1. Après le BAFA, que faire le 1er jour face aux enfants ?
Boîte à outils

Après le BAFA, que faire le 1er jour face aux enfants ?

Envoyer cet article à un ami

Vous avez votre BAFA, et vous vous lancez dans vos premiers jobs d’animateur. Comment appréhender les enfants ou ados que vous allez encadrer ? Que faut-il préparer ? Voici une série de conseils extraits du livre "BAFA, Mode d’emploi" d’Olivier Monod, publié aux éditions L’Étudiant.

Stage théorique en poche depuis quelques semaines, le jeune animateur se retourne sans cesse dans son lit. Demain, il sera pour la première fois en situation. Il angoisse. Comment faire ? Suis-je bien formé ? Que vais-je dire ? Serai-je à la hauteur ? Quelques anciens viennent à sa rescousse.

Sur le quai de la gare...

Hélas, le premier contact avec les enfants n’a rien de glamour. Sur le quai de la gare, il faut gérer les parents, composter les billets, faire connaissance avec les enfants et les faire monter dans le train sans oublier de bagages sur le quai. Point positif : toute l’équipe d’animation est là ! Point négatif : tout le monde est en retard. On respire un grand coup, on affiche son plus grand sourire et c’est parti !

S’adresser aux enfants

Les enfants vont passer une à deux semaines avec l’animateur, celui-ci doit donc directement s’adresser à eux. Le but est de les mettre en confiance. Il ne faut donc surtout pas les snober en fonçant vers des parents qui peuvent se révéler encombrants. "Une mère était particulièrement envahissante à la gare. Elle n’arrêtait pas d’appeler son fils, un ado de 16 ans, pour lui donner des conseils ou lui demander s’il avait bien attaché ses lacets, se souvient une animatrice. Il était visiblement gêné, alors je me suis rapproché de lui et j’ai dédramatisé la situation en me moquant gentiment de sa mère." La même recette ne s’applique évidemment pas à des enfants de moins de 14 ans.

Savoir répondre aux parents

Cela dit, les parents sont une donnée incontournable qu’il faut aussi savoir gérer. Pour cela, une directrice de colonie divulgue son petit truc. "La veille, j’envoie aux animateurs la liste des trois réponses à donner aux parents. Ils posent toujours les mêmes questions. Combien y a-t-il de lits par chambre ? Quel temps est-il prévu ? À quel numéro faut-il appeler ? Si on sait y répondre, ils sont rassurés."

En bonus, une petite blague pour détendre l’atmosphère est la bienvenue, mais rien d’obligatoire bien sûr. "Quelque chose de simple ! Demander au petit frère de 3 ans si, lui aussi, part en colonie. Cela montre que l’on est à l’aise et qu’on a de l’humour, les parents apprécient", conseille cette directrice.

Faire face aux enfants

Allez, il est l’heure d’animer son premier groupe de bambins. S’il y a suffisamment d’animateurs, un stagiaire n’est pas laissé seul, mais cela n’arrive pas toujours et les impondérables sont monnaie courante dans l’animation. Alors autant tout envisager !
"La chose à ne pas faire, c’est de se bloquer." Le conseil de Fabien est développé par Nicolas. "Il faut être dans la relation. Ne pas jouer un rôle. Être dans le vrai. Souriant. Dynamique. Il faut aller les chercher." L’animateur est le moteur de l’ambiance de la colonie. Il doit donc prendre l’initiative pour briser la glace et donner la bonne direction au groupe.

Savoir poser des limites

Attention toutefois à ne pas se montrer trop cool ou trop laxiste. Les premiers moments avec les enfants sont ceux pendant lesquels un animateur institue son autorité. "Il ne faut pas se laisser déborder", affirme Pierre. Très bien, mais comment fait-on ? "Il faut définir les règles non négociables. Se taire quand l’animateur parle, se respecter les uns les autres. Surtout, il faut savoir réagir quand une règle est enfreinte, recadrer le môme, préciser la règle transgressée et gérer l’incident seul. Sans faire appel au directeur." En effet, si le directeur est appelé à chaque problème, il apparaît aux enfants comme le père fouettard qui ne fait que donner les punitions et les animateurs, à l’inverse, leur semblent dénués d’autorité.

Organiser une animation qui fonctionne

La première fois a toutes les chances de bien se dérouler si le stagiaire organise une animation qu’il maîtrise. S’il est en confiance et qu’il s’amuse, il sera plus facilement sincère. "La première fois que je me suis retrouvé seul face à des enfants, se souvient Fabien, j’ai effectué une animation pliage en forme de grenouille et une de fabrication de flèches polynésiennes. Ça avait marché du tonnerre ! J’avais appris ces trucs en stage BAFA. Je les maîtrisais bien et cela m’amusait beaucoup. J’ai donc pu transmettre mon enthousiasme aux gamins parce que j’étais en confiance. Résultat, ils m’ont couru après toute la semaine pour faire des flèches polynésiennes ! C’est l’animation qui a le mieux fonctionné du séjour !"
Sommaire du dossier
Retour au dossier BAFA : les qualités à avoir quand on est animateur Après le BAFA, que faire le 1er jour face aux enfants ? BAFA : existe-t-il des techniques de base de l’animation ? Métiers de l’animation : y a-t-il des jeux dangereux ? Peut-on être animateur sans le BAFA ? Après le BAFA, comment animer en accueil de loisirs ? Après le BAFA, comment animer en séjour de vacances ? Après le BAFA, comment animer en classes transplantées ? BAFA : comment s’adapter aux enfants ? BAFA : comment s’adapter aux ados ? BAFA : comment s’adapter aux tout-petits ? BAFA : comment s’adapter aux jeunes en difficulté sociale ? BAFA : comment s’adapter au handicap ? Sportif, j’hésite entre être animateur et éducateur sportif. Quelles sont les différences ? BAFA : quelles sont les erreurs de débutant à éviter quand on est animateur ? BAFD : comment devenir directeur ? BAFA : transmettre mon expérience, comment former les jeunes à l’animation ? Le BAFA aide-t-il à devenir enseignant ? BAFA : animateur, et si j’en faisais mon métier ? BAFA : les différents diplômes de l’animation