Inscriptions fictives à la fac : Nacim, inscrit à l’université Paris Ouest pour faire un stage dans la pub

Par Camille Stromboni et Emmanuel Vaillant, publié le 24 Novembre 2011
2 min

S’inscrire à l’université uniquement pour obtenir une convention de stage, c’était possible jusqu’en 2010, année charnière de mise en place du décret interdisant les stages hors cursus. Et aujourd’hui ? Le phénomène des "étudiants fantômes" est en perte de vitesse, sans pour autant disparaitre. Témoignages.

Un stage de 3 mois dans une grande agence de publicité, avec une possibilité d’embauche à terme ? Une occasion à ne pas rater pour Nacim, diplômé d’un DUT information-communication, et qui était parti 6 mois à l’étranger "pour voir du pays".

"À mon retour, je n’avais aucune piste d’emploi. J’ai entendu parler de ce stage via une relation. J’y ai vu une opportunité et, à priori, une excellente carte de visite pour ma recherche d’emploi. Mais n’étant plus étudiant à la rentrée de septembre 2011, je me suis inscrit en licence de lettres pour avoir une convention de stage," reconnait le jeune homme.

A-t-il dû cacher ses motivations à l’université ? "J’ai payé les droits d’inscription, puis j’ai téléchargé une convention de stage que j’ai fait remplir par l’entreprise avant de la faire signer par le responsable de la formation. Ça n’a posé aucun problème, tout simplement parce que la formation était en lien avec mon stage."

Quelques mois plus tard, Nacim ne regrette pas et, contrairement à ses intentions de départ, envisage même de valider cette nouvelle licence. Surtout si aucune proposition de poste ne lui est proposée dans l’ agence de pub dans laquelle il est stagiaire. 

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !