Parcoursup : faites vous aiguiller par les étudiants ambassadeurs !

Par Pauline Bluteau, publié le 11 Février 2019 - Mis à jour le 21 Février 2020
7 min

Sur Parcoursup, les candidats peuvent s’adresser directement aux étudiants en leur posant tout un tas de questions. Que ce soit pour parler vie étudiante, rythme de travail ou orientation, ce coup de pouce peut s'avérer utile avant de faire vos vœux.

Ils ont réponse à tout ! C’est en tout cas ce que laissent entendre Charles, Tevaiana, Dorian, Corentin et Killiann. Ces cinq étudiants ne se connaissent pas, viennent de régions et de filières bien différentes et pourtant, ils ont tous un point commun : ils ont été nommés étudiant ambassadeur au sein leur établissement sur Parcoursup.

Leur mission n’est pas de faire la promo de leur formation, mais au contraire, d’être le meilleur interlocuteur possible pour les futurs étudiants. "On ne va pas leur donner des stats mais plutôt nos impressions, notre vécu et notre expérience", prévient Killiann, en deuxième année de DUT (diplôme universitaire de technologie) chimie à Rennes 1. Entre les portes ouvertes et les salons d’orientation, ce dispositif peut être très utile.

Lire aussi

Assurer la transition après le lycée

"Mon rôle est de faire le lien entre ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur de la formation, comme une sorte de guide", poursuit Killiann. Quel est le programme de la première année ? Quels sont les débouchés ? Est-ce que le rythme est dur à suivre ? Y-a-t-il une bonne ambiance ? Toutes ces questions, que vous vous posez peut-être, les étudiants ambassadeurs sont prêts à y répondre. "C’est plus facile quand on a quasiment le même niveau scolaire et le même âge", confirme l’étudiant en DUT.

"On essaie de les prévenir sur l’auto-gestion à la fois dans la prise de notes et dans le travail personnel mais aussi sur leur indépendance. Ils vont devoir gérer plein de choses en dehors de l’école, il faut s’y préparer. Moi, je n’ai pas su le faire en L1", assume Tevaiana, en troisième année de licence de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) à l’université de Montpellier.

En effet, l’objectif des ambassadeurs est avant tout de partager leur expérience. "Cela permet aussi de créer des liens, de se constituer un mini-réseau et surtout de se rassurer avant d’entrer dans l’enseignement supérieur", constate Corentin, en deuxième année de prépa à l'école d’ingénieurs Polytech Marseille.

Lire aussi

Pouvoir faire son choix en connaissance de cause

Discuter avec les étudiants est également un excellent moyen de bien s'informer avant de s'inscrire dans une formation. "Pour ceux qui ne peuvent pas aller aux portes ouvertes, cela permet tout de même d'avoir quelques connaissances", assure Dorian, en deuxième année de DUT informatique à Bordeaux. "On essaie aussi de leur présenter les différents débouchés d'une école d'ingénieurs, de les encourager à ne pas seulement penser à la prépa mais à l’après. Il faut parfois voir sur le long terme pour choisir la meilleure voie possible", explique Corentin.

Quitte également à répondre à certaines incompréhensions. "On peut réexpliquer les acronymes et démontrer qu'il n'est pas possible de faire un DUT sans passer par un IUT (institut universitaire de technologie)", témoigne Killiann.

Lire aussi

D’ailleurs, certains étudiants s’assimilent presque à des conseillers d’orientation. "Quand un lycéen me dit qu’il aime le sport et donc qu’il veut faire une licence de STAPS, ce n’est pas suffisant, alerte Tevaiana. Je les amène à se poser des questions. Parfois, cela peut les décourager, mais mon but c’est plutôt de bien les orienter."

Vous l’aurez compris, les étudiants ont avant tout envie de vous aider. "On est aussi passé par ces moments de doutes, en se posant des questions. On peut se rendre compte qu’une formation n’est peut-être pas faite pour nous", explique Dorian.

Lire aussi

Des ambassadeurs plus qu’informés

Quelle que soit la requête, les ambassadeurs doivent pouvoir répondre à toutes vos inquiétudes. C’est pourquoi, la mise en place de ce dispositif leur a aussi demandé une certaine implication personnelle. "Je me suis forcé à apprendre la plaquette de l’école, à bien connaître les différents services et surtout à m’intéresser à Parcoursup", résume Charles, en cinquième année d’école d’ingénieurs à l’Efrei Paris.

À l’université de Nice, les ambassadeurs ont même reçu une petite formation de leurs responsables pédagogiques. "Ils sont encadrés et peuvent toujours nous faire part de leurs difficultés si jamais la demande est trop technique", insiste Ali Douai, chargé de mission orientation. "Il ne faut pas hésiter, si on a des doutes. On les mettra en contact avec les enseignants ou l’administration, on est là pour cela", conclut Tevaiana.

Articles les plus lus

A la Une Parcoursup

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !