Témoignage : Lucile, titulaire d’un bac STG, volontaire à l'AFEV : "Grâce au service civique, j’ai trouvé ma voie"

Par Assia Hamdi, publié le 06 Mars 2012
3 min

Vous avez entre 16 et 25 ans et vous voulez vous engager pour une cause, en France ou à l'étranger ? Une mission de service civique peut être une bonne idée ! Ce dispositif lancé en 2010 séduit de plus en plus de jeunes, l'objectif étant de mobiliser 10 % d’une classe d’âge à l’horizon 2014. Voici la marche à suivre si l'aventure vous tente et les témoignages de jeunes qui ont joué les volontaires.

Titulaire d’un bac STG, Lucille est volontaire à l'AFEV à Paris. Depuis novembre dernier, cette jeune femme de 20 ans s’occupe de jeunes ayant des difficultés scolaires en les aidant pour leurs devoirs et surtout en partageant de multiples activités culturelles et citoyennes.

Pourquoi vous êtes-vous engagée en service civique ?


"En 2010, à trois mois des épreuves du bac, j’ai abandonné le lycée. Les années précédentes j’avais souvent été renvoyée de mon établissement. Puis, pendant un an, j’ai travaillé en tant qu’animatrice. En 2011, j’ai choisi de repasser mon bac en candidat libre. Faire un break d’un an m’a fait prendre conscience que j’avais besoin du bac pour poursuivre mes projets. Après mon bac, j’ai recherché un emploi et je suis tombée sur une annonce de l’AFEV pour un service civique."

Comment êtes-vous devenue volontaire ?


"J'ai envoyé un mail et on m’a rappelée. Suite à un entretien, j'ai été retenue et j'ai commencé mon service début novembre jusqu'à fin juin. Si j’avais connu l’AFEV avant, je me serais engagée plus tôt. Ma mission me permet d’avoir de l’expérience d’autant plus que je souhaite rester dans ce domaine. Je sais qu'en m'engageant dans cette voie, je suis sûre d'avoir un emploi."

Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?


"Le service civique est très valorisant pour moi. Cela m'a redonné envie de travailler et de faire des choses que j'aime. On me donne des missions variées, des activités que je n’aurais pas pu faire ailleurs. En tant qu’animatrice j’ai travaillé avec des handicapés. A l’AFEV, je ne fais pas que du soutien scolaire, on organise aussi des sorties culturelles. C’est un partage entre générations, c’est enrichissant pour les deux parties. Bref, j’ai trouvé ma voie : désormais j'envisage de passer le concours d'éducatrice spécialisée pour intégrer une formation en alternance de trois ans. Pour moi, tout ceci est un enchaînement logique. Je ne me vois plus faire autre chose. Je le ressens dans mes tripes." 

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !