Plan sciences : ce que Luc Chatel vous prépare

Par Virginie Bertereau, publié le 31 Janvier 2011
3 min

Retrouvez toute l'actualité de l'éducation dans notre dossier.

Lundi 31 janvier 2011, Luc Chatel, le ministre de l’Éducation nationale, a présenté son plan "Une nouvelle ambition pour les sciences et les technologies à l’école" au Palais de la Découverte à Paris, suite aux résultats moyens obtenus par les jeunes français à la dernière enquête internationale PISA. Pas de révolution de l’enseignement prévue pour la rentrée 2011. Niveau lycée (lire l’encadré pour le collège), Luc Chatel a plutôt annoncé des mesures périscolaires : l’amplification des stages en entreprise pour les enseignants, des rencontres avec des ingénieurs et des techniciens dans les établissements « au moins une fois par trimestre », des partenariats avec des associations pour attirer les filles… Le ministre a surtout rappelé le rôle de l’accompagnement personnalisé (pour découvrir les métiers scientifiques et techniques) et, d’une manière générale, de la réforme du lycée. Une réforme qui vise "à rééquilibrer les séries" et redonner à la série S, "devenue généraliste", son poids scientifique.

Un "écran de fumée"


Les associations de professeurs crient aux effets d’annonce et aux contradictions. "Les SVT perdent une demi-heure en seconde et une heure en première par semaine. Rien ne change en terminale. D’autre part, alors que l’enseignement était expérimental, on perd les cours en groupes restreints", critique Jean Ulysse, membre du bureau national de l’APBG (Association des professeurs de biologie et de géologie). En première S, il faudra également compter avec une heure et demie hebdomadaire en moins en sciences physiques et une heure en moins en mathématiques (qui gagnent toutefois une demi-heure en terminale). Le même son de cloche résonne donc du côté des professeurs de maths. "Ce plan sciences est un écran de fumée qui masque la diminution des heures de sciences dans le cadre de la réforme du lycée. Sans compter que les élèves qui se dirigent vers la série pourront arrêter les maths dès la fin de seconde", déplore Eric Barbazo, président de l’APMEP (Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public). Et de conclure : "Ce n’est pas comme cela que l’on va concurrencer les élèves indiens et chinois".

Au collège : rien de nouveau (ou presque) sous Luc Chatel


Pour le collège, Luc Chatel a notamment annoncé l’extension de l’enseignement transdisciplinaire (un seul enseignant pour le trio sciences physiques-SVT-technologie) en 6e et 5e. Jusqu’ici expérimenté dans 50 collèges, ce modèle sera transposé à la rentrée 2011 dans tous les établissements Réseau ambition réussite et CLAIR (soit 400 collèges). Et cela dans le prolongement de la philosophie de l’opération « La main à la pâte ». Chaque collège sera par ailleurs amené à mener un projet collectif scientifique.

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !