1. Etudiant-salarié : le mode d'emploi
Boîte à outils

Etudiant-salarié : le mode d'emploi

Envoyer cet article à un ami

Mener de front ses études et un job, ça s'apprend. Nos conseils pour apprendre à bien gérer cette situation, qui concerne près de la moitié des étudiants.

Selon l'OVE (Observatoire de la vie étudiante), huit étudiants sur dix déclarent exercer au cours de leurs études une activité professionnelle pour financer leurs études, leur logement et/ou leurs loisirs. Les situations sont évidemment très diverses, entre ceux qui occupent un emploi à plein temps en suivant des cours du soir et ceux qui font quelques heures de baby-sitting dans la semaine. Plus de 40% d'entre eux doivent travailler régulièrement au cours de l'année.

Travailler moins pour étudier plus


Les effets d'un job sur les résultats scolaires ne doivent pas être négligés. "Une activité rémunérée coupée des études, régulière et exercée au moins à mi-temps accroît d'un tiers les risques d'échec", estime l'OVE. Et selon un rapport du Conseil économique et social sur le travail étudiant, au-delà de quinze heures travaillées par semaine, l'impact négatif sur la scolarité est évident. Cependant, en se cantonnant - dans la mesure du possible - à moins de quinze heures hebdomadaires, le job étudiant s'avère souvent une expérience bien vécue, celle d'un apprentissage de l'autonomie, de découverte du monde du travail.

Sommaire du dossier
Les facilités prévues par les universités Du côté des entreprises Les bourses étudiantes Les jobs les plus adaptés