1. Votre image sur le Web : et si vous preniez la main ?
Boîte à outils

Votre image sur le Web : et si vous preniez la main ?

Envoyer cet article à un ami
Suivre l'actualité de votre secteur et partager les informations pertinentes est un bon moyen de vous faire remarquer. // © plainpicture/Westend61/Florian Küttler
Suivre l'actualité de votre secteur et partager les informations pertinentes est un bon moyen de vous faire remarquer. // © plainpicture/Westend61/Florian Küttler

Le premier geste d’un recruteur, si votre CV a retenu son attention ? Entrer votre nom dans un moteur de recherche. Les conseils de la spécialiste du recrutement Dominique Perez pour vous présenter sous votre meilleur jour sur Internet, extraits de son ouvrage “Le Guide du CV, de la lettre de motivation et de l'entretien d'embauche”.

Une simple recherche vous permet à tout instant de vérifier votre visibilité sur Internet… et, parfois, de découvrir que votre image n'est pas vraiment celle que vous aimeriez présenter ! Or, aujourd'hui, le premier réflexe d'un recruteur est de faire cette recherche. Si vous ne pouvez pas effacer toutes vos traces, il existe des moyens simples pour apparaître à votre avantage et, surtout, mettre en valeur votre profil dans le cadre d'une recherche d'emploi.

Présentez une image cohérente

Toutes vos apparitions sur Internet doivent refléter une certaine logique : si vous soignez votre profil sur un réseau social, ne le négligez pas sur un autre, car l'effet sera vite gâché. Mieux vaut ne choisir qu'un médium si vous estimez que c'est suffisant, mais le soigner !

Choisissez de préférence la même photo sur les réseaux sociaux et sur votre CV Web et le même nom de métier ou de fonction.

Attention : il ne s'agit pas non plus de donner une image trop lisse ou uniquement professionnelle. À travers cette recherche sur le Web, le recruteur peut aussi être intéressé par des éléments de votre personnalité. Vous faites partie d'une association, même si elle n'est pas en rapport avec votre activité professionnelle ? D'un club de sport ? Vous avez publié des photos de voyage ? Vous avez un blog sur lequel vous évoquez l'un de vos centres d'intérêt, que ce soit la physique quantique ou la cuisine du terroir ? Parlez-en ! Surtout ne soyez pas tenté de masquer un aspect de votre vie. Le recruteur peut même évoquer ces sujets avec vous lors de l'entretien d'embauche.

Optimisez votre référencement pour vous rendre visible

Les “pro” du digital ont bien entendu une longueur d'avance pour parvenir à apparaître dans le top des recherches sur leur nom ou leurs compétences. Mais sans être un génie du numérique, vous pouvez utiliser des méthodes simples qui vous donneront une chance d'être bien placé. “Utilisez tous les moyens à votre disposition, conseille Laurent Rignault, dirigeant du cabinet Expert is Me. Il faut être présent sur les réseaux sociaux, les blogs, Twitter, même YouTube pour poster des vidéos…” Et surtout faites vivre vos réseaux ! Prendre même quinze minutes par semaine pour publier, inviter, partager, etc. augmente beaucoup vos chances d'être référencé.

La question à se poser d'emblée, selon Emmanuel Stanislas du cabinet de recrutement Clémentine, est : “Dans quel type de requête est-ce que je veux apparaître ? Quelle expression le recruteur va-t-il utiliser pour chercher un candidat ? À partir de là, il faut se livrer à une véritable sémantique de l'environnement dans lequel vous souhaitez travailler. Par exemple, si c'est dans le domaine de l'innovation, vous devez vous renseigner sur le terme utilisé dans telle entreprise : parle-t-on plutôt de responsable ou de directeur de l'innovation ?” La recherche que vous effectuez sur les réseaux sociaux doit donc vous servir à identifier les usages dans telle ou telle entreprise et à utiliser les termes adéquats dans votre candidature.

Affirmer sa présence numérique, c'est l'entretenir quasiment au jour le jour. Et c'est un vrai travail. “Il faut veiller à ne pas ‘sortir’ du marché, conseille Laurent Rignault. Faites une revue de presse, gardez le contact avec vos réseaux, cherchez les leaders d'opinion dans votre domaine et suivez-les sur Twitter.” Cette démarche vous servira aussi lors des entretiens d'embauche : si l'on vous demande par exemple “Que pensez-vous du rachat de telle entreprise ?”, vous saurez quoi répondre.

À l'étroit sur les réseaux sociaux ? Créez un blog ou un site

Les réseaux sociaux ne permettent pas tout : pour avoir une grande liberté de publication et de communication, et à condition de pouvoir l'actualiser régulièrement, il est conseillé de soigner sa visibilité par l'intermédiaire d'un blog (le plus simple à créer) ou d'un site. “Vous pourrez non seulement y publier votre CV mais aussi expliquer qui vous êtes, vos atouts, vos réalisations, vos compétences, de manière détaillée. Et publier du contenu qui va intéresser le recruteur”, conseille Laurent Rignault. “Si vous travaillez dans le marketing B to B dans le domaine du transport, écrivez sur le lancement de tel véhicule, comparé à tel autre, faites ressortir les points forts, les points faibles. Publiez-le sur votre blog, mettez un lien vers cette publication sur les réseaux sociaux… Vous voyez que le directeur marketing d'une des marques évoque cette question ? Invitez-le. Vous devez devenir le ‘community manager’ de votre propre recrutement.”

C'est ainsi que procède Marie : “J'ai un blog sur lequel je publie des informations en lien avec ce que je fais et les centres d'intérêt de mes clients, et que je relaie sur Twitter. Je participe aussi à des groupes d'experts sur les réseaux sociaux.” Elle veille également à réactualiser très régulièrement toutes ses “traces” sur Internet : “Quand j'ai un nouveau client, je l'ajoute sur mes profils.”

Du bon usage de Twitter…

Twitter est le meilleur des alliés et le pire des pièges. Un seul petit tweet peut vous faire remarquer avantageusement, comme ruiner rapidement et durablement – même une fois effacé – votre réputation. Attention aux “coups de gueule” intempestifs, aux critiques de votre employeur, de vos professeurs, de vos collègues… L'usage de Twitter est tellement libre qu'un recruteur effectuant des recherches sur vous peut très bien tomber sur une opinion formulée à la va-vite, susceptible de ternir votre image. Il ne s'agit pas d'adopter un langage froid et distancié mais d'être conscient que tout apparaît au grand jour. Le tout est seulement d'assumer vos propos par la suite.

Dans une recherche d'emploi, Twitter est cependant un allié de poids : en suivant des experts et professionnels bien identifiés, vous vous tenez au fait de l'actualité d'un secteur, voire des offres d'emploi qui circulent. Vous pouvez aussi échanger par exemple avec des salariés d'une entreprise pour “prendre la température” et relayer des tweets qui vous semblent pertinents. Et tout ça, en y passant très peu de temps chaque jour.

… et de Facebook

Même largement informés sur les risques liés à une mauvaise utilisation de Facebook, certains se font encore prendre au piège. D'ailleurs, les profils où s'étalent les photos d'une soirée arrosée où un candidat n'est pas forcément à son avantage continuent à faire parler dans les bureaux des recruteurs…

Un conseil simple : “fermez” votre profil si vous ne l'utilisez que pour votre réseau amical ; sinon, veillez à ne publier que ce qui, même dans la sphère personnelle, ne vous mettra pas en porte-à-faux vis-à-vis d'un employeur potentiel.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Le Guide du CV, de la lettre de motivation et de l'entretien d'embauche”,
par Dominique Perez, spécialiste du recrutement.