L’art d’obtenir le pouvoir sans se faire détester

publié le 23 Novembre 2010
4 min

Déceler les jeux de pouvoir, c’est difficile mais bien plus drôle que de rester simplement sur le côté opérationnel et technique de votre poste. Pour accéder aux hautes sphères du pouvoir, ou du moins à d’intéressantes responsabilités et à une meilleure rémunération, il faut nouer des alliances fortes avec les bonnes personnes. Cela s’appelle "être fin stratège".

Etre calife à la place du calife. Beaucoup en rêvent. Nombre d’ambitieux se font mettre des bâtons dans les roues par leurs collègues ayant les mêmes visées. Pour progresser sans devenir la bête noire de vos autres collègues, il vous faut agir de façon perspicace. Parler de vos ambitions, oui, mais pas à n’importe qui. Votre chef est là pour ça.


Eviter de devenir l’homme ou la femme à abattre

"Pour vivre heureux vivons caché". Cet adage, valable dans de nombreux cas en entreprise, s’applique parfaitement en matière d’ambitions professionnelles. Avoir de l’ambition a souvent une connotation négative. On imagine le jeune loup aux dents longues, prêt à tout pour y arriver.

Sophie, assistante commerciale dans une PME, applique le précepte à la lettre. À 23 ans, elle a la sagesse d’un vieux loup de mer : "J’ai pour principe de ne jamais faire part de mes projets professionnels à mes collègues. Ce n’est pas une question de manque de confiance envers eux. Mais je préfère éviter toute fuite malencontreuse et tout sentiment de jalousie ou de rivalité. Nos relations sont très amicales mais je reste dans le flou concernant mon ambition personnelle."


Profiter de l’entretien d’évaluation pour faire passer un message à son chef

Vous voulez décrocher une promotion, une augmentation de salaire, une formation ? N’attendez pas les bras croisés que votre chef vous l’apporte sur un plateau ! Parlez-lui-en dès que possible. Il ne faut pas attendre l’entretien annuel d’évaluation pour faire passer le message. Reste que ce traditionnel événement est un moment important. Il vous permet de discuter de votre volonté d’évoluer avec votre supérieur qui relayera l’information auprès de la direction des ressources humaines.

Une formation, une augmentation, une promotion : tout est possible. Cet entretien d’évaluation est une occasion en or pour jouer carte sur table sans que cela s’évente outre mesure dans les couloirs. Vous allez discuter avec votre supérieur du travail accompli pendant l’année. Ce sera peut-être l’occasion d’obtenir une formation voire une ou plusieurs centaine(s) d’euros de plus sur votre fiche de paie mensuelle. Ou de vous faire remonter les bretelles et de vous voir fixer des objectifs irréalisables. "Lors de mon précédent bilan, j’avais demandé une mobilité interne, explique Nathalie, cadre dans l’aéronautique. Pour cet entretien, je veux m’assurer que j’ai rempli les objectifs fixés l’an dernier, que mon chef est satisfait et que je peux passer à la vitesse supérieure : demander une augmentation."

Travaillez votre puissant pouvoir de suggestion. Gardez à l’esprit que, à défaut de pouvoir de décision sur votre ascension, vous disposez d’un puissant pouvoir de suggestion : "Prenez un leadership naturel dans votre équipe, énonce Pierre Bultel, auteur de "Mobilité interne, comment réussir ?" Demandez à votre supérieur ses attentes et parlez-lui clairement de votre volonté d’évoluer."


La réussite : masculin ou féminin ?
"Si on ne comprend pas le mode de fonctionnement des hommes et qu’on ne veut pas entrer dans un jeu de conflits, il est clair que, en tant que femme, on a juste envie d’abandonner."
Pour Malika Mir, directeur des études et du développement chez Nissan Europe, plus de 20 ans d’expérience à son actif, la vraie difficulté des femmes à évoluer dans un milieu de travail masculin réside dans la complexité relationnelle avec le sexe opposé : différences dans la gestion des conflits, dans la conduite managériale, etc. Et plus ils sont nombreux, plus c’est difficile. "Au quotidien, s’il y a des conflits à gérer, un homme aime plus traditionnellement la bagarre, explique-t-elle. Pour se sentir bien dans cet univers, une femme doit être capable de s’affirmer et surtout de ne pas répondre à la violence par la violence. Mieux vaut utiliser le dialogue et la négociation. Il faut apprendre les codes de fonctionnement des hommes afin d’être capable de mieux communiquer avec eux. C’est ainsi qu’on arrive mieux à faire sa place et à évoluer." 

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !