Rentrée en PASS ou L.AS : six conseils pour bien réussir son année

Par Pauline Bluteau, publié le 23 Septembre 2021

VIDÉO. Année charnière et difficile, la première année d’études de santé est connue pour être particulièrement exigeante. Anaëlle, Julie et Lucas, actuellement en deuxième année de médecine et de dentaire, livrent six conseils clés pour vivre au mieux votre année de PASS ou de L.AS, et ce, dès la rentrée.

Depuis la rentrée 2020, le PASS et la L.AS sont les grandes remplaçantes de la célèbre PACES. Ces deux formations sont actuellement les seules à vous ouvrir les portes des études de médecine, maïeutique (sage-femme), odontologie (dentaire) ou pharmacie. Une année qu’il faut vivre comme un marathon car à la fin, seuls vos résultats et donc votre classement, seront décisifs.

Anaëlle, aujourd’hui en deuxième année de dentaire à l’université de Nantes, a validé son PASS il y a seulement quelques mois. Tout comme Lucas, désormais étudiant en deuxième année de médecine à Lille. Enfin, Julie a quant à elle passé le cap de deux années de PACES avant d’entrer en deuxième année de médecine à Nancy cette année. Tous les trois vous donnent quelques astuces pour briller mais aussi rester motivé toute cette année.

Lire aussi

Études de santé : un marathon qui commence dès la rentrée

C’est peut-être l’erreur de débutant à ne pas commettre : prendre le temps de se mettre dans le bain… Anaëlle, Lucas et Julie sont formels, autant prendre le pli le plus vite possible. D’une part pour trouver plus rapidement votre rythme de croisière et d’autre part, pour ne pas laisser cours et révisions s’accumuler. Car même si les matières ne semblent pas si compliquées, en tout cas en apparence, comme l’explique Anaëlle, mieux vaut se méfier de la quantité de travail à venir.

Au bout de quelques semaines ou de quelques mois, vous trouverez ainsi votre propre méthode de travail. L’important n’est d’ailleurs pas de se comparer aux autres mais d’apprendre à bien se connaître. Julie a, par exemple, fait le pari de s’accorder toutes ses soirées à partir de 20 heures, jugeant son travail inefficace avant d’aller se coucher. Anaëlle a préféré travailler toute la journée de 8 heures à 22 heures mais en s’accordant régulièrement des pauses. Comme Lucas qui alliait cours en présentiel le matin et révisions l’après-midi et se gardait son samedi soir pour "regarder une série, voir ses proches ou lire".

PASS et L.AS, face à l'exigence faire des pauses et s'écouter

Bien que plus facile à dire qu’à faire, tous s’accordent aussi à dire que les pauses sont indispensables pour tenir le coup toute l’année de PASS ou L.AS. Lucas insérait directement ses pauses à son planning de révisions pour ne pas les oublier. "Entre chaque cours, je mettais la musique à fond pour me détendre et me défouler", raconte-t-il. Julie met aussi en garde sur la qualité des pauses. "Il faut éviter de prendre son portable, ça rallonge les pauses et finalement, ce ne sont pas des vraies pauses, il vaut mieux aller prendre l’air."

En plus des pauses régulières, c’est tout une hygiène de vie qu’il faut conserver. Manger correctement, dormir autant que nécessaire "et des trucs bêtes comme prendre une douche", s’exclame l’ancienne étudiante de PACES. En bref, continuer à s’accorder un peu de temps pour soi et ne pas hésiter à stopper les révisions si le cerveau ne suit plus. "Ne serait-ce qu’une heure, ça peut paraître très peu mais c’est déjà énorme !", s’enquit Anaëlle.

Lire aussi

Se faire épauler en cas de découragement

Et surtout, rassurez-vous. Pendant cette première année des études de santé, la motivation peut vous faire défaut. Là encore, Lucas, Julie et Anaëlle assurent être passés par ces phases de découragement. Se reconcentrer sur soi, penser à son futur métier et se faire épauler paraissent essentiels. "Ce peut être notre famille, nos amis, nos proches, ou notre parrain/marraine de promo si on en a, il faut les appeler et leur en parler mais surtout éviter de se renfermer", souligne Lucas. Julie imaginait aussi annoncer sa réussite en PACES à ses parents : une image qui la rendait heureuse et lui permettait de se redonner le moral.

Autant de techniques qui ont en tout cas fonctionné pour ces trois étudiants qui, bien qu’éprouvés par cette première année d’études de santé, se disent très épanouis dans leur nouvelle formation.

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !