à distance.

"On s’est rendu compte que la situation psychologique, financière mais aussi physique des étudiants est de plus en plus difficile", explique Paul Bouscary, directeur des études à l’association Co'p1 – Solidarités étudiantes. "La déclaration des maux a augmenté chez les plus jeunes, des maux liés au stress, au manque d’hygiène, de sommeil, d’activités sportives…", poursuit Gaylord Houart, chiropracteur et responsable du centre clinique à l’IFEC (Institut franco-européen de chiropraxie). Et c’est comme ça, qu’avec une autre association étudiante de l’IFEC, WCCS (World congress of chiropractic students), est née l’idée de proposer des soins gratuits de chiropraxie aux étudiants franciliens.

Lire aussi

Des soins accessibles à tous les étudiants, sans conditions

Depuis le lancement de ce dispositif en février dernier, 36 étudiants ont été pris en charge et 160 étudiants se sont inscrits au mois de mars. Tous ont un seul point commun : celui d’être étudiant. En effet, aucune condition préalable, liée aux revenus par exemple, n’est nécessaire pour bénéficier de séances de chiropraxie gratuites. "Il suffit de se rendre à la Maison des initiatives étudiantes à Paris le vendredi ou le samedi lors des distributions de denrées alimentaires de Co'p1, détaille Coline Yahi, vice-présidente de WCCS. Pour s’inscrire, il faut simplement présenter sa carte étudiante ou son certificat de scolarité."

Les étudiants devront ensuite se rendre au centre clinique d’Ivry-sur-Seine (94) pour débuter leur prise en charge auprès d’un étudiant en chiropraxie. En quatrième ou cinquième année, et donc en toute fin de cursus, plus de 150 étudiants sont disponibles. Rien d’exceptionnel pour ces futurs professionnels dont les consultations avec "de vrais patients" font justement partie de leur formation.

Les étudiants peuvent bénéficier de séances de chiropraxie en s'inscrivant à la Maison des initiatives étudiantes.
Les étudiants peuvent bénéficier de séances de chiropraxie en s'inscrivant à la Maison des initiatives étudiantes. // © Photo fournie par l'IFEC

Lire aussi

Diagnostiquer et traiter les douleurs physiques des patients

Les chiropracteurs peuvent prendre en charge plusieurs pathologies : des douleurs rachidiennes (dos, lombaires, cervicales, thorax…), des maux de tête ou des vertiges, des douleurs au niveau des tendons de l’épaule, des hanches, des genoux… Lors de la consultation, le futur praticien vous posera des questions sur le motif de votre venue avant d’établir un diagnostic de vos douleurs. Il établira ensuite un plan de traitement avec plusieurs conseils à suivre pour améliorer votre posture, aménager votre espace de travail… tout ceci sous l’œil d’un chiropracteur professionnel.

Cybelle, étudiante en troisième année de lettres à la Sorbonne a d’ores et déjà bénéficié de ces consultations. "J’avais des problèmes aux cervicales et en bas du dos, des douleurs qui sont apparues dès le premier confinement, raconte-t-elle. J’ai déjà eu quatre séances où on m’a expliqué comment atténuer mes douleurs et comprendre d’où elles venaient. J’ai quelques exercices à faire à la maison et si j’ai une question, j’envoie un message à Camille, l’étudiante qui s’occupe de moi, c’est super !" Ce dispositif restera en place jusqu’à décembre 2021, au moins.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road