Tutorats et prépas, incontournables en PASS et en L.AS

Par Elodie Auffray, publié le 05 Octobre 2021
4 min

Bien connus des étudiants en santé, les tutorats et les prépas privées sont un soutien précieux, à la fois pour réviser les cours, s'entraîner aux examens et surtout... tenir le cap. Coup d'œil sur ce que les deux dispositifs vous réservent.

La première année pour entrer en études de santé est un cap difficile à franchir : la somme des connaissances à assimiler est très importante, la charge de travail aussi. Que vous soyez en PASS ou en L.AS, pour optimiser vos chances d’intégrer la deuxième année, le recours à un accompagnement extérieur, comme la prépa privée ou le tutorat (voire les deux), est quasi systématique. "C'est injouable de faire sans. Je ne connais personne en deuxième année qui n'en ait pas eu besoin", indique Théo, qui pilote le tutorat de la faculté de médecine de Rennes.

S'entraîner encore et toujours pour réussir son année de PASS ou de L.AS

Face aux prépas, qui occupent le paysage depuis longtemps, les tutorats se sont beaucoup développés ces dernières années et proposent désormais des services similaires : synthèses des cours, conseils méthodologiques, forums d'entraide, séances de révision et d'approfondissement… Les deux dispositifs permettent d'encadrer votre travail personnel, en petits groupes de 25 à 40 personnes selon les cas, et de s'entraîner aux examens.

Vous aurez aussi des séances de QCM, souvent hebdomadaires, qui vous familiariseront avec cet exercice-clé et de réviser. Lors des corrections, "on réexplique les notions qui n'ont pas été comprises, on répond aux questions, on donne des astuces mnémotechniques", détaille Louis, tuteur à Rennes. "Les étudiants peuvent parfois mieux comprendre avec nos mots. Comme on a été à leur place, on sait ce qui peut poser problème", souligne Valentin, chargé du tutorat à l'association des étudiants en médecine de Lille.

Lire aussi

La prépa, plus intense

Si vous choisissez de passer par une prépa, le volume horaire est souvent plus conséquent, avec deux à trois séances par semaine. Les organismes privés ont également développé des outils pointus : banque d'épreuves en ligne, vidéos, applis, analyse personnalisée de sa progression… Pour acquérir les premières notions, vous aurez aussi accès à des stages de pré-rentrée de deux à quatre semaines.

Les tutorats organisent aussi quelques jours de stage de pré-rentrée. Ils mettent aussi en place des épreuves blanches très suivies, qui donnent lieu à un classement permettant de se situer avant les vrais partiels. En prépa, les classements sont plus réguliers mais moins représentatifs, puisque l'échantillon d'étudiants est plus réduit.

Lire aussi

Le tutorat, accessible à tous

Mais le principal atout du tutorat, c'est son coût très faible (une dizaine d'euros en moyenne), ce qui le rend accessible à tous. Dans certaines facs, il est même gratuit. Les prépas, elles, sont onéreuses : jusqu’à 4.000 euros l'année au Cours Galien pour un PASS, 5.775 euros chez Médisup (respectivement 1.500 et 2.700 euros pour une L.AS).

Portés par des étudiants en santé de deuxième et troisième années, les tutorats ont aussi l'avantage de cultiver un lien étroit avec la faculté : les professeurs vérifient voire enrichissent les contenus. Des services extrascolaires sont également offerts : aide à la réorientation, activités bien-être…

Enfin, les deux dispositifs proposent un système de parrainage, par des étudiants des années supérieures, qui délivrent bons conseils et soutien moral.

Lire aussi

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !