1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Emploi : Nos conseils
  3. Jeunes diplômés 2012 : face à la crise, comment s’en sortir
Décryptage

Jeunes diplômés 2012 : face à la crise, comment s’en sortir

Envoyer cet article à un ami

Avis de tempête dans le ciel des jeunes diplômés en commerce-gestion ! Crise oblige, les offres d'emploi cadres se font plus rares et les salaires de départ moins élevés. Comment, alors, sortir son épingle du jeu sur le marché de l'emploi en 2012 ? Cibler les PME, des secteurs de niche voire partir à l'étranger pour de meilleures opportunités peuvent être de bonnes stratégies d'attente. Explications.

Si la plaquette de votre école de commerce vous promet un CDI à 35 K€ dès la sortie, sachez que ce pacte sera difficile à tenir en 2012. L’année s’annonce en effet tendue pour les jeunes diplômés bac+5 en commerce/gestion.

L'APEC prévoit un ralentissement du volume des recrutements, "une proportion de CDD en hausse, au détriment du CDI, ainsi qu’un moindre accès au statut de cadre".


Salaires à la baisse


Fanny, diplômée de l'ESC La Rochelle, espère une évolution au sein de sa société.

Côté salaires, ceux-ci devraient stagner. "Il y a 3 ans, je disais à mes étudiants : ne signez rien en dessous de 30 K€. Aujourd’hui, je leur dis allez-y, vous trouverez mieux après. En ce moment, mieux vaut être au chaud à 28 K€ qu’au chômage", considère Jean Audouard, directeur de l’ESCE.
Fanny, diplômée en septembre 2011 de l’ESC La Rochelle, a cherché pendant plusieurs semaines un emploi dans le marketing. Elle s’est rabattue en février 2012 sur un poste de gestion d’une société d’aides à domicile à Arcachon, avec une proposition de reprise de l’entreprise d’ici quelques mois.

Seul problème, elle gagne… le Smic. "Mais j’espère que cela va évoluer", glisse-t-elle.


Plus de temps pour trouver son emploi

Autre symptôme de la crise : "Le temps pour trouver un emploi devrait s’allonger", prévoit Manuelle Malot, directrice prospective et carrière à l’Edhec. Si 76% des diplômés 2010 des écoles de commerce ont trouvé un poste 2 mois après leur diplôme (source : Conférence des grandes écoles), ce taux pourrait redescendre.
Ainsi, fin février 2012, 20% des diplômés d’octobre 2011 de l’ESCE n’ont pas encore trouvé de poste. "C’est inédit. L’année dernière, ce taux était moitié moins élevé", raconte le directeur, qui va mettre en place un séminaire de coaching pour ces étudiants toujours en recherche.


Stage et apprentissage déterminants


Christian, diplômé de l'ESC Montpellier, regrette que seuls des stages lui soient proposés.

Une fois les cours terminés, la case "stage" devient un parcours imposé, même pour ceux qui en affichent déjà 2 ou 3 sur leur CV.

"J’aurais le profil pour avoir un CDD ou un CDI, mais on me propose avant tout des stages, regrette Christian, qui vient de terminer son cursus à l’ESC Montpellier.

J’ai été pris dans une agence de communication à Paris, à 1.400 € net par mois, avec embauche au bout de 6 mois si je fais mes preuves".
Face à cette situation, les étudiants qui terminent leurs cursus en apprentissage s’en sortent, à première vue, mieux que les autres. "Ils négocient souvent un salaire de départ supérieur, et se voient proposer plus d’offres", observe François Bonvallet, directeur de RMS.


Les "très grandes écoles" protégées

De même, sur le marché français, les diplômés des "très grandes écoles" (HEC, Essec, ESCP Europe…), chouchous des recruteurs, sont relativement protégés. Antoine termine l’Essec en ce début 2012, et souhaite faire du conseil en stratégie. Avec une telle carte de visite, il est sur le point de trouver – sans trop forcer – un poste à 45.000 € par an. "Le fait d’être dans l'une des toutes meilleures écoles donne vraiment un avantage."


> Lire la suite : Jeunes diplômés 2012 : comment tirer profit de la crise

Pour aller plus loin : Université : l'insertion professionnelle des diplômés en légère baisse / Jeunes diplômés, 7 dispositifs qui facilitent votre insertion pro / Insertion pro : des résultats stables pour les ingénieurs et les managers / Insertion professionnelle : une amélioration pour les diplômés d'écoles de commerce

Sommaire du dossier
Jeunes diplômés 2012 : comment tirer profit de la crise